Intervention du CADTM lors de la manifestation du 14 mars à Rennes devant la Banque de France

dimanche 15 mars 2015
par  Amitié entre les peuples
popularité : 5%

Intervention du CADTM lors de la manifestation du 14 mars à Rennes devant la Banque de France

Le Comité pour l’Annulation de la Dette du Tiers Monde est très impliqué dans la remise en cause de la dette grecque. Celle-ci est un verrou à faire sauter pour mener une politique anti austérité que réclame dans ses luttes le peuple grec et qu’il a exprimé de façon démocratique lors des élections du 25 janvier dernier.

Mais selon Jean-Claude Junker, le président luxembourgeois de la Commission Européenne : « il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités européens ».

Nous affirmons au contraire le droit souverain du peuple grec à décider de l’avenir de son pays. Nous encourageons la mise en place d’un audit de la dette grecque comme le souhaite la présidente du parlement grec Zoe Konstantopoulou.

Nous saluons également la reconstitution de la commission des réparations de guerre allemandes, envers le pays, non soldées à ce jour.

Pour le CADTM, la dette grecque, pour une grande partie, n’a pas servi les intérêts de la population. Cette part est donc illégitime et doit être annulée.

La dette grecque et ses conditionnalités, imposées par la Troïka, ont été des armes de destruction massive de l’économie et de la société grecque. Elle doit donc être annulée !

Les mémorandums et l’endettement forcé de la Grèce sont en grande partie illégaux, car contractés sans l’accord du Parlement grec comme le prévoit la Constitution de ce pays.
Elle doit donc être annulée !

Le service de la dette grecque est insoutenable pour le budget de l’Etat grec et ne peut donc être payé. La satisfaction des besoins et des droits fondamentaux de la population sont prioritaires sur le paiement du service de la dette aux créanciers.
Un moratoire sur ces paiements doit donc être prononcé.

Ces affirmations sont toutes conformes à la jurisprudence du droit international en vigueur.

Des annulations totales ou partielles des dettes sont légion depuis la fin de la 2e guerre mondiale (169 selon le FMI) La France en a bénéficié à la Libération. L’Allemagne à la conférence de Londres de 1953 a vu sa dette réduite de plus de 60%.

Pour le CADTM, l’audit de la dette grecque doit être un audit citoyen, c’est-à-dire transparent et c’est à la population grecque de décider du sort à réserver à la part illégitime, odieuse et illégale de la dette de leur pays.

Partout en Europe, nous luttons contre les politiques d’austérité imposées au nom de la réduction des déficits et des dettes publiques.

En réponse à l’Europe de la finance, du capital, des marchés financiers et des intérêts privés, construisons l’Europe des peuples en lutte, une Europe solidaire, en rupture avec celle-ci.

Non aux diktats de la BCE et de l’Eurogroup !

Vive l’Europe des luttes et comme disent nos camarades espagnols : no debemos, no pagamos !

(On ne doit pas, on ne paie pas !)

je vous remercie

Pascal Franchet

JPEG - 1.1 Mo

Pascal Franchet CADTM samedi 14 mars devant la Banque de France à Rennes