La question « textile » et la répression-discrimination des extrêmes. C Delarue

mardi 1er décembre 2015
par  Amitié entre les peuples
popularité : 7%

Question textile et multitextile

La question « textile » et la répression-discrimination des extrêmes.

Eléments (ébauche) pour une étude du relativisme culturel en matière de vêtements : la question « textile ».

XX

Il y 40 ans naissait la revue « Quel Corps ? » (1975 - 1995)

(sans prétention de filiation)

L’approche par les deux extrêmes du spectre « textile » renseigne sur le degré d’ouverture et de liberté d’une société.

I - TEXTILE (ou non) : Les deux extrêmes sont souvent interdits

Les sociétés dans l’histoire se sont montrées diversement répressives contre les deux extrêmes du spectre « textile ». Il ne s’agit pas d’être ici complet mais le passage sommaire par le constat est nécessaire pour poser les questions « civilisationnelles » ou « sociétales » pour aller plus loin.

A) Interdit du NON TEXTILE COMPLET : le NUDISME.

NB : Il y a deux niveaux d’infra-textile ou de très peu textile : le nu et le string seins nus. C’est une très grosse différence sociétale.

xx

La vue du sexe, féminin ou masculin, est dans de très nombreuses sociétés, y compris les plus libérales, pénalement réprimée. C’est quasiment universel. Mais la répression peut être très variable. Certains Etats sont très très répressifs et d’autres beaucoup moins, surtout si il n’y a pas eu agression sexuelle mais simple négligence, genre « oubli de fermer sa fenêtre ».

La vue des seins des femmes hors des plages peut aussi être réprimée mais moindrement dans les sociétés libérales de moeurs. C’est le cas en France. Les seins des FEMEN ont été jugés comme étant politiques et non sexuels. A suivre.

Nu complet : tout dépend du contexte et du lieu : le nudisme est autorisé sur certaines plages dans les pays libéraux.

Les pays autoritaires ou totalitaires, sous couvert de normes religieuses officielles souvent, n’autorisent aucune plage pour les nudistes.

Jadis les dictatures de Salazar au Portugal, de Franco en Espagne, des Colonels en Grèce et les dictatures en Amériques latine interdisaient le nudisme.

xx

B) Interdit variable du TEXTILE INTEGRAL y compris le visage.

NB : Ici aussi, il y a deux sortes de vêtements hypertextiles : ceux qui couvrent le visage d’un voile (y compris les yeux sous grille parfois) et ceux qui laissent juste à la vue « l’ovale du visage », tout le reste du corps étant non seulement caché mais sans aucune forme féminine visible sous le vêtement.

xx

La vue d’un être humain - une femme croyante de fait - totalement sous voile, intégralement recouverte y compris le visage est interdite en France mais pas dans tous les pays.

Là certains pays libéraux autorisent l’hypertextile intégral mais sont aussi relativement tolérants à l’égard des infra-textiles.

D’autres par contre incitent fortement à l’hypertextile féminin et sont hyper-répressif non seulement contre les infra-textiles mais même contre les textiles ordinaires.

Il faut alors cacher - pour les femmes - les avant bras, les mollets, et tout décolleté même modeste est bannis.

XX

II - QUESTION TEXTILE : OUVERTURES INTELLECTUELLES et SOCIETALES.

A) Positions possibles : fermetures et ouvertures.

1- Culture de conformisme normatif dit « textile intermédiaire » qui interdit les deux extrêmes tant l’hyper-textile que l’infra-textile.

2 - Culture sexoséparatiste forte et dominante avec vêtements hypertextiles pour les femmes, souvent à justification religieuse de « pudeur » mais exagérée et cultivée d’ou répression des peu-textiles, des infra-textiles.

3 - Culture de relativisme culturel qui admet librement les deux extrêmes et montre une grande tolérance. Société ouverte mais aussi de non violence si peu de jugements péremptoires sont portés contre autrui.

B) Le débat sur les deux types de « relativisme culturel »

Le relativisme culturel de la question textile, concernant le vêtement donc, n’est pas assimilable au relativisme culturel global que l’on rencontre au Canada et en Grande-Bretagne avec le multiculturalisme .

