Le mouvement antiraciste français - C Delarue

dimanche 20 juillet 2014
par  Amitié entre les peuples
popularité : 5%

LE MOUVEMENT ANTIRACISTE FRANCAIS

(mi-juillet 2014)

Source :
http://blogs.mediapart.fr/blog/christian-delarue/130714/le-mouvement-antiraciste-francais

SOS Racisme est né en 1984 (15 octobre). Cette organisation antiraciste va donc avoir trente ans cette année 2014. C’est le moment pour faire le point sur le mouvement antiraciste français. Un point qui dépasse la problèmatique de 83 - 84 , trop réduite à la place des jeunes « Franco-maghrébins » (Beurs ou « bi-identitaires » ou « bi-nationaux ») dans l’antiracisme du fait d’une certaine emprise des fondateurs de SOS Racisme.

Lire sur Médiapart : Les enseignements de l’après-Marche de 83 .

Périodisation de la lutte antiraciste.

Les dates marquantes pour la lutte antiraciste au plan mondial sont celles de la chute de l’Apartheid en 1991 et 1994. Les dernières lois piliers de l’apartheid (notamment le group Areas Act et le Population Registration Act) sont abolies en juin 1991. Les négociations constitutionnelles (CODESA) menées entre le gouvernement et le congrès national africain, le parti national et les principaux partis politiques sud-africains aboutissent à l’élaboration d’une constitution intérimaire, aux premières élections parlementaires non racistes au suffrage universel (27 avril 1994) et à l’élection de Nelson Mandela comme premier président noir d’Afrique du Sud (10 mai 1994). (http://fr.wikipedia.org/wiki/Apartheid). Des dispositifs de l’ONU sont venus conforter une lutte antiraciste mondialisée qui reste d’actualité.

En Europe, EGAM. EGAM n’a pas toute la force requise pour agir contre le racisme en Europe. Comment renforcer cette structure qui reste peu connue des antiracistes militants. Lancé en 2010, le Mouvement anti-raciste européen – EGAM réunit les 35 principales organisations anti-racistes dans 29 pays européens dans le but de lutter contre le racisme, l’antisemitisme, la discrimination raciale et la négation du génocide en Europe.

http://www.citizensforeurope.eu/org-842_fr.html

En France c’est la « Marche des Beurs » de 1983 qui inaugure une nouvelle phase de la lutte antiraciste. Les phases antérieures ont pour dates : la fin de la guerre d’Algérie puis la loi antiraciste de juillet 1972. Il n’y a donc pas que l’apparition en 1984 d’une nouvelle organisation antiraciste, bien implantée dans la jeunesse, qui fasse sens pour cette longue période ouverte en 83-84. Il y a aussi un fort mécontentement dans la jeunesse discriminée.

Mouloud Aounit du MRAP - celui à qui l’on doit, avec son ami Vincent Geisser, la promotion - toujours contestée - de la notion d’islamophobie - se référera très souvent à cette Marche comme l’espoir de toute une génération d’immigrés qui croyait en des idéaux de justice et d’équité. Vingt ans après, il cite encore, dans des colloques et des rencontres, la « Marche des beurs » comme un espoir déçu. Il s’interrogera même en public sur le fait de savoir pourquoi des militants actifs de la « Marche des beurs », pourtant laïcs à l’époque, ont fait une démarche, vingt années après, vers la religion. Pour Mouloud Aounit, la « Marche des beurs » reste le fruit de revendications qui n’ont pas encore trouvées de réalisations concrète sur le plan de l’égalité et de la lutte contre les discriminations. (phrase issue de Wikipédia que j’approuve et fait mienne :)

Lire : http://web.archive.org/web/20041119184729/www.mrap.asso.fr/article.php3?id_article=628

Il va s’agir ici d’embrasser l’ensemble du mouvement antiraciste français . Mais il faudrait de plus amples développements : il s’agit donc d’une ébauche ou plutôt une introduction. Il est un mouvement social relativement autonome et un mouvement historique lié aux formes historiques de racisme à combattre. Il est clivé dans ses pratiques de lutte.

