Laïcité, culture alimentaire et cantine scolaire - D Brisebourg

jeudi 17 décembre 2015
par  Amitié entre les peuples
popularité : 11%

Laïcité, culture alimentaire et cantine scolaire - D Brisebourg

Cela devient vraiment exaspérant : des maires invoquent la laïcité pour interdire les repas de substitution dans les cantines scolaires.
Depuis de nombreuses années parfois, des repas de substitutions sont délivrés aux enfants de confession juive ou musulmane dans les cantines scolaires lorsque du porc est servi.

Après Chalon-sur-Saône qui a défrayé la chronique(1), après Wissous, Chilly-Mazarin (2) et d’autres c’est dorénavant Athis-Mons (3) qui a décidé de supprimer la viande de substitution quand du porc est au menu.
Ces maires justifient leur décision en disant qu’ils défendent et respectent la laïcité.
Il n’en est rien. Ils déforment la laïcité pour lui lui faire dire ce qu’elle n’a jamais dit.
Leur vrai motif est le rejet, la mise à l’écart, de toute pratique culturelle issue des confessions religieuses, en particulier musulmanes. L’argument d’un surcoût financier est lui aussi injustifié.

La laïcité exige la neutralité de l’école, lieu d’apprentissage de connaissances, vis-à-vis des religions. Elle exige aussi de tenir l’espace scolaire à distance des dogmes religieux. Mais elle ne dit jamais qu’il faut stigmatiser des enfants qui respectent des consignes alimentaires religieuses, d’autant que ces enfants ne font souvent qu’obéir à leurs parents ou à leur entourage.

Certes, les cantines scolaires n’ont pas l’obligation de cuisiner halal ou casher. Mais elles se doivent de proposer un repas alternatif sain et équilibré lorsque du porc est au menu.

Il y a plusieurs solutions.

La première, celle qui semble préférable, est de proposer deux entrées, deux plats et deux desserts, qui pourront ainsi satisfaire chacun sans stigmatiser une pratique culturelle alimentaire d’inspiration religieuse. Là où il y a un libre-service, les problèmes disparaissent d’eux-mêmes. On peut ainsi très bien imaginer pouvoir choisir entre des œufs et du porc le même jour.

La deuxième, celle de Yves Jégo ( voir sa pétition sur 4), est de proposer systématiquement un repas végétarien. Il est en effet possible de faire un repas équilibré avec des protéines végétales, il n’y a pas de raison diététique à manger de la viande chaque jour, au contraire.

On le voit : des solutions existent qui ne pointent pas du doigt certains enfants, qui peuvent offrir des repas de qualité à chacun, dans le respect de ses convictions et de la laïcité.

Didier Brisebourg

Notes :

1 : voir http://www.gaucherepublicaine.org/debats-laiques/restauration-scolaire-fausse-querelle-vrais-enjeux-et-solution-laique/7396590

et

http://www.ufal.org/laicite/non-le-tribunal-administratif-na-pas-valide-la-suppression-des-menus-sans-porc-a-chalon-sur-saone/

et

https://www.mediapart.fr/journal/france/130815/il-ny-aura-pas-de-menu-de-substitution-dans-les-cantines-de-chalon-sur-saone?utm_campaign=2882377&utm_medium=email&utm_source=Emailvision

2 : http://essonneinfo.fr/91-essonne-info/82695/communes-essonniennes-remettent-cause-repas-de-substitution/

3 : http://essonneinfo.fr/91-essonne-info/86841/athis-mons-supprime-la-viande-de-substitution-de-ses-cantines/

4 : https://www.change.org/p/pour-une-alternative-v%C3%A9g%C3%A9tarienne-obligatoire-dans-les-cantines-scolaires?recruiter=42246023&utm_campaign=signature_receipt&utm_medium=email&utm_source=share_petition