Trois formules idéal-typiques du confusionnisme de la gauche trumpisée - Ph Corcuff

jeudi 23 février 2017
par  Amitié entre les peuples
popularité : 5%

Trois formules idéal-typiques du confusionnisme de la gauche trumpisée.

Extrait de Philippe Corcuff (ATTAC Les possibles n12)

Dans certaines réactions de gauche à la victoire de Trump, deux énoncés idéaux-typiques, plus ou moins implicites ou explicites en fonction des discours, créent des interférences confusionnistes risquées avec des thématiques d’extrême droite : « la victoire du Peuple contre les élites » et « les ennemis des médias sont (presque) mes amis ». Les figures de gauche qui portent des énoncés avoisinants (ou dont les raisonnements prennent implicitement appui sur des énoncés de ce type) dans leurs commentaires sur la victoire de Trump risquent de créer une confusion entre usages essentialistes du « peuple » et usages émancipateurs, critique obscurantiste des médias et critique progressiste.

Or, « le Peuple » fantasmé par l’extrême droite, homogénéisé culturellement, ethnicisé, figé principalement sur un référent national, fermé sur le monde et intolérant aux différences culturelles, n’a rien à voir avec « le Peuple » multiculturel, en marche vers l’émancipation individuelle et collective, ouvert sur le monde, des idéaux historiques de la gauche.

La critique conspirationniste des médias portée par l’extrême droite, pour laquelle il suffit d’être contre les médias pour être dans le vrai, est éloignée d’une critique émancipatrice des médias au nom de critères de vérité et de justice sociale, en visant alors à lever le poids des structures sociales dominantes afin d’en faire des outils d’émancipation. En ne marquant pas suffisamment les différences radicales entre gauche d’émancipation et extrême droite, empêtrés dans ce type d’énoncés confusionnistes, certaines figures de gauche ajoutent involontairement leurs petites contributions à la montée idéologique et politique de l’extrême droite, dans un contexte où les rapports de force sont en faveur de cette dernière dans des pays comme la France.

Pour une partie seulement des réactions confusionnistes à gauche face à la victoire de Trump, un troisième énoncé idéal-typique se rajoute aux deux premiers : « le national, c’est le Bien, le mondial, c’est le Mal ». Or, tant les cadres nationaux que l’espace mondial ne doivent pas être vus comme des blocs homogènes (uniformément positifs ou négatifs), car ils sont travaillés par des contradictions, des rapports de force et des luttes sociales et politiques.

La mondialisation capitaliste en cours profite certes surtout aux classes dominantes les plus internationalisées, mais le protectionnisme national peut, quant à lui, principalement profiter aux classes dominantes nationales ; dans le cas des États-Unis, des fractions importantes de la classe dominante nationale sont internationalisées. Des protections partielles et contrôlées peuvent utilement alléger à un moment le poids pesant sur la classe salariale d’un pays, mais une confrontation protectionniste généralisée entre pays peut aviver la concurrence entre classes dominées nationales au profit du capital et au détriment des classes populaires, et de manière renforcée pour celles des pays les plus démunis.

C’est pourquoi une association altermondialiste comme Attac s’efforce de combiner luttes locales, luttes nationales et luttes mondiales, politiques publiques locales, politiques publiques nationales et coopérations internationales. Dans un cadre altermondialiste (« un autre monde est possible ! »), la nation ne constitue pas le principal référent de l’action, mais un des principaux référents nécessairement combiné au local et au mondial. C’est ce qui sépare radicalement son internationalisme du nationalisme d’extrême droite.

Par ailleurs, la focalisation sur le national, même en un sens progressiste, dans un contexte où les usages ultra-conservateurs de « la nation » sont hégémonisants au sein des espaces publics, pourrait ajouter de la force, sans le vouloir, à ces usages ultra-conservateurs.

Lire texte complet sur :

Après le Brexit et Trump : confusionnisme à gauche et extrême droitisation idéologique - Attac France
https://france.attac.org/nos-publications/les-possibles/numero-12-hiver-2017/dossier-la-droitisation-des-politiques/article/apres-le-brexit-et-trump-confusionnisme-a-gauche-et-extreme-droitisation


Brèves

26 janvier 2016 - Christian DELARUE, des engagements, un parcours militant

Christian DELARUE, des engagements, un parcours militant
http://amitie-entre-les-peuples.org/Christ

12 novembre 2012 -  Peuple-classe - 99%

Peuple-classe - 99%
https://www.facebook.com/peupleclasse.peuplesocial/?fref=ts