La subordination extrême au travail alimente-t-elle le vote FN et l’abstention ?

vendredi 13 avril 2018
par  Amitié entre les peuples
popularité : 7%

DÉMOCRATIE

La subordination extrême au travail alimente-t-elle le vote FN et l’abstention ?

PAR NOLWENN WEILER 5 AVRIL 2018

LE TRAVAIL ALIÉNÉ AURAIT DE LOURDES CONSÉQUENCES POUR LA DÉMOCRATIE : UNE FAIBLE AUTONOMIE DANS LE TRAVAIL EST STATISTIQUEMENT ASSOCIÉE À UNE FORTE ABSTENTION ET À UN VOTE POUR LE FRONT NATIONAL (FN). C’EST LA CONCLUSION À LAQUELLE EST ARRIVÉ L’ÉCONOMISTE THOMAS COUTROT QUI A CROISÉ LES DONNÉES DE L’ENQUÊTE NATIONALE « CONDITIONS DE TRAVAIL RISQUES PSYCHOSOCIAUX » (CT-RPS) DE 2016 ET LES VOTES PAR COMMUNE AU PREMIER TOUR DE LA DERNIÈRE ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE.

« Dans les communes où Marine Le Pen a eu les meilleurs scores le 7 mai 2017, 48% des personnes en emploi disent que leur « travail consiste à répéter une même série de gestes ou d’opérations », mais seulement 31 % dans les communes qui ont le plus voté Macron ou Fillon (et 40 % pour l’ensemble) », décrit Thomas Coutrot. Dans les communes favorables à Marine Le Pen, 20% des répondants disent ne pas pouvoir « apprendre des choses nouvelles dans leur travail », contre 15 % dans les communes favorables à Emmanuel Macron. Ils doivent plus souvent « appliquer strictement les consignes », et peuvent rarement « prendre des initiatives », « choisir la façon d’y arriver » ou « s’absenter en cas d’imprévu » [1].

https://www.bastamag.net/La-subordination-extreme-au-travail-alimente-t-elle-le-vote-FN-et-l-abstention