I - Le mouvement antiraciste est un mouvement social

L’antiracisme n’est pas d’abord un discours institutionnelmême si l’ONU et surtout certains Etats dont l’Etat français ont pu intégrer des éléments d’antiracisme dans leurs dispositifs normatifs. Outre les lois on trouve des connaissances historiques et des discours pédagogiques au sein de l’Ecole mais aussi - c’est à souligner - à destination des cadres de management de l’appareil d’Etat . Ces cadres doivent donc veiller à l’absence de discriminations racistes, sexistes et homophobes au sein des personnels administratifs. On trouve aussi de tels dispositifs au sein des grandes entreprises (on a évoqué il y a quelques jours la mise en place des CV anonymes) mais l’antiracisme est fondamentalement un mouvement social.

Mouvement social, la notion est passible de trois définitions que je reprends de Michel Wieviorka (1) : une fonctionnaliste qui le voit comme une action collective résultant d’une crise, une issue de Charles Tilly qui met l’accent sur une conduite stratégique, instrumentale, dans laquelle l’acteur mobilise des moyens, y compris la violence, pour parvenir à ses fins, enfin une troisième issue d’Alain Touraine qui souligne qu’il est une signification singulière de l’action collective, parmi d’autres, dans laquelle l’acteur s’engage dans un conflit, et non dans des conduites de crises. « Le mouvement social, dans cette perspective, conteste à un adversaire social la maîtrise qu’il a des orientations principales de la vie collective - ce que Touraine appelle l’historicité » .

Ce mouvement social particulier a une composition sociale variable selon le type d’association. On y trouve beaucoup de juristes et de sociologues mais aussi des historiens, des personnes avec un parcours binational ou des personnes ayant subi le racisme soit directement soit indirectement (un proche). Il y a là des recherches à entreprendre et formaliser. Les membres de la LICRA font grosso modo partie des couches supérieures de la société (dernier décile et couches moyennes) alors que pour le MRAP et SOS Racisme, c’est plus diffus, plus populaire. Faut-il y lire un lien avec le fait que la défense du sionisme se fait beaucoup par en-haut via des individus qui ont une influence dans les institutions pour défendre Israel ( plus lobby que mouvement social ?) alors que les Palestiniens sont défendus par en-bas par des personnes deu peuple social (le 90% d’en bas) ?

II - Un mouvement historique à objet plus ou moins ciblé .

Ce mouvement rassemble dans une perspective historique - bien avant 1984 - tous les individus qui luttent pour la suppression du racisme à la fois comme stigmatisation ou injure raciste et comme discrimination.

Au plan des structures permanentes en capacité de recevoir les militant(e)s comme les victimes du racisme, on trouve plusieurs associations, ayant des profils différents. Au point de mettre en doute la notion même de mouvement antiraciste au singulier.

A) Les « universalistes » : La LICRA, le MRAP, SOS Racisme.

1) La LICRA

http://www.licra.org/

Histoire de la licra | LICRA

http://www.licra.org/fr/histoire-licra

En 1926 la Ligue contre les Pogroms qui venait de se créer se transforme en Ligue Internationale Contre l’Antisémitisme (LICA).Elle deviendra LICRA

Le Bureau exécutif | LICRA

http://www.licra.org/fr/bureau-executif2

Alain JAKUBOWICZ a été élu à la présidence de la Licra le 31 janvier 2013 pour un mandat de trois ans.

Il a animé la LICRA de Lyon. Un comité local « actif » au dire d’un adhérent du MRAP de Lyon rencontré lors de l’Université d’été du CRID en 2012.

