Rosa Parks à Chantepie 35. Christian Delarue MRAP

lundi 21 mars 2022
par  Amitié entre les peuples
popularité : 5%

Rosa Parks à Chantepie 35

Dans la ville de Chantepie, en périphérie de Rennes, se trouve un quartier excentré, relativement nouveau, plus populaire aussi, dont la place centrale se nomme Rosa Parks, nom d’une Afro-américaine devenue célèbre décédée le 24 octobre 2005 - période de trouble dans les banlieues françaises à l’époque (d’ou le lien et le souvenir) - et qui avait refusé en 1955 (date de la Conférence de Bandung) de céder sa place à un Blanc, ce qui déclencha un vaste mouvement d’abrogation des lois ségrégationnistes et de reconnaissance des droits humains.
En 1964 les Etats-Unis sont ainsi passés d’une « segrégation de jure » (de droit) à une « ségregation de facto » (de fait).

Cette règle (du devoir céder sa place à un Blanc) éminemment raciste, de type Apartheid, montre à quel point le racisme fut non seulement factuel mais durablement légal aux Etats-Unis, et ce à la différence de la France métropolitaine.

La France a certes connue elle aussi, outre l’antisémitisme, le racisme anti-noir et aussi un racisme anti-arabe mais beaucoup plus en lien avec celui qui s’imposait dans les colonies mais qui n’a pas eu d’existence légale en France métropolitaine.
Le Code noir a plus de 3 siècles. Il y a eu ensuite Napoléon impérialiste et esclavagiste (1802) et plus tard Pétain sous Vichy comme validation d’un racisme légal mais aussi les codes indigènes dans les colonies qui ne furent abolis qu’en 1945.
Le Code de l’indigénat distinguait deux catégories de citoyens : les citoyens français (de souche métropolitaine) et les sujets français, c’est-à-dire les Africains noirs, les Malgaches, les Algériens, les Antillais, les Mélanésiens, etc. Les sujets français soumis au Code de l’indigénat étaient privés de la majeure partie de leur liberté et de leurs droits politiques ; ils ne conservaient au plan civil que leur statut personnel, d’origine religieuse ou coutumière. Il en reste des séquelles mais il y a aussi des lois antiracistes, des associations antiracistes, des syndicats antiracistes pour que le racisme recule ! Adhérez !

Christian Delarue - MRAP Chantepie
JPEG - 68.2 ko