A propos de Leila Adjaoud (RL) et sa charge ! C Delarue

mercredi 12 janvier 2011
par  Amitié entre les peuples
popularité : 9%

A propos de Leila Adjaoud (RL) et sa charge !

Le texte de Leila Adjaoud (1) de Riposte laique est une énième et longue critique (en dérision) contre Mouloud AOUNIT et contre le MRAP . Bien que je ne partage pas avec Mouloud sa tonalité trop bienveillante et révérencieuse à l’égard de l’islam (traduite par la formule « ami du Prophète ») je critique fermement cette attaque. En effet, d’une part, le site Islam en France use d’une définition élargie et abusive de l’islamophobie pour injurier le militant antiraciste que je suis. Et d’autre part, Riposte laïque reprend finalement cette définition élargie et fausse pour attaquer Mouloud Aounit en voulant ignorer que l’islamophobie est une forme de racisme non seulement combattue par le MRAP mais aussi par les institutions judiciaires chargées d’appliquer le droit. On se trouve donc en face d’une double manipulation politico-idéologique qui ignore la véritable définition de l’islamophobie que ce soit de Riposte laique ou d’Islam en France. Cela doit être dénoncé.

Je précise un fait méconnu de certains : Mouloud AOUNIT qui s’était montré hostile au blasphème le 15 janvier 2005 était revenu sur son dire ensuite. Mais la presse n’a retenu que le premier message. En fonction de cette position attestée par le mouvement on peut dire que la définition de l’islamophobie telle que défendue par le MRAP et Mouloud ne va pas jusqu’à englober le blasphème. Mon propos s’inscrit dans cette orientation. C’est le communiqué du MRAP sur le racisme en Alsace qui était en porte-à-faux d’ou mon initiative . Pour ceux qui veulent aller plus loin que cette affirmation au plan de la philosophie de droit et de la jurisprudence européenne il faut lire l’essai de Guy HAARCSHER sur internet (Liberté d’expression, blasphème, racisme) .

La possibilité du blasphème comme modalité de critique de la religion n’est jamais que le pendant de la liberté de religion dans la société civile. Si cette dernière liberté est reconnue - ce que toutes les conceptions de la laïcité ne valident pas - comme volet de la liberté de conscience et d’expression, alors l’autre volet en est la liberté de critique de la religion. L’un va avec l’autre dans les sociétés démocratiques et laïques. De deux choses l’une en effet, soit on considère que l’espace public est neutre et la liberté de conscience et d’expression de la religion est d’ordre privé (position de JB Chauvin) soit on considère que l’expression religieuse est possible en public (avec des limites) mais alors sa contestation l’est aussi. Nul ne pourra enlever sans résistance cette possibilité de critique dans les sociétés qui prétendent défendre les libertés et droits démocratiques ! L’histoire nous apprend qu’il faut toujours repousser l’emprise des religions.

L’instrumentalisation de mes propos pour les rapprocher de Chagnon, Redeker et Wilders ne tient pas. J’ai critiqué Redeker et Wilder comme islamophobe. C’est d’ailleurs moi qui ait présenté le rapport au BE sur Redeker puis au CA . Mais peut-être n’a-t-on pas assez vu à l’époque que pour moi l’islamophobie était patente SEULEMENT A LA FIN DES EXPOSES quand Redeker et Wilder chargeaient les monstruosités de l’islam sur le dos de tous les musulmans.

J’ajoute que je ne suis même pas un peu « islamophobe » façon Imbert. Je suis sans doute comme d’autres au MRAP « islamistophobe » (expression de Daniel Pipes) ainsi que je l’ai dit au moment il a été décidé en 2OO6 de créer un groupe « intégrisme » auprès du BE et que je devais animé (recherche d’auteurs, lecteurs, présentation plurielle, etc...). Et quand je dis qu’il existe « certains passages » négatifs dans le Coran c’est que je pense deux choses : qu’il y a de bons textes avec des croyants qui s’en inspirent mais quelques passages forts mauvais avec des intégristes qui s’en inspirent.

On peu regretter avec Dounia Bouzar qu’ « A droite comme à gauche, les politiques valident la définition de l’islam porté par les radicaux » car cela est source de racisme. J’ai parlé de néo-racisme ( ). Mais il se trouve que le mal est fait et pas que par la gauche et la droite mais aussi du fait que les « minorités agissantes » de l’islam radical sont visibles et que leurs principes sont abondamment diffusés tant sur le web que sur dans les quartiers ou les musulmans sont majoritaires . Ils ont une certaine influence chez certains musulmans qui opèrent une adoption sélective. Ce qui fait qu’il n’y a pas au niveau des pratiques sociales une rupture franche mais un continuum à forme décroissante allant du radicalisme à une pratique plus égalitaire et tolérante de l’islam.

Christian DELARUE

1) Mouloud Aounit, quelles sanctions allez-vous prendre contre l’islamophobe Christian Delarue du Mrap ?

lundi 3 janvier 2011, par Leila Adjaoud

http://www.ripostelaique.com/Mouloud-Aounit-quelles-sanctions.html

nb : Christian Delarue a élu au dernier congrès du MRAP et pas Mouloud Aounit mais ce dernier a longuement été ovationné en signe de reconnaissance pour sa longue activité militante par l’ensemble des congressistes.

sur : Blasphème & Islam de France : Islamophobie étendue à la « diffamation des religions » ?
http://amitie-entre-les-peuples.org/spip.php?article1472

ENTRE DEUX FEUX : Peu importe le contenu du Coran !
http://amitie-entre-les-peuples.org/spip.php?article1459


Brèves

8 janvier 2017 - Ni kippa, ni voile, ni autre signe religieux ostensible à l’Assemblée Nationale

Ni kippa, ni voile, ni autre signe religieux ostensible à l’Assemblée Nationale