Le « dieudonnisme » a été déjà démasqué, mais il se reproduit toujours. C Delarue

mercredi 1er août 2012
par  Amitié entre les peuples
popularité : 19%

Le « dieudonnisme » a été déjà démasqué, mais il se reproduit toujours.

JPEG - 40.3 ko

En novembre 2005 puis de nouveau en juin 2009 (après le procès) Anne-Sophie MERCIER publie chez Plon puis au Seuil « Dieudonné démasqué ». On a déjà beaucoup écrit sur ce livre, du bon et du mauvais.

Entre le premier livre et le second actualisé et complété Dieudonné s’est fait ami avec Le Pen, a rencontré le Hezbollah, s’est rapproché du Général Tlass ex-ministre syrien de la Défense et éditeur de brochures révisionnistes, a remis une médaille à Faurisson et, plus visiblement pour tous ceux et celles qui ne le suivent pas, il a présenté une liste du Parti Antisioniste (à la place de la liste Euro-Palestine d’Olivia Zémor). Antisémitisme d’un côté et accroche islamiste de l’autre l’aide à creuser son antisionisme spécifique. Voila ce que l’on peut nommé « dieudonnisme », un antisionisme antisémite pour des fans épris d’islamisme. Il défend aussi sur les mêmes bases les Noirs qui ne l’ont pas été comme les « beurs » en 1983 (cf à la Marche ) !

Anne-Sophie MERCIER note que Dieudonné, banlieusard comme Doriot, a été condamné pour antisémitisme en février 2007 pour avoir assimilé les Juifs à une « secte » et à une « escroquerie » puis encore en septembre de la même année pour s’en être pris au « lobby sioniste qui cultive l’unicité de la souffrance », ainsi qu’aux autorités sionistes qui, avec l’argent public, confisquent la création culturelle et ont déclaré une guerre au monde noir« . En 2004, ce fut pour »les négriers reconvertis dans la banque« . Voilà un point commun avec Le Pen qui parlait lui le1er mai 1992 des »banquiers apatrides" pour s’opposer à la ratification du Traité de Maastricht.

Pour se rapprocher du FN, Dieudonné va critiquer le CRIF :« Au FN, il y a plus de diversité qu’au Crif. Il y a des gens de toutes les religions et de toutes les couleurs. Le FN, c’est déjà plus représentatif que le Crif, qui est la lame pure » (site Les Ogres 9/08/2005). La critique du CRIF par rapport à des faits précis passibles de critiques est tout à fait possible, souvent nécessaire même. Mais celle-là est pour le moins déroutante.

Dieudonné use de façon stigmatisante de termes comme « lobby sioniste » ou « lobby juif » ou « bounty » (noir dehors, blanc dedans). Le « bounty » est mou, vendu au Blancs, pire vendu aux Juifs rappelle A-S Mercier (p73) . P Tévanian aussi a usé jadis du terme de « bounty » mais dans un autre cadre (contre les Blancs, pas contre les Juifs). Reste que cette figure langagière prête à toutes les dérives racialistes voire racistes. Pour dénigrer Harlem Désir en 2009 il dit :« A peine bon à laver la voiture de Julien Dray... » Humour lepèniste !

Le dieudonnisme est à combattre sous toutes ses facettes. Les juristes sont nécessairement à la tâche à la suite des associations antiracistes. Ma dernière lecture apologétique provient d’un « kamerun scoop » qui défend Dieudonné et s’en prend à l’auteure du livre sans dire un mot de ce qu’il a pu lire. Il y a meilleur compte-rendu ! De plus, Dieudonné ne défend en rien le peuple-classe camerounais ! (Kamerun signifie Cameroun) Pas d’illusion !

Christian Delarue