A propos du CONGRES 2008 du MRAP

mercredi 17 décembre 2008
par  Amitié entre les peuples
popularité : 6%

A propos du CONGRES 2008 du MRAP

Un interview d’ Yves Juin pour « Rouge »

L’une des principales organisations antiracistes françaises vient de tenir son congrès dans une situation de contestation interne. Alors que les besoins d’un militantisme accru en ce domaine se font sentir chaque jour. Nous avons demandé à Christian DELARUE secrétaire national de donner son avis sur cette crise.

YJ : Christian , tu viens d’être réélu au conseil d’administration. Tu étais membre de la direction sortante du MRAP qui était« politiquement plurielle » et tu as animé ce congrès aux côtés de Mouloud AOUNIT et de la direction historique du MRAP ; tes amis de l’opposition ont boycotté ce congrès. Peux tu nous expliquer la situation..?

C D : Il est vrai que les principaux représentant(e)s de l’opposition interne du MRAP étaient absents . Mais il est faux de dire qu’ils « quittent leur postes de direction ». Malgré ses tentatives renouvelées ils n’ont pas pu présenter une liste de candidats. C’est là un fait qui a des conséquences : les contestataires actuellement en fonction dans le CA jusqu’au congrès ne peuvent évidemment pas participer aux votes pour tenter de renouveler leur mandat au sein de la direction du mouvement. Il en va de même d’ailleurs des éventuels et rares nouveaux postulants qu’ils auraient pu recruter. Donc, on ne saurait dire que « l’opposition quitte ses postes à la direction du Mrap » comme elle l’affirme.

J’ai effectivement rejoint la direction majoritaire après avoir été un temps dans l’opposition interne. Je suis pour que le MRAP continue sur sa lancée. Il n’a pas le droit de sombrer ! Vouloir faire perdurer le MRAP passe par des modifications visant à assurer un bon fonctionnement, notamment au sein du bureau exécutif et par le maintien de sa spécificité militante.

YJ Qu’est ce à dire ?

CD : D’une part la direction sortante, historiquement proche de Mouloud AOUNIT, a engagé un processus qui vise à mettre en place une direction collégiale nommée « Présidence collégiale ». Il y aura donc désormais quatre porte-paroles du mouvement et les décisions devant être prises quotidiennement le seront après concertation. D’autre part, il s’agit de maintenir toute la surface thèmatique d’intervention du MRAP. Pour être bien compris de tous dans ce congrès, j’ai explicitement défendu un rapport d’activité qui a bien un « profil MRAP » et non un profil « recentré sur ses fondamentaux » qui le rend fort proche de celui de SOS Racisme.

YJ : Doit-on comprendre que l’opposition interne veut passer à SOS Racisme ?

CD Je n’en sais rien. En fait ce que l’on nomme « opposition » n’est pas homogène au fond. Donc une telle idée de départ ne peut se concevoir que pour une partie de ses membres. C’est surtout son attitude contre Mouloud AOUNIT qui la soude pour des motifs d’ailleurs variables. Il a aussi la question de l’islamophobie qui divise le MRAP depuis maintenant 5 ans !

YJ : A ce propos, tes positions sur l’affaire du voile islamique, te rapprochaient plus de l’opposition que de Mouloud...

CD Il est vrai que dans cette affaire de « voile vosgien »(1) Je dirais en raccourcis que je suis « voilophobe »mais pas islamophobe Je considère qu’il y a une islamophobie raciste et qu’il faut la combattre. Ma première divergence avec l’opposition a d’ailleurs surgi à propos de l’affaire REDEKER (2). Pour l’essentiel, le CA qui a pris position sur ce sujet a grosso modo procédé à une remise en forme de ce que j’avais proposé. Aujourd’hui c’est la laïcité très malmenée par Sarkozy qui risque de provoquer des tensions internes.

YJ : Quid de l’articulation du MRAP à l’altermondialisme ?

CD La participation du MRAP au développement d’ATTAC France est largement admise mais la prise en charge de certaines problématiques de réduction de l’écart de développement entre le nord et le sud en est à ses début. Il reste à répondre à la critique malveillante sur le « tiers-mondisme sommaire » du MRAP . Pour ma part j’ai produit pour la commission mondialisation un cadre global de compréhension (3) des rapports de force au niveau mondial et René LE MIGNOT de la commission internationale est longuement intervenue au congrès pour expliciter les principes qui guident la position du MRAP au moyen-orient ou dans d’autres régions en conflit.

YJ : Y a-t-il eu néanmoins un congrès avec débats ?

CD : Ce n’est pas l’absence d’une trentaine de militant(e)s qui a empêché la tenue de bons débats. La fédération de Paris a notamment réussie à modifier le texte sur la diversité. C’est un thème qui a certes été préféré à « société plurielle » (proposé par le fédération de Paris) mais qui doit être précisé avant d’en faire un outil militant du MRAP. De quelle diversité parle-t-on ? De la diversité en politique certes, mais encore .... Quels rapports avec d’autres notions : communautarisme, laïcité, égalité, accès selon la compétence... Le MRAP doit encore débattre même si le texte d’orientation a bien été voté.

YJ : Comment vois-tu l’avenir du MRAP ?

CD : Les tâches ne manquent pas, mais il va falloir réduire la fracture interne. C’est possible. Pour ce faire les réunions des présidents-secrétaires et trésoriers vont prendre de l’importance, puisque l’opposition est absente du conseil d’administration et du bureau exécutif. Ces réunions devraient être le rendez-vous entre l’opposition et la direction ainsi qu’entre la direction et les comités locaux.

Notes

1* Voir sur internet LE « VOILE VOSGIEN » : M AOUNIT – C DELARUE – G KERFORN et la Fédé 40

2* Il s’agit du texte de Robert Redeker, intitulé « Face aux intimidations islamistes, que doit faire le monde libre ? » que Le Figaro a publié le 19 septembre 2006

3* LE CADRE DE NOTRE AMITIE ENTRE LES PEUPLES : CONTRE LE NOUVEAU CAMPISME MONDIAL