Avancer sur deux fronts contre l’islamophobie raciste et contre l’islam radical - C Delarue

jeudi 13 mai 2010
par  Amitié entre les peuples
popularité : 25%

Avancer sur deux fronts contre l’islamophobie raciste et contre l’islam radical

Christian Delarue

http://blogdekrisdlr.over-blog.com

http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=12801

Eric Besson le Ministre avance contre burqa et imam mais ne donne guère de gage pour empêcher une dérive islamophobe. A l’inverse la gauche soucieuse à raison de la montée de l’islamophobie en France et en Europe se tait sur l’islam radical qui sert d’appui à la droite raciste. Il faut rompre le cercle vicieux de ces ignorances.

1) Eric Besson, ministre, veut contrôler les imams contre l’islam radical.

La montée inquiétante des actes d’agression contre des musulmans ou contre l’islam sur les mosquées incite à renforcer la vigilance contre le racisme anti-musulman. Les musulmans en Europe ne sauraient être inquiété du fait de leur croyance religieuse pas plus d’ailleurs que les autres religions. A ce propos on ne saurait confondre l’Islam radical avec les pratiques courantes de l’islam.

Le dire ne suffit pas à effacer les craintes puisque des textes tel que celui de Robert Redeker ou des clips tel celui de Geert Wilder laissent entendre pour le premier que tous les musulmans croient en une religion violente et sexiste et pour le second que des hordes de musulmans guerriers envahissent l’Europe. Le premier confond les pratiques réelles des croyants avec les passages à critiquer qu’il a pu trouver dans le Coran à l’instar de Michel Onfray et le second confond l’immense majorité des musulmans ordinaires avec l’activisme de l’islam de conquête. Ces propos sont aujourd’hui rediffusés par Riposte laïque.

Comme faire ? Du fait de l’existence certaine de l’islam radical, Monsieur Eric Besson a déclaré récemment vouloir favoriser la formation des imams en France (1). On peut voir là une évolution « à la Turque » de la laicité française. La turquie qui a puisé dans le modèle français de laicité a du l’adapter pour tenir compte de l’isalm comme religion dominante. Cette adaptation a consisté à laïciser l’islam. Il semble qu’Eric Besson penche vers une politique active à l’égard de l’islam plutôt que vers une politique strictement séparative qui laisse l’islam radical libre d’agir en France.

2) Pour sortir de la configuration « Redeker 2006 », il importe de lutter contre l’islamophobie.

On ne saurait défendre l’islamophobie pour s’en prendre à l’islam radical. Cette voie est une grave erreur. Il importe d’être ferme contre l’islamophobie et contre l’islam radical, contre l’un et l’autre. Pas toujours facile cependant.

Retour sur la configuration de l’automne 2006.

Robert Redeker a publié le 22 septembre 2006 dans le Figaro un article intitulé "Face aux intimidations islamistes, que doit faire le monde libre ? (2)

Son texte s’en prend sans nuance à l’islam et retourne ensuite la charge contre tous les musulmans. C’est ce transfert de la critique grossière - mais libre - de cette religion contre tout un ensemble de croyants qui a permis au MRAP de caractériser ce texte de raciste. Il ne s’agit plus d’une simple critique de l’islam, ni même d’une islamophobie sans conséquence (qui ne « blesse » que la religion) mais d’une islamophobie raciste qui vise à traiter de sous-humains un ensemble d’humains croyants en islam. Cela dégénère avec des exclusions et des violences contre des musulmans ou des personnes supposés l’être .

C’est ce que j’ai souligné alors dans mon rapport fait au BE puis au CA du MRAP. On peut remarquer que Geert Wilder a usé dans un clip - Fitna - du même procédé. Il met d’abord en scène le discours haineux des mollahs pour l’Occident, des scènes porteuses d’un islamofascisme pour le rapporter ensuite, en fin de clip, de façon raciste, à l’ensemble des musulmans entrant en Europe. Le procédé de construction de l’islamophobie raciste est identique derrière deux discours différents et deux supports médiatiques différents.

Le texte de Robert Redeker a évidemment suscité la riposte des islamistes radicaux qui ont lancé des menaces de mort contre Robert Redeker. Il fallait évidemment s’attendre à ce genre de chose. Cette réplique favorise un affrontement entre les extrêmes ceux de la liberté d’expression absolue - on peut tout dire - contre les intégristes islamistes prompts à la fatwa. On se trouve en présence d’une sorte de guerre entre le camp des racistes anti-musulmans soutenant un provocateur sans nuance et raciste et qui déshonore la pensée des Lumières qu’il dit défendre et le camp islamo-fasciste de tous les mollahs réactionnaires du monde musulman. Entre les deux camps la raison majoritaire, croyante ou non, est doublement critique puisqu’elle s’oppose d’un côté au racisme anti-musulman et elle critique de l’autre l’islam radical mais elle a bien de la peine à faire entre sa parole .

La logique campiste issue du « choc des civilisations » de Samuel Huttington sert de matrice simplificatrice pour la pensée facile et réactionnaire. Ce sont les femmes, les jeunes et finalement les peuples qui en souffrent.

Christian Delarue

1) Eric Besson annonce de futures formations d’imam à l’université

2) Face aux intimidations islamistes, que doit faire le monde libre ?