Essentialisation raciste : Haine des musulmans car musulmans - C Delarue

samedi 24 décembre 2016
par  Amitié entre les peuples
popularité : 6%

Essentialisation raciste : Haine du-des musulman-s car musulman-s.

11 thèses sur le sujet.

La critique de l’hypertextile ou plus simplement celle du port du voile islamique n’est pas raciste en soi. Je critique fermement - et je ne fais pas que critiquer - le voile imposé par les intégristes musulmans et je ne suis pas pour autant islamophobe. Pourquoi ?

I - RACISME CONTRE LE MUSULMAN

1) Il convient de n’entretenir aucune haine contre les musulmans parce que simplement musulmans. Cela mène au racisme.

2) Pour le dire autrement, il s’agit de ne pas faire du musulman une ESSENCE. Pas plus que du juif ou du catho ou d’un autre membre d’une religion.

3) En conséquence des deux positions ci-dessus, il est possible d’ affirmer qu’une telle personne ne les « racise » pas ni en bien, ni en mal. Le faire est non seulement stupide mais dangereux.

4) Plus personnellement, au titre d’une position critique, je refuse en général à la suite mais aussi au regard des différences internes (progressistes, conservateurs, intégristes) que l’on « communautarise » (tous dans un même sac communautaire) les musulmans, comme d’ailleurs les catholiques ou les autres croyants des autres religions.

II - CRITIQUE DES FETICHES

5) Je constate que l’hypertextile est bien porté par certaines musulmanes soit « librement » (quoique de façon plus psychorigide que le port d’un bonnet d’un ado) soit sur injonction des intégristes musulmans. M’y opposer ne me pose pas problème car...

6) L’hypertextile peut être préconisé et même imposé par d’autres intégrismes religieux : les juifs haredim sont tout aussi autoritaires que les musulmans intégristes en terme de sexoséparatisme. Les intégristes catholiques le furent aussi jadis.

7) Des athées pourrait former un groupe para-religieux pour le port de l’hypertextile que ce serait pareil pour moi. Je n’en connais pas. Mais ce serait tout aussi contestable. Le fait qu’une pratique contestable vienne de la religion ne la rend pas - en soi - supérieure ou protégeable. Ce serait réintroduire de l’inégalité et renforcer les fétiches religieux qui surplombent les humains.

8) Un voile est comme une casquette ou un bonnet, il s’enlève même si objet-fétiche pour certain(e)s ! Ce n’est pas un objet qui crée une essence, qui racise !

III - DIFFERENCE

9) Le racisme contre les Noirs, les Arabes, les Romms, les Chinois, les Maghrébins, etc se comprend comme une haine totale car celui qui l’entretient ne peux pas haïr pour partie. C’est tout ou rien. A la différence des religions.

10) On trouvait (et on trouve sans doute encore) certes des minorations de haine pour les Noirs ou pour les Arabes qui « savent se tenir à leur place - subordonnée » mais c’est un aménagement du racisme. Comme on trouve un aménagement de minoration du sexisme maintenu sur le même modèle inégalitaire et hiérarchisé.

11) Il y a une spécificité du racisme lié à la religion du fait de pratiques particulières vivement et fermement contestables très liées à une interprétation particulière de la religion : fondamentalisme ou intégrisme religieux sexoséparatiste (cf 21 thèses ) .

En ligne sur :

http://www.legrandsoir.info/essentialisation-raciste-haine-du-des-musulman-s-car-musulman-s.html

http://bellaciao.org/fr/spip.php?article151728

Christian DELARUE

lire :

21 thèses sur religion, intégrisme, patriarcat, racisme - C Delarue - Amitié entre les peuples
http://amitie-entre-les-peuples.org/14-points-sur-religion-integrisme-racisme

http://www.legrandsoir.info/21-theses-sur-religion-integrisme-patriarcat-racisme.html

Edwy PLENEL : Pour certains musulmans et pour certains juifs ! Pas tous !C Delarue - Amitié entre les peuples
http://amitie-entre-les-peuples.org/E-PLENEL-Pour-certains-musulmans-et-pour-certains-juifs

NB : L’orientation générale tiendrait pour l’essentiel dans la position suivante :

Aimer les hommes, haïr les oppressions : de Sartre à Ziegler.

Voici le commentaire de J Ziegler à propos de la formule de Jean-Paul Sartre. (Léo Jog)

Quand Sartre disait « Pour aimer les hommes, il faut haïr ce qui les opprime », tout est dans ce « ce ». La réaction n’est pas dirigé contre un groupe d’hommes ou des individus mais contre les mécanismes de l’oppression.

On dirait aujourd’hui les humains, les êtres humains.