Les trois populismes de droite ou réactionnaires - Urgence antiraciste - C Delarue

jeudi 31 août 2017
par  Amitié entre les peuples
popularité : 4%

Les trois populismes de droite ou réactionnaires in Urgence antiraciste - pour une démocratie inclusive.

Une contribution du livre collectif « Urgence antiraciste - pour une démocratie inclusive » (1) fait référence « aux populismes » dans son titre. Il s’agit de celui p 105 ayant pour titre « Altermondialisme et laïcité, des recours face à l’islamisme radical et aux populisme » de Christian Delarue SG CADTM France (2), ex-membre du BE du MRAP.

Sous-titre 1 : Terrorisme : impérialisme, dictatures compradores et djihadisme conjugués (p 106).

Sous-titre 2 : Stratégie antiraciste et altermondialiste (p 109)

Sous-titre 3 : Intégrisme et fondamentalisme (p 111)

Sous-titre 4 : Laïcité, un recours républicain (p 113)

Sous-titre 5 : Le combat des musulmans progressistes (p 114)

Sous-titre 6 : Lutte contre le racisme et les discriminations, lutte contre l’intégrisme, deux faces d’une même médaille (p115)

Ce terme mis au pluriel renvoie aux populismes d’extrême-droite ou de droites et ici surtout aux populismes religieux réactionnaires qui sont de plusieurs formes et de plusieurs niveaux dans la violence. Ce n’est pas pareil évidement d’imposer un très lourd sexoséparatisme que de tuer en masse des innocents au nom de la religion. Certes les deux ensembles de pratiques relèvent de ce que l’on nomme « réactionnaire » mais le niveau de barbarie y est fort différent.

Ces populismes s’appuient sur une crispation identitaire avec rejet de l’autre et un fétichisme puissant de la communauté conçue tout à la fois comme homogène et hiérarchisée. Elle fonctionne s’agissant des religions à la « hiérocratie » (Weber - Economie et société t 1 premier chapitre) c’est à dire à la contrainte psychique. Mais la contrainte physique n’est pas absente et va, pour les groupes réactionnaires, des coups et humiliations à la guerre et à « l’ensauvagement du monde ». Mais là ces groupes n’en n’ont pas le monopole. La multiplication des guerres et des entreprises de vol impérial est aussi un joug puissant contre les peuples-classe des suds. Renvoie ici à Gilbert Achcar qui théorise le mouvement de libération des peuples du sud issu de 2011 pris en tenaille entre deux barbaries réactionnaires, celle de l’impérialisme du nord et celle de l’islamisme radical.

Trois formes sont repérables :

1 - Le populisme du nationalisme xénophobe au sein des Nations dominantes avec leur Etat-nation . Montée en force de l’état d’urgence avec affaiblissement de l’Etat de droit notamment pour les couches sociales les plus dominées. Faiblesse des services publics de réception des migrants pour l’effectivité des droits humains des migrants. Faiblesse des droits d’expression des langues minorisées. Et il ne s’agit pas là des Etats les plus autoritaires avec imprégnation fasciste même si différent du fascisme.

2 - Le populisme des droites régionalistes et de leurs élites autoritaires, voire plus . Là sont visés les maux des crispations entretenues sur des identités nationales minoritaires. Lire ici « La dérive fasciste des mouvements identitaires au XX eme siècle » cf Les régions du déshonneur de Francis Arzalier (librairie Vuibert fev 2014).

3 - Le communautarisme religieux trop souvent réactionnaire, voir pire encore . Là les maux proviennent des crispations identitaires et communautaires religieuses des religions dominantes comme de celles dominées, crispations qui penchent vers les idéologies réactionnaires et les pratiques mortifères de plusieurs niveaux allant de la haine sexiste, homophobe, athéophobe, sexyphobe et même sexoséparatisme en vue d’un hyperpatriarcat jusqu’ à la « guerre sainte » .

Face à ces dérives identitaires et communautaires il y a eu des réponses qui soit abandonnent la référence identitaire et communautaire au profit de logiques de pluri-émancipations (fin d’un quelconque populisme ici) , soit conservent la référence à l’identité mais allégeant celle du communautaire trop ordonné autour du chef, de l’homme, de l’unicité contre la pluralité. C’est là la perspective du progressisme face aux idéologies communautaristes autoritaires et réactionnaires.

Christian DELARUE

1) livre coordonné par Martine BOUDET et publié en mars 2017 aux éditions du crocquant

2) à l’écriture et à la publication