▶ Télé Matin (France 2) : Intervention de Sabrina Goldman - YouTube

https://www.youtube.com/watch?v=gnTICCVna4Y

2) SOS RACISME

Historique | .org

http://www.sos-racisme.org/sos-racisme/historique

Dominique SOPO est de nouveau président de SOS Racisme. Il a remplacé Cindy LEONI qui lui avait succédé en 2012.

- La Fédération Nationale des Maisons des Potes

Samuel Thomas Président

http://www.maisondespotes.fr/la-federation-nationale-des-maisons-des-potes

1989- Création de la fédération Nationale des maisons des potes

1993- Création du journal « Pote à Pote »

2002- Etats Généraux des Femmes Des Quartiers à la Sorbonne et lancement de l’appel « Ni Putes ni Soumises »

2003-Marche des Femmes contre le Ghetto et pour l’Egalité et la naissance du mouvement « Ni Putes ni Soumises »

Appel :

www.fairedelegaliteunerealite.com

http://www.fairedelegaliteunerealite.com/

3) Le MRAP Mouvement contre le racisme et pour l’Amitié entre les Peuples.

http://www.mrap.fr/tout-savoir-sur-le-mrap

- Albert Lévy, 1923 - 2008, a été secrétaire général entre 1971 et 1989.

Combattant volontaire de la Résistance à Lyon, il participe notamment à l’action duMouvement national contre le Racisme (MNCR).

D’abord journaliste au quotidien L’Humanité, il a été successivement rédacteur, rédacteur en chef et directeur de Droit et Liberté puis directeur de Différences. Il est l’auteur de brochures du MRAP. Il a participé à l’ouvrage collectif La France et l’apartheid (L’Harmattan), et préfacé plusieurs livres des éditions Droit et Liberté.

Membre de la présidence du MRAP de 1989 à 1991, il a été ensuite membre du comité d’honneur du MRAP. Il a été également président puis président d’honneur de l’Association pour le réexamen de l’affaire Rosenberg.

- Mouloud Aounit, 1953 - 2012, succède à Albert Lévy en 1989, dix ans après son adhésion.

Il était entré au BN du MRAP en 1981, puis au secrétariat l’année suivante. Il s’est fait commaître lors de sa participation à la « Marche de 1983 ».

En 2003, il est victime d’une agression de la part de militants de la LDJ.

C’est une présidence collégiale qui dirigeait et qui dirige encore le MRAP avec, depuis 2012, Dominique Deltour, Bernadette Hetier, Renée le Mignot, Pierre Mairat (avocat).

Il faut noter qu’il existe un MRAP-Belgique qui s’appelle désormais MRAX.

http://mrax.be/wp/du-mrap-au-mrax-2/

- La LDH et les convergences antiracistes

J’ai considéré ici - à tort peut-être - que la Ligue des Droits de l’Homme - LDH - n’était pas une organisation antiraciste car elle était plus une organisation large de défense et promotion des droits humains, bien que son parcours historique en fasse aussi une organisation antiraciste de premier plan, dès lors que l’on ne s’attache pas à son objet formel. A discuter !

Reste que la LDH a toute son importance - me semble-t-il - pour aboutir aux convergences pour une riposte commune. Dans cet article « Racisme : des associations prêtes à serrer les rangs car »il y a le feu« - LExpress.fr » on trouve « au coude à coude » Alain Jakubowicz Président de la LICRA, Pierre Mairat Co-président du MRAP, Cindy Leoni la présidente de SOS Racisme et Pierre Tartakowsky, président de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) pour s’opposer à la montée du racisme. Au-delà des oppositions sur certains sujets ces dirigeants associatifs savent organiser la riposte ensemble. Et la LDH joue un rôle actif en ce sens. Un travail de recherche pourrait venir préciser (ou non) ce point de vue d’expérience.

