« Germanophobie » : C’est l’oligarchie allemande qui est critiquée pas le peuple-classe allemand ! C Delarue

lundi 5 décembre 2011
par  Amitié entre les peuples
popularité : 4%

« Germanophobie » : C’est l’oligarchie allemande qui est critiquée pas le peuple-classe allemand !

Arnaud Montebourg a déclenché une vague de protestation en comparant Angela Merkel à Bismarck. La droite, qui n’a pourtant pas de leçons à donner en matière de xénophobie, se lève aussitôt pour stigmatiser la « germanophobie » de certains socialistes, Le GUEN et A MONTEBOURG (1). Quand ce dernier parler de « Diktat allemand » ce n’est pas le peuple-classe allemand qui est visé mais la classe dominante et l’oligarchie politico-financière. Ce n’est pas tant un « eux » national étranger qu’un « en-haut » dominateur qui est critiqué.

Problème : Marine Le Pen a elle aussi fait référence à un « diktat allemand », tout comme le député de Saône-et-Loire. Il serait temps que les socialistes soient plus précis. Le fameux « diktat » vient de la bourgeoisie allemande qui veut, via la classe politique allemande et française, étendre plus encore son modèle de capitalisme - l’ordolibéralisme - à toute l’Europe. Le peuple-classe allemand n’est pas protégé par cette politique bien au contraire, et ce même si il n’en fait pas encore les frais aussi durement que tous les autres peuples-classe en Europe.

Évidemment tout cela ne plait pas à N SARKOZY qui reste depuis quelques mois soumis à Angela MERKEL, la nouvelle M THATCHER du moment tant en interne qu’en externe. En fait, ce qui est toujours critiquable c’est la comparaison entre individus. Mais de là à crier « germanophobie » ! Se laisser aller à comparer la chancelière allemande à Hitler est très excessif ible et même diffamatoire. Mais ce n’est pas exactement ce qu’à dit Jean-Marie Le Guen qui a comparé le 24 novembre, alors que la France, l’Allemagne et l’Italie se retrouvaient à Strasbourg pour un mini-sommet de crise, Nicolas Sarkozy à Edouard Daladier allant certes signer en 1938 les accords de Munich avec Adolf Hitler.

Quand à Alain JUPPE, il pratique la confusion et le mensonge en parlant à cette occasion d’amitié entre les peuples allemand et français . Il subsume « l’amitié franco-allemande » à celle entre les deux Etats et les deux oligarchies politico-financière. C’est à la gauche et aux mouvement s sociaux de favoriser cette amitié de lutte entre les peuples-classe.

Christian DELARUE

1) Pour un exposé « à plat » des faits lire :
« Germanophobie » : quels mots ont été prononcés ? - Europe1.fr - Politique

http://www.europe1.fr/Politique/Germanophobie-quels-mots-ont-ete-prononces-845015/