Trois populismes. Pas deux. Christian DELARUE

vendredi 16 novembre 2018
par  Amitié entre les peuples
popularité : 6%

Trois populismes (pas deux).

C’est l’usage de populisme seul qui est très contestable. Donc en évoquer deux c’est mieux. Mais on peut affiner.

Dans « Par le peuple et pour le peuple - le populisme et les démocraties » (Fayard 2000) Yves Meny et Yves Surel ne font pas cette distinction binaire gauche-droite. Ils évoquent trois populismes.

I - POPULISME DE DROITE / POPULISME DE GAUCHE

1 ) Une dichotomie récente

La dichotomie « populisme de droite / populisme de gauche » est récente au plan médiatique et sociétal. De mémoire militante on a évoqué pendant plus 40 ans une seule variante du populisme celui d’une extrême-droite nationaliste, quasi-fasciste mais pas anti-démocratique, volontiers raciste et xénophobe, anti-impôts parfois (poujadisme de la petite-bourgeoisie ). Dire cela signifie qu’on laisse de côté les écrits de Chantal Mouffe et Laclau qui écrivent depuis très longtemps (1) - plus de trente ans - mais qui n’ont eu une forte audience en France, en Espagne, en Amérique latine que depuis une dizaine d’années. Au plan associatif, et notamment au Mrap, pendant des années, c’était le populisme sans adjectif qui était critiqué car seul celui de droite était visible voir bruyant. Il y a bien eu historiquement un populisme de gauche mais il était en qlq sorte éteint.

2) Le contenu de la distinction

LE POPULISME DE GAUCHE se distingue clairement du POPULISME DE DROITE (F Flipo) dans la mesure où le premier cherche à construire un peuple émancipateur, secouant le joug de l’oligarchie, tandis que le second est mensonger, il cherche à occulter, trouver des bouc émissaires, renvoyer le peuple à ses responsabilités etc. Il est plus proche de la démagogie. On le voit quand on constate que le programme de M Le Pen ne contient rien de social, à la différence de son discours. (dixit Fabrice Flipo)

3) La nécessité de préciser .

Fabrice Flipo en tire la conclusion que le mot « populisme » n’est pas « contaminé » dès lors qu’il est ainsi précisé.

D’abord dit-il « le populisme est une notion analytique, de nature stratégique : il désigne le fait de construire un peuple ». L’apport de Laclau et Mouffe et consorts est à la fois d’avoir souligné l’opération et d’avoir montré l’ambivalence. Loin de faire le lit du « confusionnisme » cela conduit à souligner qu’il y a deux sortes de populismes et donc précisément qu’il ne faut pas confondre l’un avec l’autre .

Deux au moins. Pourquoi pas trois ?

II - LES TROIS POPULISMES

- Le populisme face au constitutionnalisme

Pour Yves Meny et Yves Surel (livre précité) le populisme se déploie sur fond de démocratie du peuple et par le peuple en oubliant que la démocratie intégre le constitutionnalisme (pluralisme, séparation des pouvoirs, droits des opposants, etc...). Faut-il y ajouter dans ces constitutions la liberté d’entreprendre, le droit de la propriété privée, le droit de faire du profit, etc. Renvoi ici aux 8 traits du capitalisme dans les Constitutions (2).

- Contenu du triptyque :

Ils distinguent (page 218) trois types de populisme et non deux :

1 - le populisme en défense du peuple souverain, devant récupérer sa souveraineté. On évoque le souverainisme.

2 - Le populisme socio-économique qui met l’accent sur les inégalités et la redistribution des richesses. On évoque là un peuple d’en-bas, les 99% le plus souvent.

3 - Le populisme identitaire et communautaire s’appuyant sur une culture commune a défendre. On parlera alors de communautarisme, de nationalisme agressif .

Il convient de rappeler que ces auteurs avait précédemment (page 185) distinguer trois types de peuple :

1) Le peuple souverain avec une dimension anti-élites (et même anti-système mais sans précision : quel système ? Les syndicats de travailleurs sont parfois visés comme acteurs du système). Ces auteurs pensent aux forces politiques d’extrême-droite. Il ne s’agit pas du peuple démocratico-citoyen, longtemps vu comme le seul peuple. C’est désormais fini. Il n’y a plus LE peuple, sauf pour une doxa liée à l’Etat.

2) Le peuple-classe (p195), celui issu du terme plebs comme ne possédant ni biens ni terre. Terme que je me suis personnellement attaché a renouveler et moderniser dans Attac et au Mrap (cf Revue Mouvements été 2012).

3) Le peuple-nation en référence a une communauté culturelle, linguistique, ethnique.

III - Actualisation de la question

1) Peux-t-on articuler ces formes ?

- A gauche, on pourra articuler peuple-classe et peuple démocratico-citoyen (cf ma propre contribution sur Mouvements en 2012) . En ce cas c’est à partir d’un mouvement d’en-bas que le peuple-classe conquière sa dignité et des pouvoirs démocratiques et sociaux contre l’oligarchie et les classes dominantes.

- A droite, on pourra articuler peuple-nation et peuple-souverain. Mégret a écrit en 1997 « Alternative nationale » en combinant ces deux formes de peuple.

Il y a aussi de nos jours le communautarisme religieux qui articule identitarisme religieux et clôture communautaire.

Avec ces articulations théoriques (simplifiées ici) on retombe sur la summa divisio populisme de droite -populisme de gauche. Mais...

2) Rebondissement sur une forme souvent oubliée : le populisme du centre .

Il s’agit aussi d’un troisième populisme. Avec Pierre Manent qui évoque un « centre de la raison » on n’oubliera pas le populisme centriste de mépris des élites contre le(s) peuple(s) contestataires. Ce « populisme du centre », très prisé des journalistes mainstream, ne manquent pas d’amalgamer populisme de droite et populisme de gauche.

Ouverture provisoire  :

Deux groupes sociaux servent de critères ou de repères : que dit-on (ou pas) contre les classes dominantes, les oligarchies tant nationales que continentales ? Que dit-on (ou pas) sur les migrants ?

Accepter les migrants ne signifie pas ne pas traiter la fraction délinquante ou intégriste religieuse.
La critique des classes dominantes ne signifie pas homogénéité bien qu’elle soient plus soudée par une idéologie que le peuple-classe.

C’est l’usage de populisme seul qui est désormais très contestable.

Christian DELARUE

Classe dominante et oligarchie contre peuple souverain et peuple-classe.

http://mouvements.info/classe-dominante-et-oligarchie-contre-peuple-souverain-et-peuple-classe/

Le capitalisme en 8 points selon O. Bonfond

https://altermd.blogspot.com/2018/10/le-capitalisme-en-8-points-selon-o.html


Brèves

9 novembre 2017 - Facebook - Amitié entre les peuples - site

Facebook - Amitié entre les peuples - site
https://www.facebook.com/amitieentrelespeuples/?pnref=lhc

26 janvier 2016 - Christian DELARUE, des engagements, un parcours militant

Christian DELARUE, des engagements, un parcours militant
http://amitie-entre-les-peuples.org/Christ

12 novembre 2012 -  Peuple-classe - 99%

Peuple-classe - 99%
https://www.facebook.com/peupleclasse.peuplesocial/?fref=ts