Autre action commune plus récente à l’appui de cette hypothèse : Reçus à leur demande par le président de la République, la Ligue des droits de l’Homme (LDH), la Ligue contre le racisme et l’antisémitisme (LICRA), SOS racisme et le Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (MRAP) ont publié un communiqué commun. Tout en soulignant le caractère exceptionnel de cette rencontre (la première) et l’attention qu’a portée le président aux problèmes soulevés, ils confirment la nécessité d’une vigilance de tous les instants contre les dangers que représente la haine raciste, et pour la réalisation des promesses, telles que le récépissé de contrôle d’identité ou le droit de vote des étrangers extra-communautaires aux élections locales.

cf Site LDH

B) Les autres intervenants contre le racisme.

1) Contre le racisme qui frappe surtout les noirs : Le site officiel du CRAN

http://www.le-cran.fr/index.html

2) Contre le racisme qui frappe surtout les musulmans : cf Coordination contre l’islamophobie : CRI

http://www.crifrance.com/_Coordination-contre-le-Racisme-et_.html

3) Contre les Roms :

Mensonges, racisme, discriminations contre les Roms venus de Roumanie - ROMEUROPE

http://www.romeurope.org/spip.php?article397

4) Contre le négationnisme et l’antisémitisme : Mémorial 98

L’association MEMORIAL98, qui combat contre le racisme, l’antisémitisme et le négationnisme a été créée en janvier 1998, lors du centenaire de l’affaire Dreyfus.

http://www.memorial98.org/

5) Autres : Les Indivisibles

http://www.lesindivisibles.fr/les-indivisibles/presentation/

III - Un mouvement antiraciste très divisé .

Ces organisations ont de très nombreux points de divergence.

Voici 11 questions posées à l’antiracisme :

1 - Faut-il lutter contre toutes les formes de racisme ?

A priori oui donc sans exclusive aucune ni spécialisation mais il y a des nuances qui font qu’un juif victime d’antisémitisme ira plutôt s’adresser à la LICRA et un arabe plutôt au MRAP, mais il s’agit là d’un préjugé. On peut faire l’inverse sans souci .

La montée de l’intégrisme religieux a des répercussions sur la définition du racisme en fonction de la religion . La place de la laïcité face à l’emprise des religions « ostensibles » fait aussi débat. Mais il s’agit d’un débat transversal à quasiment toutes les organisations.

2 - Quelle place à la lutte contre le racisme issu du colonialisme ?

Des organisations n’en font plus état, bien que ce type de racisme perdure de toute évidence malgré la fin du colonialisme strict, malgré les lois antiracistes et malgré les institutions publiques ou indépendantes crées pour le combat antiraciste.

Encart (de Christian Delarue)

Ce racisme qui perdure malgré les indépendances :

On a tort de nier les conquêtes du mouvement antiraciste, antifasciste et anticolonialiste qui s’est traduit par la casse des systèmes esclavagiste et colonial et l’élaboration de lois contre le racisme aussi bien en France que dans le cadre de l’ONU ou de l’Union européenne. On aurait tort aussi de nier que perdure malgré les indépendances, malgré les lois un racisme post-colonial . Il porte essentiellement en France contre les Africains et contre les Maghrébins.

On trouve, il faut le dire, de solides amitiés avec les familles venues du sud et installées en France depuis longtemps . On trouve aussi des haines racistes entretenues qui ressemblent à celles des colons français en Afrique. Il ne s’agit pas hélas que de vieux soldats passés de l’Indochine à l’Algérie ou d’autres lieux de la France de Dunkerque à Tamanrasset ! Ces haines se traduisent dans le sud de la France surtout en des stèles en l’honneur des militaires du colonialisme !

3 - Quelle place à la lutte antisioniste comme forme de racisme ?

En quelques mots : Pour certains, le sionisme est une forme de racisme d’Etat lié à la construction d’Israel. Il est producteur d’une sorte de nouvel Apartheid et de guerre maintenue entre Israéliens et Palestiniens sans que jamais une paix juste et durable ne soit possible. Le radicalisme du Hamas et la menace de l’intégrisme musulman sont régulièrement invoqués (faussement à mon sens), notamment pour sa volonté de destruction totale d’Israel . En face on a le radicalisme sioniste qui ne veut respecter aucune décision de l’ONU. C’est un débat sans fin - mais qui fait des morts - entre radicaux des deux camps. Ces deux camps ne sont cependant pas à égalité : les palestiniens subissent la puissance d’Israel.

