PSEUDO-ANTIRACISME : NON AU SEPARATISME RACISTE

samedi 25 novembre 2017
par  Amitié entre les peuples
popularité : 6%

PSEUDO-ANTIRACISME : NON AU SEPARATISME RACISTE

On répète désormais depuis l’affaire SUD Education 93 : « les blanc dehors (sauf les blanches voilées) et les non blancs dedans, c’est juste pour 30 minutes » Parfois avec des variantes : cf Mme Obono évoque sur Le Lab des stages non mixtes mais sans dire comment se fait l’exclusion.

Sur une base raciste, même 30 minutes c’est de trop !

Si le MRAP envisageait de soutenir çà je m’y opposerais frontalement pour que cette position reste minoritaire et que le trajet historique du MRAP soit respecté Le MRAP défend un antiracisme universaliste avec un profil historique spécifique par rapport à d’autres organisations françaises.

Le MRAP a été engagé jadis dans les combats non seulement contre le nazisme et l’antisémitisme puis contre le colonialisme, puis contre l’Apartheid en Afrique du sud puis en solidarité avec le peuple palestinien et désormais contre la xénophobie et la maltraitance des migrants ainsi que l’opposition aux contrôles policiers aux faciès partout ou ils sévissent, sans dire cependant qu’on avait par définition une Police raciste (alors qu’il y a bien des racistes dans la police ) ou un Etat raciste car la diffamation vaut aussi pour les personnes morales publiques (et des autorités administratives supérieures sont non seulement en droit mais en devoir d’agir si la qualification est avérée) .

La loi et les juges devraient interdire ce séparatisme raciste en France, même si des sociologues de type anglo-saxons ou influencés par lui ont le droit de conceptualiser ce que bon leur semble sur les pratiques sociales ! Les juristes et les juges voient autrement les choses.

Alors on dira « antiracisme moral » . Non le MRAP n’ignore pas qui sont massivement les victimes du racisme mais ce sont toujours des être humains de toute condition et de toute conscience (athée ou croyant) qui sont écoutés. Et on voit bien aussi que la complexité ne se coule pas dans un binarisme qui empêche de voir qu’un Noir peut haïr un Rrom ou l’inverse et que ce n’est pas si rare . On peut voir aussi qu’une Blanche non voilée (musulmane ou non) peut être victime de violences d’un musulman intégriste. Et vu la présence des divers intégrismes religieux en France il convient de ne pas laisser dogmatiquement cela de côté.

Pas ailleurs, pas de comparaison entre genre et « race » ou « entre entre soi de paroles libérées » pour femmes et « entre-soi racial-raciste » car le passage ne doit pas se faire. Pas même dix minutes. On franchit là une ligne rouge !

Et l’extrême-droite se frotte les mains !

Christian DELARUE

Addendum : Les Blancs (juifs ou présumés tels) victimes d’antisémitisme vont en atelier séparé des ateliers non mixte de l’antiracisme politique ?

http://bellaciao.org/fr/spip.php?article158529