Pour un antiracisme universaliste non campiste et non confusionniste. Christian DELARUE

dimanche 29 avril 2018
par  Amitié entre les peuples
popularité : 13%

ZONE GRISE" :

Pour un antiracisme universaliste non campiste et non confusionniste.

Il n’y a pas deux camps mais trois (au moins) : les pro-occidentaux (avec des variantes), les pro-musulmans, les antiracistes universalistes non campistes.

http://amitie-entre-les-peuples.org/Pour-un-antiracisme-universaliste-non-campiste-et-non-confusionniste-Christian

La « zone grise » (cf notes 1 et 2) est cette « zone en entre-deux, ni blanche ni noire, mais où l’on se mélange ». La coexistence multiconfessionnelle ne va pas sans friction sans conflictualité dans la société civile.

- Solidarité sans confusion

Christian Delorme, appelle à la solidarité entre musulmans et non-musulmans. (cf article de MS Sgherry du Point 1) . Propos rapide que l’on sort trop facilement à certains moments délicats. C’est possible et compréhensible. N’empêche : quel confusionnisme béat ! On ne saurait en rester à de telles généralités . Il importe d’ être plus précis pour éviter une vision qui amalgame dans un même groupe progrès humain et intégrisme religieux divers.

Comme antiraciste non campiste, ma solidarité va aux musulmans qui ne pratiquent pas l’intégrisme religieux, et notamment à celles et ceux qui refusent le voilage des femmes. Nous sommes nombreux à contester cette pratique ignoble justifiée par une interprétation archaïque de la religion, celle des juifs haredim ou des divers intégrismes musulmans. Soyons clair ici .

- Pas de campisme

Par ailleurs, cette thèse de la « zone grise » qui relève du « choc des civilisations » permet à M Yasser Louati (2) de défendre dans un texte sur l’alliance objective entre islamophobes et terroristes musulmans un pseudo-antiracisme campiste et communautariste pro-musulman en bloc contre un communautarisme raciste pro-occident. On a là du « camp contre camp » ! Ces thèses valident un « choc raciste des communautarismes ». Pas d’hétérogénéité chez les musulmans, pas de luttes internes contre le crypto-fascisme islamique qui ne se réduit pas à DAECH (trop facile !).

M Louati fait une exception avec ce passage du texte cité : « Néanmoins, il arrive que de la nuance soit apportée en utilisant des mots valise tels que “islam radical”, “islamisme” ou “radicalisation”, mais sans jamais dire clairement où se situe le curseur entre pratique religieuse, idéologie politique et terrorisme. Ce flou est par ailleurs très pratique pour semer la confusion et laisser entendre que la pratique religieuse des musulmans en elle même pose problème. »

Mot valise ? Vouloir sortir du binarisme communautariste et du campisme est d’emblée critiqué alors que le binarisme (tout bien ou tout mal) ou le campisme sont mortifères. Vouloir construire un réel antiracisme qui ne couvre pas les intégrismes religieux ne lui apparaît pas possible. On retrouve l’objection du curseur . Le curseur est posé par les définitions des intégrismes religieux. M Louati met au singulier la pratique religieuse des musulmans or il y a diversité . Et pourquoi certaines pratiques religieuses dans la société civile ne poseraient pas problème cher M Louati ? Que ce soit celles des musulmans ou d’autres croyants !

- Les campagnes de hidjabisation

Ainsi, la hidjabisation forcée des femmes (cf aux « campagnes des islamistes en Algérie) n’est pas une pratique religieuse acceptable. On ne saurait la tolérer ! Et le voile librement porté peut dans ce contexte être fortement critiqué et même franchement détesté sans qu’il y ait une once d’islamophobie au sens de haine des musulmans. L’essentialisme est une bêtise en plus d’un racisme mais le procédé de »communautarisation amalgamante" est une perversion qui couvre les pratiques hyperpatriarcales archaïques . Ce qui est détesté - répétons-le - c’est le voile comme très lourd symbole d’un certain islam autoritaire et oppresseur et pas les musulmans ou les musulmanes.

- Les alliés objectifs

Par ailleurs, cette histoire de « zone grise » sert en conclusion à dire « Daech et obsédés du voile sont des alliés objectifs » . Disons de suite que ce n’est pas nouveau ce type d’ accusation d’être « obsédé du voile » ou « obsédé de l’islam » ou « islamophobe ». C’est vieux comme le combat contre les intégrismes religieux dont je suis un des représentant les plus assidu au MRAP et ce depuis des années ! C’est que pour les communautaristes et campistes il faudrait se taire face à cet odieux crypto-fascisme islamique ! Il faudrait laisser faire ces intégristes religieux ! Et bien c’est Non !

- Vérité et résistance à l’oppression intégriste

Alors rétablissons sans attendre la vérité contre les amalgames odieux de ceux qui refusent de résister aux intégrismes religieux et qui accusent ceux qui résistent ! La meilleure défense étant l’attaque . Posons la question : Qui agresse les femmes non voilées pour les voiler ? Un certain islam réactionnaire ! Et pas qu’en Algérie mais partout ou il y a des musulmans dans le monde ! Qui se montre objectivement complice de l’islam voileur ? D’abord désignons les musulmanes voilées celles qui s’abstiennent d’imposer le voile mais qui continuent de porter cet odieux et ignoble étendard et ensuite la gauche confusioniste et de couverture de l’islam pourri.

Les intégristes musulmans - femmes et hommes - sont les authentiques obsédés du voilage des femmes puisqu’ils mènent assidument des campagnes réelles et sévères d’hidjabisation et les femmes voilées sont bien les complices de ce crypto-fascisme, des alliées objectives comme vous dites si bien !

Christian DELARUE

4 mars 2018

1) https://blogs.mediapart.fr/yasser-louati/blog/260516/lalliance-objective-entre-terrorisme-et-islamophobie

2) http://www.lepoint.fr/societe/a-saint-etienne-du-rouvray-nice-ou-paris-daesh-vise-la-zone-grise-26-07-2016-2057199_23.php