Citer ici Pierre STAMBUL (MRAP & UJFP) serait aisé mais j’ai préféré montrer ce qu’en dit un jeune doctorant : Hugo MELCHIOR

SIONISME ET RACISME - H Melchior - Amitié entre les peuples

http://amitie-entre-les-peuples.org/spip.php?article4165

cf aussi Notre misérable État juif - [UJFP]

http://www.ujfp.org/spip.php?article3303

Pour d’autres, le sionisme est international et le fait de quasiment tous les juifs de la planète.

Pour d’autres enfin, derrière la critique du sionisme il y a nécessairement de l’antisémitisme. La position maximaliste précédente nourrit évidemment et fort justement cette position-là.

Accessoirement pour ces militant(e)s : Quid de participer à BDS ?
Pour Dominique SOPO de SOS Racisme (ici à côté de BHL, BRUCKNER, FINKIELKRAUT et maintenant M VALLS), « le boycott d’Israël est une arme indigne »( in http://www.lemonde.fr/idees/article/2010/11/01/le-boycott-d-israel-est-une-arme-indigne_1433857_3232.html)

Par contre pour de nombreux militant(e)s du MRAP le boycott est utile et nécessaire. Le débat serait plutôt : quel boycott ?

4 - Faut-il participer activement au mouvement altermondialiste ?

Le MRAP, historiquement proche du mouvement ouvrier (ses syndicats et ses organisations politiques), est membre cofondateur d’ ATTAC. Le MRAP était auparavant proche du CADTM et des organisations tiersmondistes (CRIDEV à Rennes par exemple), notamment au moment de la lutte contre l’Apartheid puis lors des luttes contre les plans d’ajustement structurel (PAS) du FMI et de la BM.

Il s’agit de participer, via l’organisation des Forum sociaux mondiaux ou continentaux ou locaux, à un large mouvement social qui vise à construire un autre monde radicalement différent beaucoup plus égalitaire, plus « adelphique », plus libre, mais aussi une autre France et une autre Europe. L’altermondialisme n’est pas « campiste » (défense du sud contre le nord en bloc car « il y a du nord au sud et du sud au nord ») ni nationaliste mais organisation de contestation transversale à toute formation sociale. L’altermondialisme critique la dynamique néolibérale contemporaine l’action fortement prédatrice du 1% d’en-haut au plan social, écologique, démocratique (ses trois champs principaux : le fiscal y est intégré TTF - Paradis fiscaux et enfers sociaux) mais aussi au plan géopolitique (cf Gus Massiah) et culturel (Martine Boudet). L’altermondialisme s’interesse de près aux luttes des peuples-classe d’Amérique latine (cf site Medelu) comme aux luttes en Afrique.

5 - Quelle participation au mouvement antifasciste ?

Il y a une renaissance du mouvement antifasciste en France et en Europe. Il existe des collectifs d’associations et d’individus dans les grandes villes qui se sont spécialisés dans la lutte contre le fascisme, l’extrême-droite, le populisme xénophobe, raciste et sexiste. Les liens semblent évidents. Mais des « points d’accroche » freinent l’unité d’action.

L’antifascisme est-il juste contre l’extrême-droite dans un cadre d’alternance systèmique ou a-t-il une forte dimenssion antisystèmique ?

Point d’histoire qui montre le mensonge récurrent des mouvements fascistes ou crypto-fascistes (populisme xénophobe anti-ouvrier et pro-patronal) : « Dans le système fasciste, les travailleurs ne sont plus exploités ; ils sont collaborateurs de la production », disait le Duce le 22 juin 1926. Mussolini ne peut s’empêcher malgré tout quelques accès de franchise, et déclarait ainsi devant le Sénat le 9 juin 1923 que le régime était un « mouvement antisocialiste et par conséquent anti-ouvrier ».

