La LICRA rencontre le MRAP.

samedi 10 avril 2010
par  Amitié entre les peuples
popularité : 6%

La LICRA rencontre le MRAP.

Le 24 mars 2010, Me Alain Jakubowicz, nouveau président de la LICRA recevait Mouloud Aounit et Bernadette Hétier membres de la co-présidence du MRAP. Une telle invitation est un évènement au sein du (petit) monde de l’antiracisme qui en France met en action trois associations antiracistes à « spectre large » : le MRAP, SOS Racisme et la LICRA. Le MRAX (2), association « sœur » du MRAP français agit elle en Belgique. Elle porte un nom différent car autonome : il n’y a pas un MRAP France et un MRAP Belgique. Ces associations sont pluralistes mais de « sensibilités » différentes en fonction de leur histoire. La montée du racisme ici, en Europe ou dans le monde pousse à des rapprochements malgré les différences d’approches.

Depuis quelques années sont apparues en outre des associations luttant contre un racisme spécifique comme le CRAN (1) créé en 2005. Ce qui au passage montre que le racisme anti-noir n’a pas disparu loin de là. Plus récemment, l’islamophobie - en tant que forme de racisme contre les musulmans et non simple critique de la religion - voit aussi apparaitre des associations spécifiques de lutte. Enfin, des associations militent aussi pour les sans-papiers ou pour les Rroms ou pour les droits des étrangers (3).

De la LICRA...

La LICRA est la Ligue Internationale Contre le Racisme et l’Antisémitisme. Elle a été fondée en 1928 par Bernard Lecache sous le nom de « Ligue contre les Pogroms » puis LICA - Ligue internationale contre l’antisémitisme - à la suite du meurtre le 25 mai 1926 par un dénommé Samuel Schwartzbard, ancien combattant volontaire de l’armée française de l’Ataman Général Petloura, réfugié en France après la victoire de la Révolution Soviétique en Russie. (4)

La LICA qui luttait contre le seul antisémitisme a étendu son champ d’action à la lutte contre le racisme en général avec la montée du nazisme et elle est devenue LICRA. Une contribution récente d’Alain DAVID (5) montre le profil de la LICRA quant à la portée de cette transformation . Il écrit : « Le racisme, comme dit encore Levinas (admirateur de toujours de Sartre) « n’est pas un concept biologique », « l’antisémitisme est l’archétype de tout enfermement. » Autrement dit, on n’arrive à la signification du racisme qu’à partir de celle de l’antisémitisme. La lutte contre l’antisémitisme est la méthode pour lutter contre le racisme. Le R de la LICRA est inhérent à son A. Lutter contre le racisme c’est d’abord faire droit au plus profond de nous à la protestation contre la tentation antisémite ». Le MRAP défend une thèse différente. Le racisme n’est pas qu’un concept biologique. Nuance d’importance. Le racisme en fonction de signes extérieurs d’une pseudo race comme la couleur de la peau est toujours actif . Mais assurément le procès de racisation fonctionne sous des modes non biologiques. Et dans ce cadre l’antisémitisme n’est pas nécessairement la matrice de toutes les formes de racisme sévissant sur la planète. L’antisémitisme est sans doute la plus vieille forme de racisme sur la planète. Ce qui suffit à la combattre vigoureusement.

... au MRAP.

Après la seconde guerre mondiale, des personnalités mobilisées créent le MRAP qui, lui aussi, va changer de nom en 1977 (tout en gardant le même sigle) pour lutter contre toutes les formes de racisme : le Mouvement contre le Racisme, l’Antisémitisme et pour la Paix devient le Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les peuples. Au lieu d’avoir un titre « à rallonge » qui égrène les différentes formes de racisme, le MRAP signale qu’il lutte contre les différentes formes de racisme. Régulièrement des débats internes analysent les différentes formes de racisme qui gangrènent la société française et le monde et les meilleurs moyens de les combattre. La loi du 1er juillet 1972 contre le racisme est l’œuvre des anciens du MRAP. Le volet pacifique est maintenu sous le vocable d’« Amitié entre les peuples » qui indique que la paix de toutes les armes (pas que militaire) est autant la tâche des peuples que celle des Etats. La commission « internationale » du MRAP, très active, s’appuie très régulièrement sur les résolutions de l’ONU pour développer la solidarité entre les peuples en vue de solutions pacifiques dans les zones régulièrement en conflit sur la planète.

Christian DELARUE

1) Conseil Représentatif des Institutions Noires

http://lecran.org/

2) Mouvement contre le Racisme, l’Antisémitisme et la Xénophobie.

http://www.mrax.be/

3) Sans être complet citons :
RESF

http://www.educationsansfrontieres.org/

Lien vers des sites de défense des Tsiganes, Roms et Gens du voyage.

http://www.cultures-tsiganes.org/cultures_tsiganes/legislation/legislation_p3_assoc.htm

GISTI

http://www.gisti.org/

4) Licra : Lire historique

http://www.licra.org/notre-histoire

5) Le racisme et l’antisémitisme aujourd’hui