Analyse des formes de racisme : des petits cailloux épistémologiques. Christian DELARUE

samedi 3 août 2019
par  Amitié entre les peuples
popularité : 10%

Analyse des formes de racisme : des « petits cailloux » épistémologiques.

Aude Lorriaux évoque dans un article antiraciste (1) sur le site regards un changement des formes du racisme contemporain avec le passage du vieux racisme contre les Arabes (qui perdure tel quel néanmoins) vers le racisme plus récent contre les musulmans essentialisés sous la figure du mal . A cette occasion elle cite plusieurs fois Thomas Deltombe (2) qui est l’auteur de ce propos subtile (voir texte) mais peu remarqué : "l’émergence d’un discours islamophobe d’« aspect anti-islamophobe » . Cette citation vient de son texte « L’islamophobie, un instrument de pouvoir qui permet de reformuler le racisme d’antan » qui met l’accent sur l’évolution d’une forme de racisme à une autre.

Face à ces deux textes il convient de remarquer qu’aucun des deux analystes ne fait état de certaines différences qui distinguent les deux registres . Citons pour le registre religieux (islam ou autre) : l’existence de l’intégrisme religieux (ici musulman mais qui concerne chaque grande religion), le droit de critique des religions sous plusieurs aspects , le droit au blasphème désacralisant ce qui est fétichisé par les religions. Ces éléments - qui n’ont pas tous la même force - ne sont pas concernés par un racisme contre une ethnie ou un groupe humain ethnicisé ou racisé . Cela rend plus complexe l’analyse critique. D’autant qu’il existe des musulmans non arabes et des arabes non musulmans.

Il y a donc bien des éléments qui gênent dans ce passage d’une forme de racisme à un autre (entre racisme anti-Arabes et racisme anti-musulmans) et ce même si je suis d’accord sur l’existence de ce passage (que je ne nie donc pas). Il s’agit d’une contribution amicale de complément. Il y a en quelque sorte des « petits cailloux épistémologiques » à intégrer dans l’analyse de la « mécanique raciste » qui est à définir comme un essentialisme, une mise en communauté forcée sans distinction interne faite : « tous dans le même sac » mauvais mais aussi bon, à défendre totalement .

Dans le livre "Urgence antiraciste : Pour une démocratie inclusive » (ouvrage collectif publié en mars 2017 aux éditions du Croquant) je me suis employé à cette analyse (3) en distinguant notamment les intégristes musulmans qui déploient une idéologie et une pratique réelle réactionnaire des autres musulmans qui ne les suivent pas.

Christian DELARUE
Responsable national antiraciste

1) Aude Lorriaux - Comment est-on passé de « l’arabe » au « musulman » ? - regards.fr (22 juillet 2019)
http://www.regards.fr/idees/article/comment-est-on-passe-de-l-arabe-au-musulman

2) Le texte de Thomas Deltombe est sur :
https://www.middleeasteye.net/fr/reportages/thomas-deltombe-lislamophobie-un-instrument-de-pouvoir-qui-permet-de-reformuler-le

3) Altermondialisme et antiracisme vs islamisme radical et intégrismes religieux . Christian Delarue - Amitié entre les peuples
http://amitie-entre-les-peuples.org/Altermondialisme-et-antiracisme-vs-islamisme-radical-et-integrismes-religieux