Des critiques de « l’identité » C Delarue

vendredi 22 juillet 2016
par  Amitié entre les peuples
popularité : 10%

Contre l’identitarisme.

Contribution MRAP 2016 : Des critiques de « l’identité »

Lutter contre le racisme est essentiel, mais sans faire l’apologie d’une identité particulière, religieuse ou ethno-communautaire, car cela favorise trop les crispations identitaires, au lieu de les réduire. C’est une logique mortifère que le MRAP doit éviter .

La crispation identitaire se nomme identitarisme lorsqu’elle débouche sur la « guerre des identités », des identités figées et excluantes, des identités reliées à des communautés vues comme homogènes voire radicalisées et opposées . Les communautés connaissent une grande diversité interne qui évite l’identitarisme.

Lutter contre le racisme ne doit pas aboutir à l’effacement des luttes contre les intégrismes religieux et notamment contre le sexoséparatisme. Ce qui a pu être gagné du temps des luttes de solidarité contre le FIS en Algérie dans les années 90 semble s’être perdu. C’est pourquoi nous insistons : Jamais nous ne soutiendrons les intégrismes religieux. Le sexoséparatisme doit être combattu. A défaut de soutenir explicitement les musulmans critiques, les juifs critiques, évitons de les enfoncer.

Deux aspects complémentaires sont visés.

- Critique des identités figées  : Un auteur comme Lawrence Grossberg (1) a cherché a étudier le versant positif de l’identité et non plus l’aspect de polarisation fondé sur l’idée d’une différence négative et souvent rattachée à une idée de groupe, de tribu, de minorité. Il voulait dépasser les « conceptions polaires de l’identité » qui distribuent les individus entre dominants et marginalisés. Loin des réifications de l’identité culturelle il les a pensé en terme de fluidité, de changement notamment via des alliances.

Patrick Tort (l’historien des sciences et spécialiste de Darwin) a aussi formulé une critique théorique, il y a juste 30 ans (1986) : lire « IDENTITE / DIFFERENCE : , introduire la domination et le colonialisme, promouvoir l’égalité ». | The international Attac network
http://www.attac.org/fr/blogs/delarue-christian/5-10-2011/identite-difference-introduire-la-domination-et-le-colonialisme

http://amitie-entre-les-peuples.org/Identite-difference-introduire-la

- Critique du multiculturalisme  : Neveu et Mattelard (2) reprennent la critique de Bourdieu contre le multiculturalisme qui est « un discours-écran qui souffre de trois vices » : 1) le « groupisme » qui réifie les divisions sociétales ou de communautés, 2) le « populisme » qui remplace l’analyse des structures de la domination par le soutien sans faille aux dominés, 3) le « moralisme » qui se focalise sur la reconnaissance des identités au lieu de combattre les inégalités d’accès aux droits et services.

Par ailleurs le multiculturalisme se rattache à l’idée de « respect des cultures des minorités », comme si ces cultures étaient homogènes, non clivées, sans conflits sociétaux, sans critiques menées de l’intérieur (contre les intégrismes religieux par exemple).

Nous défendons la diversité des apparences-différences textiles (celles hypotextiles et hypertextiles) avec critique des intégrismes religieux montant, notamment ceux défendant un sexoséparatisme lourd et oppressif. Cette critique des divers intégrismes religieux participe du refus de l’essentialisme de la religion vue comme un tout homogène. Nous pensons qu’il y a au sein des croyant(e)s des progressistes, des conservateurs, des réactionnaires (intégristes) et même des terroristes se réclamant des textes religieux. Ces différenciations internes ne nous servent pas à figer de nouvelles identités mais à refuser les autoritarismes religieux, ces crypto-fascismes aussi nuisibles que les autres.

Christian Delarue

1) Il est dommage que les livres de cet auteur ne soient pas traduits en français.
http://en.wikipedia.org/wiki/Lawrence_Grossberg

2) Dans leur Introduction aux Cultural Studies (p103)