De la haine des hypertextiles à la haine sexyphobique et haine des hypotextiles.

jeudi 5 janvier 2017
par  Amitié entre les peuples
popularité : 6%

De la haine des hypertextiles à la haine sexyphobique et haine des hypotextiles.

Nous allons parcourir ici le spectre de la haine se portant sur le vêtement des femmes. Cela part d’une la haine globale qui débouche sur l’essentialisme (source de racisme) aux critiques nettement plus ciblées qui portent sur ce qui peut y avoir de franchement détestable pour ne nombreuses personnes, y compris des croyant-es, dans certaines pratiques de la religion.

- QUELLE HAINE DES HYPERTEXTILES ?

Il faut préciser certaines appréciations ici . On parle beaucoup de la haine des femmes sous hypertextile que sont les musulmanes voilées avec jupes très longues en la ramassant sous le terme -souvent erroné en ce cas selon moi - d’islamophobie. Car ce faisant on oublie beaucoup de choses. Trop pour que ce soit vrai.

Au moins 3+1 :

1 - Ce qui est visé c’est l’hypertextile porté constamment et pas l’hypertextile porté occasionnellement et souplement selon le désir individuel de chacune. C’est un dogmatisme rigide et sexiste qui est critiqué par certaines féministes. Car on sait qu’il y a là une très lourde aliénation.

2 - Ce qui est visé ce n’est pas spécifiquement l’islam (islam en soi ou tout l’islam) mais un certain islam celui dit sexoséparatiste, celui défendu par les intégristes religieux, pas que musulman d’ailleurs même si eux le font partout sur la planète et que cela débouche fatalement sur des résistances.

3 - Ce qui est visé ce n’est pas spécifiquement une musulmane voilée - même si c’est le cas fortuitement - car ce serait une juive haredim que ce serait la même critique - qui ne serait alors pas dite islamophobique. Ce serait la tenue obligée de certaines chrétiennes, comme jadis, et peut-être encore dans certaines contrées que ce serait aussi la même critique.

4 - Ce qui est visé c’est certes le défaut de liberté (point 1) mais pas seulement. Une autre critique porte sur le fait de vouloir imposer sa religion partout et tout le temps comme un étendard sans s’occuper d’autrui. Une agression symbolique est visée. C’est là une critique différente des trois précédentes mais qui s’entend de plus en plus à propos du voile en entreprise, c’est à dire dans la société civile. L’entreprise - atelier ou bureau et pire encore la réception client - ce n’est pas la rue ou les hypertextiles peuvent déambuler et s’exhiber comme elles veulent.

Maintenant, il faut aussi dire l’inverse à propos des intégristes religieux.
Ils sont férocement sexyphobique et ils ont aussi la haine de l’hypotextile.

- LA HAINE SEXYPHOBIQUE ET DE L’HYPOTEXTILE DES INTEGRISTES RELIGIEUX

Certains (Iqioussen notamment et d’autres aussi) disent d’ailleurs : les animaux ne s’habillent pas les humains eux s’habillent. Ce faisant, on peut répondre que mettre un string pour cacher son sexe - masculin ou féminin - peut suffire à s’habiller. L’anthropologie confirme cette tendance chez les peuples anciens qui n’étaient pas totalement nus mais presque (corne mise sur le sexe masculin). Je dis cela sans critiquer pour autant le nudisme (que j’ai pu pratiquer un temps).

Cette tenue très hypotextile ne devrait pas déboucher sur des insultes, du harcèlement et des agressions physiques. Il devrait en être de même pour « l’hypotextile de ville » avec les décolletés et les mini-jupes des femmes. Or dans certains quartiers à l’hypertextile dominant il devient difficile pour ces femmes de se mettre en hypotextile.

On me répondra qu’il y a cette difficulté ailleurs là ou il n’y a pas d’hypertextile. Je suis d’accord mais notons qu’elle est moindre dans nombre d’endroit plus tolérants car on peut alors y voir vraiment une diversité textile qui accepte l’hypotextile, ce qui signifie nettement que la peur est soit moindre, soit absente. En général ce sont des places ouvertes (pas de petites rues sombres), très mixtes, de jour ou si c’est la nuit très bien éclairées.

CF La stigmatisation sexyphobique des intégristes religieux - Amitié entre les peuples
http://amitie-entre-les-peuples.org/La-stigmatisation-sexyphobique-des-integristes-religieux

Christian DELARUE