Entretenir une saine méfiance contre les religions - C Delarue

jeudi 21 décembre 2017
par  Amitié entre les peuples
popularité : 3%

Entretenir une saine méfiance contre les religions.
Contre les communautarismes qui protègent les intégrismes religieux.

XX

Préalable : Il ne s’agit pas de dire que l’athéisme est en soi positif et porteur d’une exemplarité pour tous et toutes. Cela est stupide car l’athéisme, au-delà de sa racine commune, qui ne voit nul dieu parlant et agissant, est fort divers au plan culturel. A priori, il est critique des religions, car souvent il s’est construit contre elles et leurs défauts les plus récurrents, les plus répétés. Contre ce qui est toujours pénible dans les religions et depuis des siècles. Cette tendance à l’exhibitionnisme ostensible , à l’emprise territoriale, à l’emprise sur les consciences et ce dès le plus jeune âge. Une volonté de formater les corps et les consciences. Le voilage des gamines de 5 à 13 ans en est un exemple.

Position : Entretenir une saine méfiance contre les religions, contre chaque religion est nécessaire. C’est là une leçon de l’histoire. Aucune religion ne saurait se prévaloire d’une quelconque perfection. Elles tendent pourtant à réclamer des privilèges. Et ces privilèges tendent à construire un ordre hiérarchisé du monde. Elles ignorent le terme émancipation et plus encore pluri-émancipation. Cette position est une position politique pas « morale ».

Les religions sont vues par certains - parfois par des athées - comme porteuses de biens et de spiritualité. C’est un a-priori qui doit être impérativement soumis à la critique. On ne saurait avoir la faiblesse de croire à pareille chose ! C’est un masque, un artifice . Bien sur qu’il existe des croyants particulièrement soucieux du bien et de la justice dans plusieurs religions. C’est certain et il faut dire qu’on en trouve dans le monde musulman comme dans les autres religions. Mais on ne saurait généraliser. Il faut absolument conserver son esprit critique.

- Critiquer sans généraliser

Dans chaque religion on trouve des progressistes en capacité de se garder de toute intolérance - nouveau rappel - mais on trouve aussi des conservateurs en moeurs et des réactionnaires de divers niveaux. Ce n’est pas quelques individus égarés, c’est un phénomène collectif. Donc politique. Chaque religion porte sa fraction de réactionnaires. Et ils sont très nombreux.

Au regard de cette appréciation, il faut plutôt entretenir un a-priori très critique totalement à l’inverse du regard béat sur les religions . C’est même un regard qui d’emblée va suspecter quasiment toute religion d’entretenir diverses oppressons et dominations. Voilà qui risque de heurter la pensée anti-raciste . Et bien j’insiste, car je suis anti-raciste aussi, mais pas un antiraciste naïf !

Ma position est que ce regard critique doit épargner les seuls croyants progressistes mais certainement pas les croyants conservateurs et réactionnaires. Ceux-là et celles-là ne méritent aucune protection. Ce sont même des ennemis. Je suis non-violent et je respecte le droit mais Je les combats avec universalisme, donc qu’ils ou elles soient du Nord ou du Sud, pauvres ou riches.

Les croyants réactionnaires ont trop tendance à imposer leur expression de croyance à autrui (difficulté à la sécularisation), à mépriser les femmes, les homosexuels, les athées. Certains sont sexyphobiques, surtout dans le monde musulman. Plus largement, cette fraction réactionnaire construit un hyper-patriarcat sexoséparatiste ou les femmes doivent rester à la maison, ne pas sortir sans être mise sous hypertextile.

- Fascisme vert ?

Dans la ligne du rapport du MRAP de 2003 il s’agit de dénoncer une assimilation du « fascisme vert » (formule moins employée de nos jours (1) ou l’on parle d’islamo-fascisme) à l’ensemble des musulmans . Je cite : "S’il ne s’agissait que de dénoncer le fascisme des intégristes musulmans, nul n’y verrait de désaccord, la contestation des religions est un droit, et l’histoire tumultueuse de celles-ci mérite un examen critique. Mais dans le cas présent, « vert » est la couleur de l’islam. C’est donc à toute une religion et ses croyants que Del Valle déclare sa guerre sainte.

