Etre afro-français ou appartenir à une communauté afro-française ? Christian DELARUE

vendredi 27 juillet 2018
par  Amitié entre les peuples
popularité : 25%

Groupe Afrique d’ATTAC

Etre afro-français ou appartenir à une communauté afro-française ?

Diversité ou minorité ?

Que celui qui se sent afro-français se dise afro-français ne fait pas problème (1). Ce qui fait problème c’est la mise en communauté forcée, la mise en minorité visible forcée , c’est la racisation différentialiste formant un groupe humain spécifique et ce même sans volonté de hiérarchisation !

http://amitie-entre-les-peuples.org/Etre-afro-francais-ou-appartenir-a-une-communaute-afro-francaise-Christian

- Identitarisme, communauté, minorité.

Cela se fait quand à partir de la couleur de peau (et du nom aussi) on en déduit systématiquement qu’il s’agit d’un membre d’une minorité d’origine ou d’un minorité ethnique étrangère. Le terme "minorité" peut fonctionner à l’amalgame communautarisant qui racise à tort à partir des différences visibles. Cela fonctionne avec le "Tous dans un même groupe communautaire" à partir de la vue d’une différence-identité !

Il ne s’agit certes pas d’un "racisme- hiérarchisant" (groupes humains inégaux) mais il peut y avoir aisément ici "racisme communautariste" (groupes humains différents et égaux mais séparés) - un séparatisme qui évolue hélas souvent vers des formes de suprématie (nos différences font notre identité de groupe communautaire et notre supériorité).

Ce n’est certes pas obligé - heureusement - car il peut y avoir "égaux et différents et divers mais ensemble car aussi en ressemblance (vivre ici en France avec les même droits sans évoquer constamment une appartenance différente des autres) " mais en ce cas on ne parle pas de minorités ou de catégorisations communautaires mais de "diversité des individus". Les individus sont certes différents mais plus on catégorise à partir des différences dites identitaires et plus on les met en groupe humain séparé , en communauté forcée et plus le vivre ensemble à partir du commun dénié devient difficile.

-  Identitarisme à critiquer

Nous ne distinguons pas "communautarisation des opprimés" et "communautarisation des oppresseurs" sous un angle identitaire. Nous sommes méfiants à l’égard des identitarismes de type national, ethnique, religieux, etc).

Au sein des « grandes communautés » englobantes, l’identitaire non seulement tend fortement à séparer (séparatisme à l’encontre d’une autre communauté) mais aussi tend à masquer les clivages de classe internes à la communauté (nationale, ethnique ou religieuse). Un afro-français peut être membre d’une classe sociale riche et dominante (quel statut des joueurs de foot multi-milliardaires évoluant dans le 1% d’en-haut ?) ou être simplement membre du peuple-classe, les 99% d’en-bas. Ce n’est pas pareil pour la vie quotidienne ! Ni pour l’inclusivité : inclusif du 1% d’en-haut ou inclusif des couches sociales modestes et pauvres par divers moyens (revenus, travail, non discrimination raciste et-ou sexiste).

On retrouve alors l’idée de M Macron « pas de vision ethnique du pays d’accord, mais un pays de premiers de cordée » formulée par Samy Johsua qui poursuit : "Où, pour échapper au mépris et aux discriminations, il faut être champions du monde ou escalader à mains nues cinq étages." (2)

Christian DELARUE

1) Trevor Responds to Criticism from the French Ambassador
https://www.facebook.com/BetweenTheScenes/videos/212180896148350/

2) in Champions ! Les jours d’après (renvoi)
https://blogs.mediapart.fr/samy-johsua/blog/190718/champions-les-jours-d-apres

lire aussi :

Aux racistes comme aux bienveillants : les joueurs de l’équipe de France ne sont pas vos nègres | Marianne

https://www.marianne.net/debattons/tribunes/aux-racistes-comme-aux-bienveillants-les-joueurs-de-l-equipe-de-france-ne-sont?utm_