Les insoutenables propos révisionnistes de PETRE-GRENOUILLEAU

mercredi 25 juin 2008
par  Amitié entre les peuples
popularité : 5%

Communiqué de Presse du Collectif des Antillais Guyanais Réunionnais 12 juin, 2005

Les insoutenables propos révisionnistes de PETRE-GRENOUILLEAU

Dans un entretien paru dans « Le Journal du Dimanche » (JDD) le 12 juin 2005, Olivier PETRE-GRENOUILLEAU, professeur d’histoire à l’Université de l’Orient et auteur de l’ouvrage « Les Traites Négrières », tient des propos révisionnistes d’une rare violence sur les traites négrières et l’esclavage.

Olivier PETRE-GRENOUILLEAU non seulement regrette ouvertement l’adoption de la loi TAUBIRA, mais rend cette même loi responsable de l’antisémitisme en France. Et pour que son message soit plus clair, il assène que les traites négrières ne sont pas des génocides en mélangeant volontairement les deux notions : le crime contre l’humanité et le génocide.

Le Collectif saisira les autorités compétentes afin que Olivier PETRE-GRENOUILLEAU soit suspendu de ses fonctions universitaires pour révisionnisme comme l’a été récemment Bruno GOLLNISCH, responsable du Front National, qui contestait le nombre de morts du génocide juif.

Maître Gilbert COLLARD déposera de manière imminente une plainte pénale contre Olivier PETRE-GRENOUILLEAU au nom du Collectif des Antillais, Guyanais, Réunionnais.

Explications : A une question sur le soi disant « antisémitisme véhiculé par DIEUDONNE », Olivier PETRE-GRENOUILLEAU répond que « cela dépasse le cas DIEUDONNE. C’est aussi le problème de la loi TAUBIRA qui considère la traite des Noirs par les Européens comme un crime contre l’humanité, incluant de ce fait une comparaison avec la SHOAH. Les traites négrières ne sont pas des génocides. La traite n’avait pas pour but d’exterminer un peuple. L’esclave était un bien qui avait une valeur marchande qu’on voulait faire travailler le plus possible. Le génocide juif et la traite négrière sont des processus différents. Il n’y a pas d’échelle de Richter des souffrances. »

1°) En déclarant que la loi TAUBIRA, pose « problème », Olivier PETRE-GRENOUILLEAU se pose en censeur de la représentation nationale qui a adopté à une écrasante majorité la loi TAUBIRA en 2001. Il méprise purement et simplement notre système démocratique.

2°) En affirmant que l’esclavage n’est qu’un simple système d’exploitation de l’homme ; un banal expédient économique, PETRE-GRENOUILLEAU réécrit l’histoire. Il bafoue la mémoire de tous les descendants d’esclave qui ont dû attendre un siècle et demi une réparation morale minimale.

De tels propos d’un prétendu historien, qui n’a pas l’excuse du profane, sont falsificateurs au regard de l’histoire : Il s’agit d’une tentative de minimiser l’esclavage des noirs, système odieux dans son organisation et implacable dans sa réalité avec son cortège de déportation, de morts, de viols, de violences, de reniement de l’être et des droits.

Car il s’agit bien d’une tragédie majeure responsable, pendant plus de trois siècles, de plusieurs millions de morts et de la déportation de dizaines de millions de victimes privées de tout droit et de toute liberté. L’organisation méthodique de la négation de l’individu en tant qu’être humain à cause de sa couleur de peau par l’ensemble des puissances dominantes de l’époque, suffit pourtant largement à qualifier sans hésitation, aucune, ce crime.

3°) Olivier PETRE-GRENOUILLEAU suggère qu’il aurait fallu faire silence sur l’esclavage, ne pas le décréter crime contre l’humanité pour ne pas faire de « comparaison avec la SHOAH » et insinue que cette loi est responsable de l’antisémitisme.

Quel est donc ce mauvais procès ? En quoi est antisémite le fait de reconnaître la traite négrière et l’esclavage comme crime contre l’humanité ? Doit-on désormais renoncer à qualifier tous les autres crimes contre l’humanité comme ceux des arméniens, de Yougoslavie ou du Rwanda ?

Dans sa perversité intellectuelle, PETRE-GRENOUILLEAU considère la souffrance des Noirs moins importante que celle reconnue, à raison, pour les Juifs. Est-ce parce que les esclaves étaient supposés de pas avoir d’âme mais être de simples objets ?

Tout en affirmant qu’il « n’y a pas d’échelle de Richter des souffrances », Olivier PETRE-GRENOUILLEAU, opère un étrange rapprochement qui suscite la concurrence victimaire et ne peut que déclencher les haines entre les communautés.

4°) Olivier PETRE-GRENOUILLEAU va jusqu’à nier la réalité de l’existence de descendants d’esclaves, qu’il qualifie de « choix identitaire », qui ne correspond « pas à la réalité ». Pour lui, il s’agit d’une « expression à manier avec prudence ».

