GRANDEUR ET MISERE DE L’ ANTIRACISME POLITIQUE, DEFENSE DE L’ ANTIRACISME UNIVERSALISTE

samedi 16 décembre 2017
par  Amitié entre les peuples
popularité : 9%

GRANDEUR ET MISERE DE L’ ANTIRACISME POLITIQUE, DEFENSE DE L’ ANTIRACISME UNIVERSALISTE

Je pique une partie du titre à un livre et à une note critique publiée il y a 10 ans, en 2007, sur Bellaciao : Maurice WINNYKAMEN vient de publier GRANDEUR ET MISERE DE L ANTIRACISME : Le MRAP est-il dépassé ? aux Editions Tribord

Ce qui est visé par cette critique c’est d’une part le campisme qui consiste à défendre le sud en bloc et les quartiers populaires en bloc car pauvre ou au chômage (des maux qui sont certes à combattre mais sans accepter les méfaits « collatéraux » des victimes économiques du système) et d’autre part le communautarisme qui consiste à défendre en bloc une communauté religieuse et ici le monde musulman en bloc, comme si il n’y avait pas d’antisémitisme, d’athéophobie, d’homophobie, de sexyphobie, et même de chasse au musulman progressiste chez les musulmans. Comme si il n’y avait pas d’intégrisme religieux chez les musulmans.

Le sionisme international est aussi un campisme, celui de la défense de l’Etat d’Israel tel qu’il est avec tous ses défauts voir pour certains en souhaitant encore plus de discriminations, plus de colonisation dans les territoires occupés, plus d’oppressions et de dominations (source de ripostes armées) contre les palestiniens.

Une critique de l’antiracisme politique est à faire. Collectivement.

Elle est à faire sans apologie de la situation dans notre République car l’antiracisme universaliste ne manque pas de travail dans la période. Il doit lutter sur le terrain mais aussi sur le plan idéologique et ce sur plusieurs fronts, sur sa droite et sur sa gauche.

Christian DELARUE - Militant MRAP