Il a beau jouer de l’ambiguïté et feindre parfois de ne viser que l’islamisme intégriste, le concept de « fascisme vert », ne représente, de fait, qu’un maquillage de la diabolisation de l’ensemble des populations arabo-musulmanes.
Il suffit d’analyser ses textes : de Kaboul aux banlieues françaises il s’agit pour lui de lutter contre un même ennemi, l’islam. Les imprécations, la vision apocalyptique, du « péril vert sont mises au service de la théorie du « choc des civilisations »

- L’histoire coloniale comme alibi pour une position a-critique

L’histoire coloniale rapporte que la religion chrétienne a participé à la soumission coloniale des indigènes et s’est montrée complice du colonialisme et de l’impérialisme des puissances du Nord (France, Belgique, Grande-Bretagne surtout mais aussi Espagne, Italie et Portugal). Soit ! Il ne s’agit pas de nier cette histoire ni même de ne pas voir en quoi elle peut perdurer . Mais il s’agit de voir aussi que cette répétition du discours sert aujourd’hui à un endormissement de la critique .

De nos jours, on trouve aussi de part le monde une forte intolérance des musulmans contre les juifs et contre les chrétiens et les athées comme on trouve des juifs intolérants contre les musulmans et les arabes. Précision ici eu égard à mon dernier propos : Tous les juifs ne sont pas sionistes et tous les sionistes ne sont pas juifs. Il y a la matière à vigilance antiraciste.

Ceci dit, il importe donc de combiner antiracisme et pensée critique de pluri-émancipation qui sache aussi porter la critique chez ceux et celles qui sont dominés par le capitalisme et l’impérialisme (qu’il faut aussi combattre : le MRAP est membre co-fondateur d’ATTAC et participe ainsi aux luttes altermondialistes). Car s’il importe d’être anti-impérialiste et anti-capitaliste ce n’est pas dans le silence, typique du marxisme stalinien, à l’égard des autres formes de dominations et oppressions.

- Islamophobie et niveau de critique.

Les défauts de l’islam ne tombent pas du ciel. Ils sont le fait d’une activité humaine, d’une activité matérielle donc (au sens de l’Idéologie allemande de K Marx) qui avance sous l’effet de ses contradictions . La critique ne va donc pas s’en tenir à l’islam (comme le souhaite certains) soit au texte du Coran et aux discours interprétatif des imams et autres propagandistes (2) . C’est qu’il importe de critiquer l’activité des musulmans réactionnaires dans les quartiers et ailleurs. On note bien que cette critique vise ceux qui s’en tiennent à une interprétation réactionnaire de l’islam et ce sont les divers intégristes, hommes et femmes. On voit donc bien qu’il ne s’agit pas seulement de critiquer l’islam comme on critiquerait une idéologie hors sol, mais aussi des croyants particuliers.

Or Marwan Muhammad dans son livre « Nous aussi nous sommes la Nation » voudrait qu’on ne porte pas cette critique sur des personnes - des groupes critiqués pour leurs discours et leurs pratiques - car ce serait dit-il une « injonction à l’exemplarité » et pour lui la lutte contre l’islamophobie« sous-entend que les musulmans sont tous »normaux« , »tous membres de la Nation« et ce même si ils déploient des discours et des pratiques autoritaires, sexistes, racistes (anti-athées), sexyphobiques, etc. Cet intellectuel défenseur d’une notion englobante de l’islamophobie n’a pas l’air de comprendre que les citoyens »normaux" de toute conscience (croyante ou non) peuvent subir la critique. La critique n’est évidemment pas sans limite : pas d’insulte, pas d’injure, pas de diffamation, etc . Mais cette critique est exprimable. On peut donc la formuler.

- L’islamisation par l’hypertextile

Le voile et la tunique « cache-cul » par dessus le pantalon (quand il n’y a pas jupe ras du bitume) gagnent du terrain, notamment dans les quartiers populaires des villes d’Europe. Ce n’est plus de la diversité par les origines diverses, ou de la richesse multiculturelle par les langues (on parle beaucoup arabe à Marseille et cela crée une richesse). Mais là, il s’agit d’une imposition, d’une emprise, d’une domination issue d’un puissant contre-mouvement réactionnaire. Mouvement aussi bien endogène qu’exogène. Le « tchernobyle » de l’islam réactionnaire ne s’arrête pas aux frontières !

