Harlem Désir un « Obama » pour le métissage culturel ? C Delarue

vendredi 14 septembre 2012
par  Amitié entre les peuples
popularité : 5%

Harlem Désir un « Obama » pour le métissage culturel ?

14 septembre 2012 Par Christian Delarue MRAP

http://www.dazibaoueb.com/article.php?art=30667

http://blogs.mediapart.fr/blog/christian-delarue/140912/harlem-desir-un-obama-pour-le-metissage-culturel

Harlem Désir député européen succède à Martine Aubry à la tête du PS, ce mois de septembre 2012 mais pas en fonction d’un critère de « reconnaissance de la diversité ». On n’a pas ou peu souligné le fait en lui qu’il soit métis - et c’est heureux à mon sens - mais on a remarqué ses capacités d’actions au sein du PS.

« Petit Obama » , c’est ainsi que l’extrême-droite nationaliste et identitaire présente Harlem Désir. Quels sont les points communs entre Obama et H Désir ? Un souci du « métissage culturel » ? Peut-être. Mais alors un métissage culturel inscrit dans les traits d’une République défendant les principes « Liberté, Égalité, Fraternité » et surtout laïcité aussi. Et peut-être pas façon Martine Aubry.

Le métissage culturel s’exerce du fait de la très forte montée en puissance de la mobilité des humains sur la planète. Elle accompagne la mondialisation économique (de la finance, des échanges marchands, des délocalisations d’entreprises, etc...) avec son lot d’inégalités sociales. Si les motifs de luttes contre la mondialisation du capital sont sérieux selon les altermondialistes, on voit mal comment arrêter ou même freiner la mobilité humaine qui l’accompagne. Il s’agit surtout plus positivement pour la gauche de donner des droits économiques, sociaux, démocratiques et culturels à tous. C’est cela qui va être un enjeu du siècle. Et ce n’est pas l’extrême-droite qui va mener ce combat. Bien au contraire.

Ce que l’on pourrait dire c’est qu’avec Harlem Désir comme « patron du PS » on a un ex membre du SOS Racisme qui, à priori, est toujours sensible à la question des discriminations, notamment des discriminations racistes. C’est plutôt positif.

Christian DELARUE