Sous-cultures sexoséparatistes non religieuses de boulistes ou d’un franc-maçon.

lundi 4 juillet 2016
par  Amitié entre les peuples
popularité : 5%

Sous-cultures sexoséparatistes non religieuses de boulistes ou d’un franc-maçon.

On évoque, ici ou là, le sexoséparatisme patriarcal non religieux, celui entretenu par une équipe de boulistes à Tregueux (1) qui tenait à mettre les femmes hors jeu , mais cela n’aura pas dure car la mixite fut admise après debat .

Mais on a lu aussi celui, plus grave, d’un responsable franc-maçon qui semble lui plus installé car plus construit ideologiquement comme « valeur » patriarcale de la prééminence masculine.

Le sexoséparatisme n’est donc pas que doctrine réactionnaire et pratique imposée (sous-culture) par les intégrismes religieux, celui catholique (jadis en France et encore aujourd’hui en Pologne) , celui de juifs haredim et surtout celui des musulmans (la plus mondialisée).

Portée et distinctions

Mais dans ces micro « sous-cultures sexoséparatistes » il n’y a pas empêchement absolu de jouer aux boules ou de chasser le gibier (cf un entre-soi masculin des chasseurs) pour les femmes et surtout ces dernières restent évidemment libres de sortir de chez elles quand elles veulent et dans la tenue qu’elles veulent . On est loin du sexoséparatisme totalitaire et autoritaire construit comme ordre social, global (à l’échelle d’un pays avec ordre juridico-religieux à l’appui) ou local (à l’échelle d’un quartier sous la férule d’intégristes), fondé sur l’infériorisation et l’invisibilisation des femmes recluses au foyer . Les principes de liberté et d’égalité y sont bafoués.

Les intégristes sexoséparatistes veulent eux avec force autorite d’une part la réclusion des femmes à la maison - forme « hard » - avec sortie accompagnèe du frère ou du mari (« souplesse » ici parfois) et d’autre part l’imposition du voile recouvrant largement les femmes - soit l’hypertextile imposé. Le critère est l’autoritarisme, l’imposition de l’intolérance du féminin et la violence pour imposer cette forme de sexisme hyperpatriarcal . Il ’agit d’une violence intra-communautaire largement combattue par les musulman(e)s progressistes tant ailleurs qu’ici dans les quartiers d’implantation.

- Lutte pour la liberté et l’égalité

Nous militons contre le racisme et contre toutes les formes de harcèlement pour une réelle diversité textile, des apparences et différences textiles librement choisies, hypertextile certes mais aussi hypotextile, sans agression !

Nous combattons tous les intégrismes religieux !

L’éducation des jeunes ne doit pas culpabiliser les filles insultèes ou harcelèes pour leur tenue (mini-jupe) mais surtout inciter les garçons coupables à canaliser pulsions et desirs (cf theorie du double regard) notemment en se gardant d’injures et d’insultes afin de gagner en liberté, égalité, sécurité, réciprocité pour un vivre-ensemble hommes et femmes agréable !

Ch Delarue

Ce club de boule est enfin ouvert aux femmes - Edition du soir Ouest France - 29/06/2016

http://www.ouest-france.fr/leditiondusoir/data/777/reader/reader.html?t=1467217357042#!preferred/1/package/777/pub/778/page/11


Brèves

30 août 2016 - Le sexo-séparatisme est une ségrégation sexuelle contraire à l’égalité entre hommes et femmes

Le sexo-séparatisme est une ségrégation sexuelle contraire à l’égalité entre hommes et femmes - (...)

26 janvier 2016 - Repères contre le racisme, pour la diversité des apparences-différences textiles

Repères contre le racisme, pour la diversité des apparences-différences textiles et la solidarité (...)