21 thèses sur religion, intégrisme, patriarcat, racisme - C Delarue

samedi 27 mai 2017
par  Amitié entre les peuples
popularité : 5%

[Amitié entre les peuples]

21 thèses sur religion, intégrisme, patriarcat, racisme

Ch Delarue Aout 2016

Au début figuraient rapidement 11 thèses ou hypothèses puis d’autres points furent ajoutés, pour aboutir, avec le débat, aux 21 positions finalement présentées. De ce fait, il faut bien dire, en introduction, ce qui est plus difficilement apparent avec la longueur actuelle, à avoir une ligne générale, qui fait ordinairement cohérence d’ensemble de ces divers points, et qui tient en l’acceptation de la diversite humaine mais en refusant la domination et l’oppression. Et encore aucun point concerne la laïcité ou sur la libre critique de la religion y compris par le blasphème ! Ce que l’on trouvera ailleurs.

1 - D’abord, ne pas céder au binarisme de compréhension d’une religion qui l’essentialise ou la globalise comme un tout et qui, de ce fait, soit la voit comme bonne et pacifique (toute) ou soit, au contraire, comme mauvaise, aliènante et autoritaire (toute - ce qui n’est pas interdit). Mais , au-delà du contenu du texte fondamental (dit « sacré ») - diversement interprété - on trouve une diversité d’attitudes et de comportements, on trouve notemment des croyant(e)s tolérant(e)s et d’autres autoritaires, intransigeant(e)s .

2 - Cela suppose une réflexion sur l’intégrisme religieux , sur les intégrismes des différentes religions et notemment sur la haine particulière contre les femmes et contre le sexe, la sexualité, le désir et le plaisir.

3 - A propos d’étude de l’intégrisme religieux qui sévit partout, le concept de sexoséparatisme (entre hommes et femmes) est utile. Je l’ai divisé en deux modes, d’une part le « hard » , soit la réclusion à la maison avec sortie accompagnèe du frère ou du mari et d’autre part le mode « soft », soit la mise imposèe sous hypertextile (on ne doit voir ni chaire, ni forme féminine et le tout doit être explicitement moche) et c’est tout le temps, chaque jour, tous les jours, sans exception.

4 - Le sexoséparatisme, haineux de femmes, n’est pas une petite oppression, c’est une forme lourde de sexisme qui dépersonnalise et déshumanise les femmes, qui les rend invisible au monde.

5 - Cet agir masculin à forte justification religieuse - avantage de la caution morale pour opprimer - permet dans certaines situations d’inférioriser structurellement les femmes. On évoque alors un hyperpatriarcat. Car il s’agit d’un processus réactionnaire. Il s’agit de revenir à un stade antérieur à la situation conquise ces dernières decennies par les luttes féministes (pas qu’en Occident). Une telle appréciation ne signifie nullement que « tout » à été gagné ici et que liberté et égalité sont de l’ordre de l’effectif, du pleinement appliqué !

6 - Il existe des femmes qui se voilent (hypertextile plus ou moins couvrant) librement et cela apparait néanmoins comme une différence-apparence dégoutante, du moins à forte charge répulsive à certain(e)s, tout comme d’autres apparences - le sexy ou l’hypotextile par exemple - peuvent être jugée indésirables et provoquer un rejet, une opposition plus ou moins respectueuse.

7 - L’antiracisme d’intervention de terrain dipose et propose l’outil antiraciste du « double regard » qui insiste non pas sur la suppression de la différence-apparence mais sur l’effort à voir l’être humain générique, à voir la similitude humaine, la ressemblance entre nous tous.

8 - C’est un réel effort, et surtout pas un regard « naturel », qui va de soi. Cela relève d’une éducation. C’est ce trajet de socialisation des jeunes (et moins jeunes) !

9 - Cet outil antiraciste est aussi antisexiste car il vaut pour une femme sexy ou hypotextile qui subit insulte, injure, harcèlement (comme bimbo ou « pute ») au lieu d’être regardée, elle aussi, comme être humain, à pleine dignite, si pleine application du « double regard » sans reductionisme. Il y a alors, grâce à cet outil, coupure du processus qui va de « l’objectification » (toujours possible voire fatale) à la violence. Cette coupure venue du « double regard » est « civilisatrice », car porteuse de paix, de respect, de liberté et d’égalité dans la diversité.