Cela concerne surtout une religion de nos jours. Du moins une fraction des musulmans . Pas tous les musulmans ! Pas d’amalgame essentialiste ! Mais ce serait les juifs haredim massivement implantés que ce serait pareil. Ce serait des catholiques intégristes comme au XIX siècle que ce serait pareil. Et imaginons un instant qu’il existe une idéologie séparatiste athée pratiquant le harcèlement sexyphobique, pour couvrir les femmes sous voile plus tuniques « cache-cul » au-dessus du pantalon, que ce serait encore la même réprobation ! Il ne faut pas hésiter à répéter cela !

- Pour la laïcité et un pluralisme textile respectueux d’autrui

Vous avez peut-être déjà entendu « le féminisme n’a jamais tué personne » La formule est à reprendre : la laïcité n’a jamais tué personne. Même une laïcité dure ou même une laïcité jugée islamophobe ou discriminante selon certains à propos de la loi de mars 2004 contre le signes religieux ostensibles.

Poursuivre le combat laïque et le combat social est nécessaire. C’est le sens d’un appel récent (3) de ce mois de décembre 2017. Car il faut aller plus loin pour que les différentes consciences soient protégées.

La question des accompagnatrices voilées est revenue (4). Par ailleurs, il est inconcevable qu’on laisse en France s’exercer la mise sous voile des gamines de 5 à 13 ans (5). Ce genre de contestation est montante. Tout comme les féministes critiquent durement le fait qu’une relation sexuelle puisse être jugée accomplie avec consentement lorsqu’elle concerne une jeune fille (débat sur l’âge : 13 ans ?). La question du voile en entreprise privée est posée, tant en réception de clients qu’en bureau de travail (6) lors d’un port proximal et constant.

Christian DELARUE

1) Le « fascisme vert » est encore explicité ici, fondé sur les travaux de René Marchand
http://webresistant.over-blog.com/article-12310557.html

2) Sur ce point les critiques doivent être différentes . Mais on peut critiquer tout autant Hani Ramadan fondamentaliste musulman que Tariq Ramadan, réformateur musulman mais néanmoins très conservateur en moeurs.

3) Appel : Lier le combat laïque au combat social, fédérer le peuple

http://amitie-entre-les-peuples.org/Appel-Lier-le-combat-laique-au-combat-social-federer-le-peuple

et ailleurs à une date postérieure avec les signataires classés par catégorie

4) Non au voile dans les activités périscolaires - Yvon Quiniou | Le Club de Mediapart

https://blogs.mediapart.fr/yvon-quiniou/blog/121217/non-au-voile-dans-les-activites-periscolaires

Non au string seins nus dans les activités périscolaires - Christian Delarue

[https://blogs.mediapart.fr/christian-delarue/blog/131217/non-au-string-seins-nus-dans-les-activites-periscolaires>https://blogs.mediapart.fr/christian-delarue/blog/131217/non-au-string-seins-nus-dans-les-activites-periscolaires]

5) INTERDIRE HYPERTEXTILE ET SEXYMANIA AUX FILLETTES

http://amitie-entre-les-peuples.org/INTERDIRE-HYPERTEXTILE-ET-SEXYMANIA-AUX-FILLETTES

6) CONTRE LES SIGNES OSTENSIBLES (SO) DE RELIGION EN RECEPTION CLIENT DES ENTREPRISES PRIVEES - CONTRE LES SO DE RELIGION EN MILIEU CONTRAINT DURABLE ET PROXIMAL (au travail)

https://altermd.blogspot.fr/2017/11/contre-les-signes-ostensibles-so-de.html


Brèves

8 janvier 2017 - Ni kippa, ni voile, ni autre signe religieux ostensible à l’Assemblée Nationale

Ni kippa, ni voile, ni autre signe religieux ostensible à l’Assemblée Nationale