Loi RESEDA : 20 ans après un archaïsme fatal perdure. Christian DELARUE

vendredi 11 mai 2018
par  Amitié entre les peuples
popularité : 5%

Loi RESEDA, 20 ans après, un archaïsme fatal perdure.

La loi RESEDA dite loi Chevènement date du 11 mai 1998, un anniversaire qui est à placer - non comme celui d’ATTAC France qui va fêter ses 20 ans prochainement - sous le signe d’un « archaïsme fatal » (cf livre de 99 sur les « Sans-papiers » à la Découverte).

Pourquoi ? Eh bien parce que cette loi de national-républicanisme n’a pas été un progrès (d’après plusieurs organisations ) par rapport aux lois Pasqua-Debré et qu’elle n’a pas amélioré la condition de réception et de vie des migrants par rapport aux lois antérieures.

Les lois suivantes n’ont pas fait mieux. Il y a bien pour ce pays un « archaïsme fatal » sur ce champ. Si l’ouverture au monde fait parti du « roman national » c’est alors plus pour les choses (marchandes) que les humains (défavorisés ou violentés).

Christian DELARUE

Addendum
Motion ATTAC de l’AG 2018 sur les migrations dans la mondialisation

PDF - 194.1 ko