10 - Au plan de la diversité culturelle, il faut revendiquer la réciprocité culturelle textile (rct) en exigeant le port légal de l’hypotextile puisque l’hypertextile l’est quasiment partout.

11 - Dans la mesure ou l’intégrisme religieux est combattu, cette diversité textile fondée sur la liberté individuelle n’est pas assimilable à du relativisme culturel. Les droits humains sont respectés.

12 - Un sociologue rennais, Stéphane Heas, spécialiste du stigmate parle de de-stigmatisation et j’ai mis en application ce processus comme militant engagé dans cette problématique.

13 - Cette déstigmatisation porte sur la reconnaissance de la pluralité des apparences-différences librement choisies. Il peut y avoir de exceptions au principe (comme la loi contre les signes religieux ostensibles à l’école ) mais le principe doit être réel et effectif, ce qui n’est pas le cas pour le port du tring en été partout.

14 - Autre angle d’approche. Peux-t-on laisser s’implanter progressivement une société hypertextile (qui apparaît comme mortifère et oppressive), et il y a donc enjeu à autoriser l’hypotextile (qui ne l’est pas) et à le permettre réellement par l’éducation, notamment le double regard.

15 - La question vise les intégristes religieux et ses soutiens, hommes ou femmes, qui ne supportent absolument pas les femmes, sauf sous textile, plus ou moins camouflées . L’intolérance est d’ailleurs ici extrêmement forte et source de violences . Ils ne plaisantent pas avec la décence.

16 - Autre avantage du terme intégrisme ou intégriste, il ne vise que ceux et celles qui défendent, avec forte autorité patriarcale, un mode textile très couvert pour les femmes sans aucune autre possibilité (forte rigidité du dogme). Ce terme ne vise pas tous les membres d’une religion mais que les plus conservateurs en moeurs . C’est un point important contre la lutte contre le racisme et contre le intégrismes.

17 - Intégrisme et fondamentalime sont des termes proches, grandement équivalents. Parler d’intégrisme suppose plus une analyse en fonction des preconisations de comportements alors que fondamentalisme relève plus d’une caracterisation, à la source, issue d’un type d’interprétation de la religion.

18 - Hypothèse de recherche - L’intégrisme musulman participerait d’un « contre-mouvement réactionnaire », de type religieux, autoritaire-intégriste d’une part et d’autre part d’implantation transnationale et mondialisée et enfin - point 3 -qui formerait une « sous-culture sexo-séparatiste » liée à la montée de cet intégrisme. Réactionnaire car contre les conquêtes féministes de la « seconde modernité » .

19 - Le droit à l’hypotextile (string seulement), s’il a pu être recupéré par le marché (il faut bien le produire et le vendre ce string !) a toujours du s’opposer au conservatisme patriarcal et religieux rigide concernant la vue de corps , notemment catholique jadis.

20 - Le féminisme n’est pas fondamentalement contre l’hypotextile (string seulement). Il laisse chacun et chacune s’habiller comme il-elle le veut, hors de toute contrainte.

21 - Le féminisme musulman s’appuit sur ce principe pour défendre le libre port du voile ou son possible enlèvement. Mais aucune féministe musulmane ne semble vouloir défendre le droit à l’hypotextile (string seulement).

Christian DELARUE
Militant antiraciste

Onze pistes de réflexion pour disserter sur « Religion et société » C Delarue
http://amitie-entre-les-peuples.org/Onze-pistes-de-reflexion-pour

Intégrisme, religion et logique binaire - C Delarue
http://amitie-entre-les-peuples.org/Integrisme-religion-et-logique-binaire-C-Delarue

lien

http://www.amitie-entre-les-peuples.org/14-points-sur-religion-integrisme-racisme

http://bellaciao.org/fr/spip.php?article150229

http://www.legrandsoir.info/21-theses-sur-religion-integrisme-patriarcat-racisme.html

https://blogs.mediapart.fr/christian-delarue/blog/210816/21-theses-sur-religion-integrisme-patriarcat-racisme