La CRI (Coordination contre le racisme et l’islamophobie) dissoute . Christian Delarue

lundi 25 octobre 2021
par  Amitié entre les peuples
popularité : 8%

La CRI a été dissoute.

La CRI (Coordination contre le racisme et l’islamophobie), a été dissoute en conseil des ministres.

https://blogs.mediapart.fr/christian-delarue/blog/231021/la-cri-coordination-contre-le-racisme-et-lislamophobie-dissoute

XX

On peut lire le document motivant cette décision sur le blog d’un féministe anti-islamisme politique :

https://www.naembestandji.fr/dossiers/islamisme-politique/la-coordination-contre-le-racisme-et-lislamophobie-a-ete-dissoute

Je ne reproduis pas ici les passages décisifs.

XX

La CRI, actif sur Lyon, fut dirigé par un militant relativement connu pour son engagement associatif M Abdelaziz Chaambi, un engagement à deux faces, semble-il, une tenant des discours antiracistes dans les manifestations et une autre excitant la haine d’une minorité d’islamistes sur les réseaux sociaux.

Abdelaziz Chaambi est passé du trotskisme (de LO) à l’islam et a milité ensuite pour la reconnaissance de l’islamophobie comme forme de racisme, notamment auprès du MRAP et de la LDH (cf texte de 2017 sur Mizane.info en 1). Sous réserve de la non acceptation des pratiques intransigeantes des intégristes musulmans ce fut fait dans les années 2003 et suivantes.

XX

En septembre 2003, le Mrap organise un colloque à l’Assemblée Nationale : « Du racisme anti-arabe à l’islamophobie… » (cf Différences n° 249, janvier 2004). Les débats furent donc lancés dans le MRAP. S’y ajouta ceux à propos de la Commission Stasi (opposition du MRAP en juillet 2003 car le projet ne concernait qu’une religion et pas toutes ) et de la loi du 15 mars 2004 portant interdiction des signes religieux ostensibles à l’école publique. La reconnaissance de l’islamophobie comme forme de racisme ne fut donc pas immédiate, mais elle le fut néanmoins et ce dans le cadre de la loi . À son congrès de 2004 (Différences n° 253, janvier 2005), le MRAP définit l’islamophobie dans le cadre de la définition légale de la provocation à la haine raciste : les actes islamophobes se traduisent par des violences, des injures, des discriminations envers les personnes ou des attaques contre leurs lieux de culte ou de sépultures.

On pouvait donc critiquer la religion musulmane comme toutes les autres, y compris d’ailleurs sous la forme du blasphème, mais on ne pouvait pas essentialiser LES musulman.eS en ignorant leur diversité sous prétexte - par exemple - qu’ils ou elles acceptent tous et toutes nécessairement le Coran dans toutes ses sourates, y compris celles les plus contestables.

Il y eu encore de nombreux débats dans cette décennie tant au MRAP que dans les autres organisations (LDH, ATTAC, organisations féministes, partis politiques de gauche, syndicats, ...) car il fallait tout à la fois bien défendre les droits humains - nous sommes le pays de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 ! (c’est déclaration qui compte ) - mais aussi s’opposer aux secteurs réactionnaires de cette religion comme des autres religions. On trouve une minorité d’intégristes religieux plus ou moins réactionnaires dans toutes les religions : pro-patriarcat, sexyphobes, sexoséparatistes, homophobes, athéophobes, etc.

XX

La position actuelle (mandat 2018-2021) du MRAP sur « islamophobie et racisme anti-musulman » est ici Extrait : « Racisme anti-musulman et enfermement identitaire politico-religieux renvoient l’un à l’autre. Défendre les victimes du racisme anti-musulman implique de se détacher voire de combattre les tendances identitaires des groupes de l’islam politique et de construire une mémoire partagée y compris de la colonisation. »

Aujourd’hui la problématique a évolué : Sous prétexte d’isoler les intégristes religieux (hétérogénéité aussi) faut-il accepter le contrôle de toute la société, de tous les croyant.es d’une religion ? Ne voit-on pas qu’il y a une dérive dangereuse contre les libertés publiques qui est à l’oeuvre dans un tel contrôle ? Sous prétexte de combattre l’islamisme politique et les intégrismes religieux le gouvernement passe sous couvert de lutte contre le séparatisme à un soupçon généralisé - il convient de s’en apercevoir car ce n’est évidemment pas évident pour tous et toutes - de toute une population : tout-e musulman-e est un-e intégriste cachée ou en puissance ! Et du soupçon on passe au contrôle généralisé ! C’est évidemment mauvais pour l’Etat de droit, mauvais pour les libertés publiques !

XX

Au-delà de la CRI il y a la question des dissolutions (ajout)

Le MRAP ne réclame en général (mais il peut y avoir des exceptions - Génération identitaire) aucune dissolution, ni d’un côté (groupes identitaires nationalistes français xénophobes) ni de l’autre (groupes identitaires ou racialistes haineux ou appelant à la violence), et il peut même s’inquiéter à bon droit d’un développement des pratiques administratives en ce sens dans la période.

Cependant par rapport à certaines positions qui sous-estiment la nuisance des intégristes réactionnaires ou des islamistes violents l’expression du MRAP sera différente ! C’est que les intégristes religieux ne sont pas nos amis - trop réactionnaires - et surtout ne sont pas des antiracistes, comme ils ou elles prétendent l’être ! Notre objet principal est la lutte antiraciste .

Christian Delarue

Militant au MRAP

Contributeur sur le volet intégrisme à « URGENCE ANTIRACISTE - Pour une démocratie inclusive » (ouvrage collectif coordonné par Martine BOUDET aux éditions du Croquant mars 2017)

1) https://www.mizane.info/abdelaziz-chaambi-il-nous-faut-sortir-de-la-victimisation-et-devenir-des-acteurs-de-transformation/