- Au plan sociétal : Le relativisme culturel de la question « textile » n’autorise pas forcément l’introduction de la charia avec son idéologie de complémentarité-inégalité des sexes ni la promotion de piscines sexoséparatistes à justification religieuse intégriste (cf Tariq Ramadan : qu’est-ce que tu regardes là ?) ni la diffusion des prêches sexistes outranciers comme celui de l’imam de Brest par exemple (cf texte précédent sur ce blog). Cela peut se faire en pratique mais ce n’est pas obligé. Tout dépend de la force des idées pro-égalité entre hommes et femmes d’une société donnée.

Pour ma part, l’ouverture au relativisme culturel ne signifie pas, par exemple, acceptation de la prostitution dans une société. Si on analyse la prostitution comme un pouvoir sexuel massivement, historiquement et socialement masculin contre les femmes alors il faut de la fermeté contre et ce n’est pas un défaut d’ouverture, une rigidité autoritaire en matière de moeurs.

- Au plan intellectuel, il faut donc éviter une lecture trop rapide . En matière de relativisme culturel il faut aller derrière le bi-nôme affiché « relativisme culturel » et lire son contenu, son usage, son mode de fonctionnement en fonction du cadre de référence, car il ne signifie pas nécessairement oppression autorisée mais plutôt trajet vers une société de haut niveau de respect humain.

XX

En guise de conclusion : Différence et égalité.

CF « La double impasse » de Sophie Bessis

Plus le « Dieu marchand » universalise sa logique productiviste et de surconsommation et plus la question identitaire se généralise sous la forme de résistance du particulier, de la différence, au point de se cristalliser parfois dans des logiques intégristes-fondamentalistes. Disons ici rapidement que pour nous, la différence est respectable et richesse quand elle est comprise dans un cadre de liberté et d’égalité mais pas quand elle est prétexte à hiérarchisation et inégalités sous couvert de nature ou de culture traditionnelle (avec ou sans religion). On suit là Sophie Bessis et sa thèse de son livre « La double impasse » (oct 2014 . Ed La Découverte). Va-t-on trouver un chemin de modernité échappant à la logique mortifère de ces deux fontamentalismes : le religieux et le marchand ? Ni tradition patriarcale archaïque ni fuite en avant du productivisme, il faut tenter une autre modernité soucieuse du bien commun, sans écrasement de l’individu(e) : Liberté, Egalité, Adelphité et Laïcité.

Christian DELARUE
1 er mai 2015

Un ensemble de textes se rapporte à ce thème :

1) Ni voilophobie ni stringophobie, relativisme culturel dans le vêtement.

http://blogs.mediapart.fr/blog/christian-delarue/170415/ni-voilophobie-ni-stringophobie-relativisme-culturel-dans-le-vetement

2) Critique du sexo-séparatisme mondialisé des secteurs réactionnaires des religions. C Delarue -

http://amitie-entre-les-peuples.org/Critique-du-sexo-separatisme

3) A propos du sexoséparatisme : formes et contenus. C Delarue

http://amitie-entre-les-peuples.org/A-propos-du-sexoseparatisme-formes

Le sexo-séparatisme est une ségrégation sexuelle contraire à l’égalité entre hommes et femmes.
http://amitie-entre-les-peuples.org/spip.php?article2239

4) Analyse critique : « théorie du double regard »

Le réductionnisme comme mécanisme d’oppression sexiste et/ ou raciste.

http://blogs.mediapart.fr/blog/christian-delarue/240213/le-reductionnisme-comme-mecanisme-d-oppression-sexiste-et-ou-raciste

5) CONTRE LA PUBLICITE SEXISTE, contre la prostitution mais pas contre le sexe et le sexy.

http://blogs.mediapart.fr/blog/christian-delarue/260315/contre-la-publicite-sexiste-contre-la-prostitution-mais-pas-contre-le-sexe-et-le-sexy


Brèves

30 août 2016 - Le sexo-séparatisme est une ségrégation sexuelle contraire à l’égalité entre hommes et femmes

Le sexo-séparatisme est une ségrégation sexuelle contraire à l’égalité entre hommes et femmes - (...)

26 janvier 2016 - Repères contre le racisme, pour la diversité des apparences-différences textiles

Repères contre le racisme, pour la diversité des apparences-différences textiles et la solidarité (...)