Nadia, Djemila, Fatima et Nabila | Sophie Durocher

mercredi 8 février 2017
par  Amitié entre les peuples
popularité : 5%

Nadia, Djemila, Fatima et Nabila | Le Journal de Montréal
Sophie Durocher

Drôle de hasard.

Au cours des trois derniers jours, trois femmes, de culture arabo-musulmane, ont écrit des textes courageux dans la foulée de la tuerie à la mosquée de Québec.

Trois femmes qu’on devrait écouter plus souvent. Nadia (El-Mabrouk), Fatima (Houda-Pepin), Djemila (Benhabib).

On a beaucoup entendu dire depuis une semaine que tout serait mieux au Québec si on connaissait mieux l’Islam, s’il y avait moins de « peur de l’autre ». On ne peut pas accuser ces femmes d’avoir « peur de l’autre » , elles sont arabo-musulmanes ! On ne peut pas les accuser de méconnaissance de l’Islam : elles viennent de pays musulmans !

J’aimerais bien que les bien-pensants qui nous lancent des pierres, nous pointent du doigt et nous accusent d’avoir du « sang sur les mains » depuis une semaine m’expliquent pourquoi ils ne parlent JAMAIS du combat courageux de nos sœurs musulmanes qui combattent l’intégrisme...

1-Fatima Houda-Pepin
http://www.journaldemontreal.com/2017/02/06/le-quebec-raciste
"Le silence de la majori­té des musulmans face à l’islamisme radical est assourdissant. Le tort qui est fait à l’islam et aux musulmans par les idéologues de la haine et les « leaders » autoproclamés est irréparable.
La balle est maintenant dans le camp des communautés musulmanes elles-mêmes. Les extrémismes se nourrissent réciproquement de leur haine mutuelle. On ne peut combattre le racisme si on ne combat pas les discours haineux et la violence djihadiste à l’égard des « mécréants »."

2-Nadia El-Mabrouk
http://kabyleuniversel.com/2017/02/04/face-au-drame-la-mise-en-accusation-dun-peuple/

« L’heure est à la flagellation publique et à la repentance face à un islam qui, lui par contre, est dispensé de toute remise en question. L’heure est grave pour le Québec, et annonce le retour de lois anti-blasphème, l’instauration de commissions appelant à la dénonciation publique, à l’accusation des citoyens du Québec. Tout cela ne fera qu’exacerber les tensions et fragiliser encore plus la paix sociale qui s’effrite avec, d’un côté la montée des communautarismes religieux et leurs demandes incessantes, et de l’autre la montée de groupes clandestins s’érigeant en justiciers. Pour lutter contre les uns, la solution n’est pas de se mettre à genoux devant les autres. »

3-Djemila Benhabib
https://www.facebook.com/djemila.benhabib.3/posts/377729925943514
« Je crains que nos décideurs nous aient placés dans une logique infernale. Ils se sont drapés dans les paroles des religieux. Nous avons assisté à un rare moment d’islamisation de la démocratie en direct. Ils n’ont pas su afficher la hauteur qu’exigent d’eux leurs fonctions. Un politique n’a pas à reprendre les paroles d’un religieux. Car il représente les Québécois dans leur pluralité et leur diversité. Il doit toujours incarner avec dignité sa fonction et ne jamais perdre de vue le sens de la nation et des grands principes démocratiques. »

4-Nabila Ben Youssef
Enfin, même si cela ne remonte pas aux derniers jours, je vous invite à écouter aussi les propos d’une quatrième femme arabo-musulmane, Nabila Ben Youssef qui, en 2015, interpellait Couillard qui affirmait que l’intégrisme est un choix personnel. Elle demandait aussi à voix haute pourquoi les médias donnaient la parole à des hommes comme Adil Charkaoui et pas à des femmes comme elle...
https://www.youtube.com/watch?v=ImB3YAk2ehw

Avez-vous remarqué hier à Tout le monde en parle ? Il n’y avait que des hommes pour parler du drame de la mosquée et des suites à y apporter.
La semaine prochaine, à Tout le monde en parle, un quatuor de choc, Fatima/Nabila/Nadia/Djemila, qu’est-ce que tu en dis Guy A. ?

http://www.journaldemontreal.com/2017/02/06/nadia-djemila-fatima-et-nabila