La civilisation : localisée ou disséminée ? Christian Delarue

vendredi 18 septembre 2020
par  Amitié entre les peuples
popularité : 15%

La civilisation : localisée ou disséminée ?
Christian Delarue

La civilisation, dans une compréhension darwinienne prise au fil des ans par dessus les épaules de Patrick Tort, refuse la sélection, refuse de tuer ou d’abandonner les faibles ou les fragiles ou les plus âgés comme de préconisait Spencer (darwinisme social) . La civilisation comme souci de solidarité est transversale aux nations et aux continents , au point d’en faire des Internationales (cf Jean Ziegler contre la Raison d’Etat), de même d’ailleurs que son refus (internationale des intégrismes et mondialisation de la finance prédatrice). On dira alors - c’est ma position depuis longtemps - que la civilisation est disséminée et transversale, tout autant d’ailleurs que la barbarie .

Il y a des niveaux bien sûr : des formations sociales dépassent plus que d’autres les limites de la violence interne et externe. C’est tout l’enjeu de la promotion de régimes juridiques protecteurs des libertés et de la dignité des personnes.

Dans cette conception transversale et non communautaire, on signifie qu’on peut trouver en tout lieu de la planète des groupes humains porteurs d’attention à autrui, hommes et femmes, tant à l’égard des humains que des animaux ; des groupes humains animés aussi, au-delà de la simple attention (qui n’est qu’un premier pas), d’un réel refus des dominations, oppressions, exploitations et conséquemment d’un réel souci de promouvoir liberté et d’égalité. L’un et l’autre. Tout cela au sein d’une inscription dans une culture dominante variable, plus ou moins contradictoire.

A ces deux piliers la modernité a pu ajouter la laïcité et la fraternité, un principe politique et une valeur. On s’accordera sur le fait que la barbarie porte en elle les différentes formes de violence contre autrui, autrui étant compris sous toute catégorisation, qu’elle porte plus de dominations, plus d’inégalités économiques et sociales aussi et plus de guerres in fine.

Mais il existe une autre compréhension de la civilisation qui se trouve elle localisée et localisée en Europe.

Je cite ici Denis Collin (La Sociale) :

"Ce qui est par­ti­cu­lier et qu’on ne retrouve nulle part ailleurs, c’est ce qui se passe en Grèce après l’effon­dre­ment de la civi­li­sa­tion mycé­nienne et qui débou­che sur des inno­va­tions majeu­res : l’inven­tion de la démo­cra­tie avec les lois de Solon, com­plé­tée et mise en œuvre par Clisthène, l’inven­tion de la phi­lo­so­phie et l’inven­tion des scien­ces. On s’est évertué depuis long­temps à mini­mi­ser l’impor­tance de ces inno­va­tions, à en affai­blir la portée, en rela­ti­vi­sant ce que les Grecs ont inventé.

Il poursuit son propos ainsi :

On trouve certes des formes de déci­sion démo­cra­ti­que chez les tribus noma­des de chas­seurs-cueilleurs, mais un sys­tème démo­cra­ti­que comme Athènes, ins­tallé dans un État stable, dans une cité entou­rée de murs comme toutes les cités-empi­res de l’époque, c’est une inven­tion abso­lu­ment unique. Tous les citoyens sont égaux devant la loi (iso­no­mie) et ils sont répar­tis ter­ri­to­ria­le­ment en mélan­geant les clas­ses socia­les de façon à obte­nir une cer­taine homo­gé­néité. Concernant la phi­lo­so­phie, on pourra évoquer les thèses de Jaspers sur la période axiale de l’his­toire de l’huma­nité qui ver­rait s’ins­tal­ler pres­que simul­ta­né­ment de nou­vel­les maniè­res de penser en Chine, en Perse, en Inde et en Occident entre 800 et 200 av. J-C. Il y a du vrai dans cette thèse — on remar­quera aussi que les gran­des inven­tions qui mar­quent l’ère néo­li­thi­que sont, elles aussi, pres­que simul­ta­nées dans toutes les diver­ses bran­ches de l’espèce humaine. Cependant, là où il s’agit d’un chan­ge­ment des valeurs — et effec­ti­ve­ment on peut trou­ver de nom­breux points com­muns entre Confucius et Aristote — la phi­lo­so­phie grec­que apporte une nou­veauté en fai­sant de la ques­tion de la vérité et du ques­tion­ne­ment sur la vérité l’axe cen­tral de la phi­lo­so­phie. La vérité ne vient plus ni des dieux, ni de la tra­di­tion, ni de la nature, mais de l’acti­vité du logos, c’est-à-dire de la parole humaine. La démo­cra­tie trouve une jus­ti­fi­ca­tion de pre­mière impor­tance : chaque homme, pourvu qu’il soit éduqué et se place, comme Solon le deman­dait, sous le com­man­de­ment de la raison est apte à décou­vrir par lui-même la vérité et donc à déci­der en fonc­tion de ce qui est incontes­ta­ble­ment vrai. La phi­lo­so­phie est une affaire grec­que, trans­mise à tout le monde occi­den­tal par les Romains, des conqué­rants qui se sont mis à l’école du peuple conquis et qui s’est ensuite nouée d’une manière tout à fait spé­ci­fi­que avec cette secte juive qu’est, ori­gi­nai­re­ment, le chris­tia­nisme

Défendre la civilisation contre les barbares - La Sociale
https://www.la-sociale.online/spip.php?article445

Mettre la civilisation du côté des puissances occidentales, toujours dominantes sur la planète me paraît tout à la fois hypocrite (cela cache sa barbarie impérialiste sous un communautarisme vertueux) et dangereux (nous sommes civilisés, les autres non ou moins ou franchement barbares).

Christian Delarue


Brèves

27 avril 2019 - UE : Refus du travaillisme - RTT 30H hebdo

UE : Refus du travaillisme - RTT 30H hebdo
https://www.facebook.com/groups/331158090917542/

30 mai 2010 - TravaillismExit - RTT partout en Europe !

TravaillismExit - RTT partout en Europe !
https://www.facebook.com/events/1730316523900013/