Un racisme sans « race » mais aussi sans raciste.

samedi 31 octobre 2015
par  Amitié entre les peuples
popularité : 7%

Un racisme sans « race » mais aussi sans raciste.

C’est pointer là une (ou des) forme(s) d’exclusion par racisme mais issue du jeu invisible des règles et des institutions. On parle de « racisme systémique ».

Un exemple est cité par M Wiévorka, avec l’école des uns et l’école des autres ou la différence est sociale mais aussi culturelle (combinaison du critère social du critère sociétal) et le séparatisme raciste un effet du système institutionnel.

lire L’islamophobie et les théories critiques du racisme | Période
http://revueperiode.net/lislamophobie-et-les-theories-critiques-du-racisme/

Sur ce point, il faut peut-être prolonger la lecture par « The new racism » de Martin Barker

Martin BARKER a inauguré en 1981 (lu par dessus l’épaule de M Wiévorka - 1) une nouvelle appréhension du racisme que l’on a nommé aussi racisme différentialiste (PA Taguieff 1988) ou nouveau racisme (Hall) ! Mais il n’est pas vraiment nouveau concernant les immigrés (Balibar 1989) . Le racisme colonial est ancien.

On a parlé aussi de racisme culturel mais en insistant sur le fait qu’une culture n’est pas homogène. Toute culture connait des contradictions, des sous-cultures. Et s’agissant de l’islam il y en a plusieurs et la culture musulmane est aussi hétérogène Il trop facile de refuser la notion d’intégrisme sexoséparatiste musulman sous prétexte que la culture musulmane serait très pudique. Quid de celle des juifs haredim ! Cet usage du terme culture couvrirait de trop les fractions autoritaires de l’islam en matière de moeurs.

Cette forme de racisme n’est pas fondée sur une pseudo « race » mais sur un processus de racisation, ie sur une racialisation, une mise en communauté homogène qui efface les individus, les groupes internes, les clivages.

On pourrait parler d’une mise à distance, d’une invisibilisation, d’une néantification à partir d’une différence culturelle qui déplaît fortement plus qu’une stricte volonté d’inférioriser.

in Le racisme, une introduction - Michel WIEVIORKA ou dans « La production institutionnelle du racisme » in « Le racisme à l’oeuvre » d’Hommes et Migrations de janv - fev 1998.

Christian Delarue