Le Collectif des Antillais, Guyanais, Réunionnais demande une sanction exemplaire contre un homme dont toute l’oeuvre tient bien à la volonté de nier toute l’horreur d’un crime imprescriptible contre l’humanité.

Son récent prix délivré par le Jury du prix du livre d’histoire du Sénat résonne comme une gifle infligée à ceux, les descendants d’esclaves, qui ont contribué à l’édification de la nation française et à l’histoire de France.

Par des propos intolérables qui le placent en marge des lois de la République, Olivier PETRE-GRENOUILLEAU s’expose aux sanctions pénales prévues pour les révisionnistes.

Max GALLO avait déjà été contraint de s’excuser sous la pression du Collectif des Antillais, Guyanais, Réunionnais, en décembre 2004 pour avoir déclaré qu’il ne savait pas si le rétablissement de l’esclavage était un crime contre l’humanité. Le Collectif avait en conséquence décidé de ne pas actionner en justice, croyant que cela aurait valeur exemplaire. (voir notre site Internet www.collectifdom.com)

Cette fois-ci, la justice devra passer avec une sévérité exemplaire !

Patrick KARAM, président du Collectif : 01 43 54 48 43 / 06 12 48 62 32

Le Collectif des Antillais, Guyanais, Réunionnais est la plus grande association d’originaires d’Outre-Mer avec plus de 40 000 membres et sympathisants, dont de nombreux parlementaires d’Outre-Mer. Le Collectif a organisé notamment la Marche du 11 décembre 2004 contre les discriminations avec plus de 10 000 manifestants et de nombreux responsables politiques nationaux. Avec 500 interventions dans les médias et le soutien de plusieurs centaines de parlementaires, le Collectif est un lobby pour l’Outre-Mer. Pour en savoir plus : www.collectifdom.com

Dieudonné avait bien raison, il ya bien <>. Mais j’irais plus loin, visiblement, certaines autorités qu’elles soient médiatiques, politiques ou intellectuelles cherchent a minimiser l’esclavage. Dieudonné a toujours clamer qu’il n’y avait pas de hierarchie de la souffrance et qu’il réclamait simplment une égalité de traitement de toutes les mémoires. Mais manifestement cette simple égalité est déja trop et on voit tres bien ceux qui veulent instaurer une hierarchie des mémoires allant meme jusqu’a oser dire le contraire. Apres le lynchage de Dieudonné par des organisations sionistes par des organisations sionistes comme le CRIF ,l’UEJF, le consistoire israelite de france, la FOFJF,.... ,,et par des pseudo intellectuels comme BHL, finkelkraut, schemla,.... apres l’instrumentalisation odieuse de bountys qui vendent l’humoriste pour vendre leur livre, apres que certaines élites sionistes comme elkabash, finkelkraut et d’autres qui se sont évertués a minimiser l’esclavage et meme a encenser les vertus du code noir, apres cet appel a la haine raciale contre les noirs d’une organisation sioniste hachomer hatzair et radio shalom, signé entre autres par finkelkraut et kouchner et soutenu par elkabash, apres que Patrick GAUBERT, député européen et président de la LICRA (organisation « anti raciste » et sioniste, si si patrick klugman par exemple est ancien ), refuse de signer la reconnaissance de l’esclavage comme crime contre l’Humanitévoici contrairement a d’autres députés europpéens, voici maintenant l’étape supplémentaire, la réecriture de l’histoire, le révisionniste Petré grenouilleau, soutenu notamment par de villepin,(http://intox.zapto.org/media/downlo...) vient de gagner le prix du meilleur colonialiste.. euh.. le prix du sénat 2005.http://www.senat.fr/evenement/rende...

Non seulement, il y a une opposition communautariste forte face a l’émergence d’une reconnaissance de la mémoire de l’esclavage mais en plus un communautarisme sioniste qui jouit d’un soutien politique. Et certaines personnalités comme elkabash osent renverser la situation en osant dire qu’il y a un communautarisme noir fait de haine. Mais d’ou vient la violence, ne vient elle pas de ces personnalités médiatiques ,poltiques et intellecteules qui profitent de leur situation, de la légitimité qui incombent a leur statut pour ,pour déverser leur propagande mensongère sans que les concernés puissent répondre. Ils ne veulent meme pas d’une égalité des chances, d’une égalité de traitement des mémoires, allant meme jusqu’a nier la légitilité de crime contre l’humanité que chritianne taubira a eu tend de mal a faire reconnaitre. Il ya bel et bien une guerre culturelle qui est déclaré au monde noir, l’actualité nous le démontre.

Ces élites communautaristes obligent le monde noir a se constituer en collectif, a constituer un lobby, car c’est le seul moyen pour se faire entendre, c ’est le seul moyen pour faire face a ce lobby sioniste et au dela dont la voix est fermement ancré dans le monde politique et médiatique ,qui est opposé a la reconnaissance de l’esclavage, quoi qu’ils en disent.