Remarques C Delarue sur les propos d’Alain Gresh (vidéo Sénat)

lundi 15 février 2016
par  Amitié entre les peuples
popularité : 9%

Remarques de Christian Delarue sur les propos d’Alain Gresh (vidéo Sénat).

Etant attentif à ne pas stigmatiser les musulmans mais à ne pas, non plus, laisser se diffuser l’intégrisme religieux musulman, qui ne se limite pas à la lapidation, j’ai quelques modestes remarques à faire aux propos d’Alain Gresh dans la vidéo Sénat (1).

Il n’y a effectivement pas de « communauté musulmane », comme le dit à raison Alain Gresh mais voir la diversité surtout en fonction des origines nationales (Algérie, Maroc, Turquie, France, ) est un piège qui permet au-delà, des différences d’origine nationale, de faire l’impasse sur les différences de pratiques de la religion, tantôt progressistes, tantôt réactionnaires . Or ce qui importe c’est de cibler l’intégrisme musulman porteur de sexyphobie, de sexoséparatisme, et d’autres pratiques nuisibles.

Il dit peu de chose de l’UOIF si ce n’est qu’elle est en crise, qu’elle est très organisée et hiérarchiquement structurée et qu’elle a du mal à s’implanter dans la jeunesse - Sa dimension hyper-patriarcale n’est pas soulignée, ni le fait que des critiques sont produites, M LOUIZI notamment (voir son blog sur Médiapart)

Ce qu’il dit du salafisme est à souligner puisqu’il note sa division en divers courants allant du quiétisme réactionnaire au plan des moeurs mobilisé contre une société impie (ce qui le rattache à l’intégrisme musulman) au djihadisme de DAEC’H dont il ne dit pas qu’outre la violence guerrière ils sont aussi des sexoséparatistes aussi réactionnaires que les intégristes quiétistes.

Sur la lapidation et, un niveau en-dessous (oublié quoiqu’important), sur le droit de « corriger » sa ou ses épouses on aurait aimer en savoir plus. Le droit de frapper son épouse est très utilisé par les intégristes pour imposer le sexoséparatisme et l’hypertextile.

Sur Hassen Chalgoumi (qui ne serait pas écouté des musulmans) et Tariq Ramadan (qui a évolué et dont le double discours n’aurait pas (lui) un programme caché) c’est assez connu comme discours, mais il ne dit pas que c’est ici la position de chacun sur le conflit israélo-palestinien qui semble prédominer pour les affinités communautaires, plus qu’un positionnement plus respectueux des droits humains (des femmes notamment) de l’un ou de l’autre me semble-t-il. On pourrait préférer l’un pour les droits humains et l’autre pour sa position pro-palestinienne, comme on peut aussi s’abstenir sur l’un et l’autre (ce qui serait grande sagesse tant il y a surdose).

Que la Charia ne soit pas un corps fixe absolument réactionnaire pour toujours, nous sommes d’accord, mais ne peux-t-on constater, sans injurier personne, que la meilleure charia reste très réactionnaire. Et pas qu’un peu !

Christian Delarue

Propos liminaires de Alain GRESH
http://videos.senat.fr/video/videos/2016/video31633.html