Populisme contre le peuple-classe ou populisme en défense du peuple-classe (II).

samedi 8 novembre 2014
par  Amitié entre les peuples
popularité : 11%

Populisme contre le peuple-classe ou populisme en défense du peuple-classe (II).

Suite de "Populisme de droite et de gauche : une distinction obsolète ?(I)"

Comme membre du MRAP, j’ai écrit contre le populisme au singulier (celui xénophobe et nationaliste) mais j’ai aussi commencé à distinguer « Le populisme c’est comme le cholestérol, il y a le bon et le mauvais ». ou « Populisme social (de gauche) et populisme identitaire-national (d’extrême-droite) ». D’autres ont suivi en évoquant de façon floue « un bon populisme » (Michéa juste cité sur une radio 1) .

Il faut alors dire et même répéter qu’il n’y a pas un populisme mais plusieurs car il y a plusieurs peuples. Il faut donc distinguer les populismes. (Exemple à l’appui : « Penser le populisme au travers des catégories de « peuple ». L Bouvet. »)
Lors de l’Université d’été d’ATTAC France 2012, un atelier a été consacré aux divers peuples comme catégories objectives (en soi) et subjectives (pour soi).

Le peuple-classe compris comme catégorie objective - très large fraction de la population d’un pays (99% pour les altermondialistes et indignés) y compris les résidents étrangers exclus l’oligarchie et la classe dominante (2) - est bien un critère de distinction décisif liée à l’idée de domination de classe ou de domination oligarchique.

Populismes : Il y a ceux d’extrême-droite, de droite, ceux de gauche, gauche d’alternance et gauche d’alternative à distinguer, plus les variétés avec beaucoup de confusions qui tirent ce populisme vers la droite.

Plus on va à droite et plus on défend surtout les dominants, sous couvert de défendre tout le monde. Le peuple est alors une référence instrumentalisée, soit comme mensonge démocratique soit comme racisme de classe.

Plus on va vers la gauche et plus on défend les dominés. Et le peuple-classe est bien le peuple social dominé - un critère utile donc - mais il est tendanciellement porteur d’un changement qui se nomme alternance quand ce changement n’est pas abouti (les dominants y sont introduits mais avec une moindre force : « capitalisme social » ou « transition post-capitaliste » en cours), alternative quand il a effectivement repoussé l’oligarchie et la classe dominante pour accéder à une alterdémocratie, un Etat socialiste avec autogestion en cours, et une transition écologique affirmée. Il est aussi antiraciste et antisexiste.

La défense du peuple-classe, qui diffère de celle du peuple nation ou du peuple ethnique (ethnos) ou même du peuple démocratique (demos), est un populisme de gauche à défendre. Un populisme pour le peuple-classe est bien un bon populisme dans la mesure ou il efface ou tend à effacer une domination « classiste ». Il est une base pour réduire aussi les autres dominations et oppressions.

On considère de plus en plus que la lutte contre les dominations, exploitation et oppression est plurielle : contre le classisme certes, mais aussi le sexisme, le racisme, le colonialisme, l’impérialisme, le mépris des générations futures (écologie), etc...

Christian DELARUE

1) D’Hugo Chávez à Beppe Grillo : des populistes « au bon sens du terme » ? - Idées - France Culture

2 )ATTAC Toulouse (aout 2012) :Le peuple en lien avec une triple question : la sociale, la démocratique et la culturelle.

http://amitie-entre-les-peuples.org/spip.php?article2570

3) Texte de base :

Classe dominante et oligarchie contre peuple souverain et peuple-classe. - Mouvements

http://www.mouvements.info/Classe-dominante-et-oligarchie.html

Ce fait suite à :
Populisme de droite et de gauche : une distinction obsolète ? (I)- Dazibaoueb
http://www.dazibaoueb.com/article.php?art=32683

Je préfère parler en terme de peuple-classe plutôt que gauche ou droite.. Il y a ceux et celles (MLP et la junior) qui glosent contre lui et il y a ceux et celles qui le défendent, certes de façon différente, et même aspirent à sa promotion : FDG, NPA, LO, etc...