MRAP : Introduction à débat sur les jours religieux fériés.

dimanche 25 avril 2010
par  Amitié entre les peuples
popularité : 3%

MRAP : Introduction à débat sur les jours religieux fériés.

Une critique du communautarisme chrétien dominant et de la perspective de diversité religieuse.

Une éventuelle « déchristianisation » des jours fériés en France ouvre-t-elle systématiquement la voie à une « islamisation » (1) ? N’y-a-t-il pas une autre perspective plus neutre et universaliste qu’un pluralisme bancal ?

*

Par deux fois j’ai eu l’occasion d’intervenir sur cette question (2) dont la dernière fois sur Sud Radio (3) avec Christian Terras et Antoine D’abbundo c’est pourquoi je vous propose cette introduction à débat. Il n’y a sans doute pas à conclure en vue d’une position stricte sur ce sujet mais il est bon d’enclencher un débat.

La question met en prise la question des discriminations entre les croyants mais aussi on le voit une certaine conception de la laïcité.

Reprenons l’argument d’Antoine D’abbundo qui est rédacteur en chef du magazine Pélerin : L’explication du calendrier chrétien dans un État laïc comme la France s’explique par le fait historique . Pendant longtemps, le calendrier liturgique a longtemps réglé le calendrier de toute la vie quotidienne et il continue de le régler pour beaucoup de personnes.

* Qu’elle proposition faire pour le MRAP à partir de là ?

Il est certain qu’une pesanteur historique perdure et qui a par exemple tout son poids pour le dimanche non travaillé de principe même s’il y a beaucoup d’exception au principe. Le développement du capitalisme a érodé les principes issus du christianisme. Néanmoins prenons acte de la prégnance historique du calendrier liturgique. Mais dans cette histoire il faut aussi voir la contre tendance qui se manifeste par un long et profond mouvement de sécularisation. Sans vouloir trop séparer les dynamiques sociales précisons que si la laïcité concerne l’Etat la sécularisation concerne elle la société civile. A cet égard, il convient de noter que la laïcité n’a pas été imposée durement en France comme en Turquie. Elle est venue d’un long processus historique. On ne saurait l’ignorer. Aujourd’hui, par exemple, ceux dans les statistiques que l’on dit chrétien ne vont plus à la messe, ne sont plus croyants.

Une certaine sociologie du présent revendique en quelque sorte contre l’histoire exclusivement chrétienne. Les catholiques français sont largement des croyants ouverts et laïcisés. A l’exception des courants traditionalistes évoqués par Christian Terras, ils ne s’arcqueboutent plus bec et ongles sur une domination catholique réelle ou symbolique en France. C’est un peu différent en Europe ou le lobby chrétien me semble plus vivace. En complément notons qu’il y a beaucoup d’athées en France. Il y a aussi aujourd’hui- c’est le fond de la question - une demande qui se pose . Elle vient d’autres religions, notamment des musulmans.

* Comment faire ?

Si on suit cette analyse jusqu’au bout il faut alors prendre en compte tout à la fois le mouvement de sécularisation qui débouche sur la laïcité et le fait que l’Islam est la deuxième religion de France.

Va-t-on tout mettre à plat à propos des jours religieux fériés (à l’exception du dimanche) ou est-ce que l’on va ajouter des jours à l’existant ainsi que la commission Stasi l’avait proposé en 2003 ? Dans d’autres pays - les USA, la Grande-Bretagne, l’Italie, l’Espagne, l’Allemagne – ils tiennent compte des jours religieux de chaque religion sans en faire des jours fériés obligés. Par exemple, il n’y aura pas d’examen ou de concours ces jours-là. On respectera qui le Yom kippour qui le Ramadan ; on en tiendra compte mais sans que ce soit des jours de congé officiels, des jours non travaillés obligatoire.

Il y a bien matière à débat ouvert.

Christian DELARUE

Membre du BE et du CA du MRAP

1) Cherchant la position du HCI je tombe sur une vidéo du site défrancisation.com qui assimile la déchristianisation à l’islamisation . Il déploie comme l’extrême droite autoritaire et répressive les trois grands volets de la peur : délinquance, immigration et islamisation.

2) Diversité, laïcité, discrimination et fêtes religieuses. C Delarue
http://amitie-entre-les-peuples.org/spip.php?article809

3) Les jours fériés religieux en débat sur Sud Radio


Brèves

8 janvier 2017 - Ni kippa, ni voile, ni autre signe religieux ostensible à l’Assemblée Nationale

Ni kippa, ni voile, ni autre signe religieux ostensible à l’Assemblée Nationale