Organisations :

VISA

Vigilance Initiatives Syndicales Antifascistes | il appartient aux syndicats de porter les luttes contre le fascisme et l’idéologie d’extrême droite

http://www.visa-isa.org/

6 - Quid de la participation de ces organisations à la lutte pour la régularisation des sans-papiers dans ce contexte de forte xénophobie ?

Le MRAP donne une large fraction de ses militant(e)s à cette lutte. D’autres organisations aussi.

7 - Quel lien avec les luttes sociales, notamment dans les quartiers populaires ?

Les liens entre les questions socio-économiques (ou économico-sociales) et celles de l’antiracisme sont ici nouées plus naturellement alors qu’elles sont dénouées ailleurs !D’une certaine manière on peut dire que le mouvement antiraciste s’est détaché de la question sociale en même temps qu’il s’est autonomisé et que de nouveau ce lien se repose. Lire ici de Saïd Bouamama : Les Classes et quartiers populaires. Paupérisation, ethnicisation et discrimination.

8 - Quel lien avec les Indigènes de la République ?

Pour certains certaines actions sont possibles sur des points précis et dans certaines conditions, pour d’autres il y a au mieux rien à faire ensemble, voire les combattre le cas échéant.

9 - Quel lien avec les luttes anti-impérialistes ?

La montée en force d’un mouvement identitaire fortement xénophobe avec une base doctrinale ethnico-nationale pose la question de l’amitié entre les peuples - les peuples-classe - de France et d’Afrique ou du Maghreb.

10 - Les liens avec les partis politiques ?

La question s’est posé au MRAP du temps de Mouloud AOUNIT. Elle s’est posée à SOS Racisme de façon différente (2).

11 - Quels liens avec les institutions continentales et mondiales (ONU) luttant contre le racisme « l’intolérance qui y est associée ».

Gianfranco Fattorini est le représentant permanent du MRAP auprès de l’ONU.

D’autres questions sont discutées, comme les rapports avec la lacïcité et le sécularisme, et d’autres encore vont apparaître de plus en plus - racisme et écologie, racisme et sexisme, racisme et liberté d’expression, racisme et négationnisme, etc... et de plus amples réponses sont bien sûr à envisager . Ce texte n’est qu’introductif. Les critiques constructives et bienveillantes sont bienvenues.

XX

L’histoire du mouvement antiraciste est à écrire, hors de tout « esprit de chapelle » mais en intégrant ces organisations ; non pas en écrivant une histoire sans elles car elles structurent le mouvement antiraciste !

Christian DELARUE

Ex membre du BE (bureau exécutif) et CA du MRAP

Membre du groupe « Cultures et société » d’ATTAC

NB : Ce texte se veut ouvert et pluriel mais il reste la marque de son auteur et de son appartenance au MRAP.

Il mérite un contenu plus équilibré et plus développé et pour tout complément vous pouvez écrire à chrisdelarue-snmrap at wanadoo.fr

Notes :

1) p 27 de Un autre monde... Contestations, dérives et surprises dans l’antimondialisation - (Ouvrage collectif - Ed Balland oct 2003 )

2) Scission au sein de SOS Racisme

2003 : A la suite du « parachutage » d’un ancien du Mouvement des jeunes socialistes à la tête de SOS Racisme, une dizaine de comités ont décidé de faire scission. SOS Racisme Indépendant, qui revendique la moitié des adhérents de l’organisation mère, refuse d’être « la succursale d’un parti politique ».

http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20030605.OBS1877/scission-au-sein-de-sos-racisme.html

Sécession à SOS Racisme

http://www.leparisien.fr/politique/secession-a-sos-racisme-17-06-2003-2004175055.php