Patriote par en-bas, solidaire des peuples opprimés et résistant à sa propre classe dominante.

mercredi 7 septembre 2022
par  Amitié entre les peuples
popularité : 5%

Patriote par en-bas, solidaire des peuples opprimés et résistant à sa propre classe dominante.

Ce premier propos, sommaire, pouvant faire titre, tente succinctement de faire pièce au sens courant de « patriote », avec son communautarisme intrinsèque et avec son double défaut fort courant si ce n’est constamment : d’une part il ignore sa (ou ses ) propre(s) classe(s) dominante(s), celle(s) de son propre pays et d’autre part il méprise volontiers tout ce qui vient d’ailleurs : xénophobie et racisme .

Prenons donc « Patriote par en-bas, solidaire des peuples opprimés et résistant à sa propre classe dominante ». Mais peut-on encore se dire patriote avec cette définition ? Peut-être sous conditions mais... « Patriote internationaliste... Le plus risible des oxymores français qu’il m’ait été donné de lire » écrit Xiao Pignouf en commentaire.

Nous défendons ici la mobilisation populaire d’en-bas sur un plan progressiste (car via les syndicats, l’altermondialisme, l’antiracisme, le féminisme) et non pas par des « patriotes réactionnaires » sur divers champs !

Pour aller plus loin nous allons faire un commentaire critique du texte « Patriote, internationaliste et fier de l’être ! » de Bruno GUIGUE publié sur Le Grand Soir

"Le communiste, qui est internationaliste, peut-il être en même temps patriote ? Nous pensons que non seulement il le peut, mais il le doit » dit Bruno Guigue (sur Le Grand Soir ) qui propose alors de distinguer entre les patriotismes.

Il y a lieu de distinguer le patriotisme offensif des colons et autres impérialistes et le patriotisme des résistants au colonialisme et impérialisme, comme celui des Ukrainiens refusant l’entreprise coloniale de Poutine - être ferme sur ce point comme pour Israel et la Palestine - , et d’ailleurs à tout impérialisme qu’il soit militaire ou économique ! Economique car il ne s’agit pas d’être naïf envers les Etats-Unis et l’OTAN comme envers notre propre impérialisme français en Afrique.

Ce sont effectivement - je suis d’accord - « les conditions historiques qui déterminent le contenu concret du patriotisme ».

Sans méconnaître les « défauts » des classes dirigeantes de la Russie et de la Chine, qui ne sont pas sans importance, tant en interne qu’en externe , il ne s’agit pas d’avaliser pour autant « l’impérialisme de la Triade EU-UE-Japon, vassalisée par l’oligarchie financière mondialisée et le complexe militaro-industriel qui en est désormais la fraction hégémonique » pour reprendre ses termes.

Que dit-il en plus :

1- Être patriote et internationaliste, c’est comprendre que lorsqu’une NATION comme la Russie se bat pour sa souveraineté, son intégrité et sa sécurité contre l’OTAN et ses alliés nazis, son combat est légitime et nécessaire.

Réponse : Bruno GUIGUE prend l’agresseur pour l’agressé : En l’espèce c’est le fasciste Poutine qui envoie ses troupes en Ukraine, et ce n’est pas les EU qui ont bombardé la Russie !

2 - Être patriote et internationaliste, c’est comprendre que lorsqu’une NATION comme la Chine se bat pour sa souveraineté, son intégrité et sa sécurité contre l’hégémonisme étasunien et ses relais séparatistes, son combat est légitime et nécessaire.

Réponse : On peut considérer ici que la représentante des Etats-Unis (EU) a joué sciemment avec le feu à Taiwan et que la Chine lui a bien répondu ! Elle a bien mobilisé son armée devant les navires américains . Les EU et le monde entier sait à quoi s’en tenir ! Vouloir la paix c’est ne pas chercher l’affrontement. Les peuples veulent que les EU cessent toute provocation.

3 - Être patriote et internationaliste, c’est donc se tenir au côté de ceux qui combattent l’hydre impérialiste, au lieu de renvoyer les belligérants dos-à-dos, paresseusement, comme s’il n’y avait pas à choisir, en espérant naïvement que la réunion des hommes de bonne volonté vienne panser les plaies d’une humanité réconciliée.

Reponse : L’impérialisme vu comme uniquement du côté de l’OTAN c’est faux ! La Chine est installée a Djibouti comme la France et d’autres Etats (1) Suis « non campiste mais sans équidistance » signifie qu’il faut se prononcer fermement en cas d’envahissement d’un autre territoire que le sien et en méconnaissant les droits de ceux que l’on veut coloniser : Ukraine comme Palestine !

Positions

1 - Comme SYNDICALISTE sans limite de frontière pour ce qui est de la solidarité de classes entre prolétaires je soutiens donc les ouvriers, employés et cadres d’Ukraine qui a) résistent à la colonisation de Poutine aujourd’hui et b) à l’impérialisme des EU demain ainsi qu’à c) la domination de classe de la classe dominante ukrainienne (classisme), et ce comme tout syndicaliste digne de ce nom. Aucune faiblesse de ce point de vue !

2 - Comme ALTERMONDIALISTE, je défends comme d’autres chaque peuple-classe tout à la fois contre la classe dominante voisine et impérialiste (emprise de tout type) et contre ma propre classe dominante. Aucune acceptation des politiques d’austérité d’une classe sociale dominante contre les classes sociales dominées (le peuple-classe est composé de diverses classes sociales qui ne subissent pas pareillement les dominations d’en-haut)

3 - Comme ANTIRACISTE nous militons partout contre toutes les formes de racisme et au cas présent tout à la fois contre la propagation du mépris des ukrainiens par les forces coloniales comme du racisme anti-russe car la classe dirigeante russe et l’oligarchie russe ne sont pas le peuple russe qui n’a rien à voir avec cette entreprise militariste dont il souffre : moins de budget sociaux profitant aux classes sociales modestes (ici comme ailleurs).

4 - Comme FEMINISTE, nous savons fort bien que les guerres font plonger les conquêtes féministes et les droits des femmes dans un nouvel enfer du patriarcat . Il en va de même pour les LGBTQI.

« Militer pour le démantèlement de la Françafrique et la fin de l’ingérence française dans les affaires intérieures d’un continent » africain : je suis d’accord

Christian Delarue