L’Europe et la purge de l’égalitarisme d’Erdogan - Sara Calderon

dimanche 4 mars 2018
par  Amitié entre les peuples
popularité : 4%

L’Europe et la purge de l’égalitarisme d’Erdogan

par Sara CALDERON - 4 Mars 2018

Les choix concernant le peuple kurde réalisés par le gouvernement d’Erdogan dévoilent une réalité qui, s’il ne fait pas de doute qu’elle est incommodante pour l’Europe, n’en reste pas moins si décisive, que fermer les yeux à son propos ne peut qu’endommager le déjà faiblissant projet européen.

Cela fait déjà un certain temps que le comportement électoral des peuples de l’UE, remet au premier plan l’essoufflement du projet européen. Comme souvent dans la vie, peut-être faudrait-il saisir cet état de fait pour remettre en question ce que l’on veut et l’on attend de l’Europe. Est-ce bien cette Europe économique censée nous protéger des aléas du marché global ? Il apparaît clairement que d’amples secteurs attendent, par delà la prospérité économique et une éventuelle permanence des acquis sociaux, également un projet commun.

Comment serait-elle cette Europe ayant en partage certaines vues sur le monde et la société ? Il ne fait pas de doute que ce serait une Europe hétérogène, mais unie. Une Europe où, sans être pareils, les peuples connaîtraient la fête nationale, les langues officielles, quelques traditions de chaque pays. Sans les partager, ils les sentiraient proches. Puis, par delà cette connaissance mutuelle susceptible de dépasser les clivages de la différence, cette Europe aurait sans doute également en commun quelques valeurs, sinon universelles, du moins très largement consensuelles. On est aujourd’hui en droit d’espérer que l’égalité de droits et de statut entre les hommes et les femmes en ferait partie. Bien que ce combat soit encore loin d’être gagné, comme le montre l’ampleur du mouvement pour les droits mis en place ce 8 mars de par le monde, le fait est que l’égalité de droits a assez largement intégré le sens commun et que rares sont les hommes –et femmes- politiques qui seraient prêts à contester ouvertement cette valeur.

Pour autant, des éléments divers viennent souvent pointer du doigt le chemin qui reste à parcourir. Le sort réservé à la Turquie d’Erdogan, et le rapport que les états européens sont prêts à établir avec elle, en font partie. Les enfreintes aux droits humains auxquelles s’est livré le pays depuis la tentative de coup d’Etat de juillet 2016 font l’objet de dénonciations récurrentes, de même que le sort réservé aux migrants fuyant les guerres du Moyen Orient, qui se trouvent parqués dans des camps, livrés aux mafias diverses, ainsi qu’aux réseaux de prostitution, pour ce qui est des femmes et des enfants.

Bien que le sort réservé au peuple kurde de Turquie fasse moins l’actualité, il la fait aussi de façon régulière. Et ce d’autant plus depuis que les kurdes de Syrie sont apparus comme le rempart le plus efficace au niveau local contre la progression de l’EI. Il n’empêche que, s’ils n’ont jamais été très soutenus, les vents sont en train de tourner, et il est inquiétant que tant de dirigeants des pays de l’UE ferment les yeux sur ce qui se passe en Turquie à ce propos. L’offensive réalisée sur l’enclave d’Afrin constitue ainsi l’un des derniers épisodes en date. Par delà la déloyauté que fermer les yeux suppose envers des combattants qui, tout en défendant leurs vies, ont sans doute préservé l’Europe d’un plus grand dommage, c’est encore s’obstiner à nier que l’égalité entre les hommes et les femmes compte parmi les principaux griefs du président Erdogan à l’encontre du peuple kurde. Par delà la mouvance qui entoure le PKK, il est assez convenu que la persécution dont font objet les kurdes va bien au-delà de la chasse aux éventuels terroristes, pour cibler activistes, et même civils n’ayant pas d’autre reproche à se faire que celui de s’être exprimés, par une voie ou par une autre, sur la question. Cela va en effet au-delà de la persécution ethnique –déjà contraire, rappelons-le, à la valeur du respect des droits humains- pour déboucher sur une large persécution culturelle : Erdogan a ainsi profité de la tentative de putch pour vider la fonction publique et les groupes intellectuels d’éléments divergents, censurer des enseignements –avec entre autres, de façon assez significative, les théories de Darwin, supprimées des enseignements du secondaire-, utiliser dans sa communication politique la figure de sa femme pour établir un modèle de femme vertueuse : celui de l’épouse soumise dépourvue d’individualité.

C’est donc à une purge sociale et idéologique menée sur plusieurs fronts que se livre la Turquie en ce moment, de toute évidence destinée à obtenir une transformation profonde et durable de toute la société turque. Celle-ci rappelle même par son aspect systématique et inexorable, les purges qu’ont eu lieu dans presque tout le continent latino-américain pendant les années 70 et dans un contexte de guerre froide, à l’encontre des sympathisants de gauche. Cette purge-ci s’adresse en revanche, entre autres, à ceux et celles voyant d’un bon œil l’égalité de statut entre les hommes et les femmes.

la suite sur le blog de l’auteure : Sara Calderon

https://blogs.mediapart.fr/sara-calderon/blog/040318/l-europe-et-la-purge-de-l-egalitarisme-d-erdogan