Autre Europe : comment la construire ? Avec qui ? Quels « corps » intermédiaires ?

mercredi 21 mai 2014
par  Amitié entre les peuples
popularité : 10%

Autre Europe : comment ? Avec qui ?

Autre Europe : sans syndicalisme ? sans altermondialisme ? sans parti de transformation sociale ?

Manifestement cette Europe-là ne convient pas. Et pour antant, une majorité tient à rester dans l’euro.

Et il ne suffit pas que soudainement et trop tardivement des débats soient lancés d’en-haut ; bien qu’à l’évidence cela participe d’un certain réveil. cf : Des « eurocrates critiques » veulent une autre Europe -

http://www.mediapart.fr/journal/international/120514/des-eurocrates-critiques-veulent-une-autre-europe

- L’Europe d’en-haut et par en-haut a trop longtemps oublié ses peuples-classe ! Et cela se voit !

La critique de l’Union européenne est vive sur plusieurs aspects : contre sa démocratie au rabais, contre son oligarchie, sa Troîka, ses fans « Europe, Europe, Europe », contre une Europe sociale au rabais (pas de SMIC européen, pas de salaire maximal européen, pas de temps de travail hebdomadaire européen, pas de services publics dignes de ce nom en Europe, etc...)

Il nous faut une autre Europe tout comme une autre France car ici aussi ce sont bien les puissants qui donnent le ton. Mais la différence tient au fait que le capitalisme français rencontre des résistances mieux organisées du monde du travail.

- Syndicalisme et altermondialisme trop faible en Europe !

Cette différence sur les capacités de résistances et de conquêtes de droits sociaux me fait dire qu’il y a aussi des efforts à faire au plan syndical pour organiser les ripostes et les conquêtes sociales, car on ne sait quasiment rien sur les rencontres syndicales, pour enclencher une Europe sociale. L’idée de justice sociale est totalement absente de l’Union européenne pour cause de concurrentialisme exacerbé !

Du côté de l’altermondialisme, il faut remarquer qu’il s’est affaibli ces dernières années au plan européen - des bilans négatifs des FSE y sont tirés mais à la suite de désinvestissements militants antérieurs - pour se concentrer sur le plan mondial, du moins pour celles et ceux qui peuvent s’y inverstir. Ce qui n’est pas évident pour tous ! Cela doit aussi changer.

- Renforcer les outils de résistance et de construction de l’alternative !

Le peuple-classe français ne voit pas de « corps intermédiaires » proches de ses intérêts en capacité de ripostes face aux politiques anti-sociales européennes.

Il ne suffit pas de dire que les français tiennent à la monnaie européenne pour se rassurer !

Il importe de renforcer les outils existants à ce niveau, tant au plan syndical qu’alter !

Les partis de gauche ou écologistes y sont aussi trop faibles .

Bref, on ne voit que trop que l’Europe est l’affaire des bourgeoisies et du grand capital !

Christian DELARUE

Lu sur le Club : L’Europe ravalée au rang de marché

http://blogs.mediapart.fr/blog/jean-luc-gasnier/100514/leurope-ravalee-au-rang-de-marche