Universalisme, laïcité : Pourquoi vouloir un Etat communautariste ? Christian Delarue

mardi 30 janvier 2018
par  Amitié entre les peuples
popularité : 14%

Universalisme, laïcité, droits citoyens pour tous.

Pourquoi vouloir un Etat communautariste ? Christian Delarue

http://amitie-entre-les-peuples.org/Universalisme-laicite-Pourquoi-vouloir-un-Etat-communautariste-Christian

Penser une base étatique, sur des critères universalistes, sous régime de laïcité (République laïque avec Etat neutre), avec des droits citoyens égaux pour tous et toutes, y compris d’ailleurs les simples résidents de longue durée, avec des services publics et une protection sociale pour tous et toutes (combat social en complément du combat démocratique et laïque) semble juste et bon.

Y compris pour les Juifs.

Renée Frégosi écrit (1) ceci contre Jérémy Corbin : Cette négation de la légitimité d’Israël à exister exprime plus profondément une haine des Juifs : pourquoi ceux-ci ne mériteraient-il pas d’avoir un Etat ? sinon parce qu’ils devraient être punis pour leurs supposés crimes et réduits de ce fait au statut de paria apatride ou de dhimi (sujet inférieur du califat puis de l’empire ottoman, soumis à des taxes, obligations et interdits spécifiques du fait de sa non appartenance à la communauté musulmane).

En quoi une position d’anti-communautarisme d’Etat manifesterait-elle une haine des juifs (ici) ou d’une autre communauté de type religieuse et culturelle (réciprocité de raisonnement) ? J’ai tendance au contraire de l’auteure à assimiler communautarisme à clôture ethno-raciale avec des communautés différentes côte à côte, mais aussi avec des hiérarchies cachées ou explicites et donc du racisme.

Répondre à cette question - refus d’un Etat juif = haine antisémite - c’est l’objet de ce débat spécifique par delà la position que l’on peut avoir aujourd’hui dans ce conflit. Aujourd’hui je tiens compte du réel et des rapports de force. Il semble donc possible de construire un Etat pour les Juifs et un Etat pour les Palestiniens, avec dans chacun une perspective progressiste. Pourquoi pas un socialisme démocratique avec patriarcat réduit et racisme limité ? Mais ne fuyons pas la réponse à la question posée plus haut.

XX

Pourquoi vouloir un Etat communautariste, qu’il soit pro-Juif ou pro-musulman (ou même pro-athée si on veut pousser la logique universaliste laïque ) ? Ne peut-on défendre de façon universelle et mondialisée la constitution d’un Etat républicaint laïque (Etat neutre) et démocratique - avec diversité culturelle interne - luttant contre toutes les discriminations racistes (et autres) ? Je pose la question à Mme Renée Frégosi (1).

Un antiracisme universaliste et pro-laïcité m’étonne. Il critique l’antiracisme politique, comme je le fais aussi, lorsqu’il s’agit de voir un communautarisme musulman élevé au titre de « nous sommes aussi la Nation » et demain nous pourrons prendre en main les destinées de la France comme nous le faisons déjà dans d’autres pays en y instaurant la Charia. Je caricature le propos pour le rendre plus proche de ce que pense un intégriste politique musulman, que je ne confonds pas avec un intégrisme sociétal (qui se contente de sévir dans la société civile) et encore moins avec un musulman progressiste. Mais quid de l’autre bord ?

Un antiracisme universaliste et pro-laïcité m’étonne. Il s’agit de celui qui accepte que les Juifs (et juifs) puisse avoir « leur » Etat avec une citoyenneté hiérarchisée (2). Si on peut contester que les musulmans dispose d’un Etat musulman car immanquablement cela entraine de graves discriminations structurelles contre les non-musulmans et des privilèges exorbitants aux musulmans alors on peut réciproquement, parallélisme des formes oblige, contester la constitution d’un Etat juif et pour les juifs avec des droits citoyens à géométrie variable.

En outre, les mouvements citoyens anti-discriminations qui disposent d’une position universaliste et laïque pour des Etats démocratiques à base citoyenne d’égaliberté s’opposent aux tendances diverses mais fortes à constitution religieuse de patriarcats renforcés (hyperpatriarcat) et à l’institution de règles d’infériorisation des femmes. Autrement dit il existe une tendance à la critique du sexisme qui s’exprime dans les Etats démocratiques mais assez peu dans les Etats communautaristes religieux ou l’intégrisme voire le simple conservatisme de moeurs est dominant. Il y a cependant des évolutions positives.

Christian DELARUE

1) Comment l’antisionisme est devenu le nouvel antisémitisme
http://www.huffingtonpost.fr/renee-fregosi/comment-l-antisionisme-est-devenu-le-nouvel-antisemitisme_a_23264795/

2) On est citoyen israélien de nationalité juive, arable, bédouine, druze, circassienne. Et certains sont plus égaux que d’autres.