Super-privilège du Sénat : Reprendre la critique au plan démocratique et social. C Delarue

mardi 20 septembre 2011
par  Amitié entre les peuples
popularité : 5%

Super-privilège du Sénat : Reprendre la critique au plan démocratique et social.

Rédaction du 11 septembre reprise le 20 sept 2011.

Il y a matière à critique de gauche sur ce sujet tant il y a des excès au Sénat. Mais une certaine critique nous semble droitière. Nous la refusons.

La première critique du Sénat est à porter sur la déperdition démocratique issue du vote à deux niveaux : ce sont des élus qui votent pour élire d’autres élus. Ce type de rapport démocratique est source d’aristocratie élective, ou pour le dire autrement de constitution d’une sorte de caste politique éloignée de sa base populaire . Il convient donc d’abolir ce système qui accroît l’écart entre le peuple souverain et ses élus.

La seconde critique est sociale et elle est double : « Se servir d’abord et beaucoup en servant » et pour certains (à droite mais pas seulement) « servir plus la finance ou les créanciers que le peuple-classe ».

Avançons une conception éthique spécifique : Les élus du peuple comme les hauts fonctionnaires ne devraient pas être comme certains commerçants, prêts à toutes les combines pour vendre n’importe quoi à n’importe qui mais toujours au plus fort prix. Bref chez les élus comme chez les hauts fonctionnaires, la valeur d’usage est tout et la valeur d’échange doit être inexistante.

Il ne s’agit pas de travailler gratuitement comme on le demandait jadis dans les secteurs sociaux (OP HLM, etc) mais de se contenter d’un revenu qui correspond à sa qualification sans vouloir s’en mettre « plein les poches » !

A l’heure ou JP Raffarin abonde dans la défense d’un mixte entre oligarchie financière et démocratie rabougrie, il est juste de critiquer les privilèges et les hauts-revenus des hauts fonctionnaires du Sénat mais aussi d’ailleurs - ils sont 15 000 selon l’auteur de « Aux frais de la Princesse » (1) - tout comme les privilèges de revenus des grands élus de droite ou de gauche, du Sénat ou de l’Assemblée Nationale mais aussi ceux des membres du gouvernement. Autrement dit la critique de R COLONNA D’ISTRIA et Y STEPHANOVITCH ne doit pas être réservée aux sénateurs.

De plus il y a la façon de mener la critique. Autrement dit de quel point de vue se place-t-on ? Du point de vue du contribuable ? Mais ce dernier est divers. Et il est faux de supputer constamment qu’il ne veuille pas payer. Par contre, il n’est pas anodin d’oublier de critiquer les sommes faramineuses accumulées par les grands patrons de certaines firmes transnationales. Évoquer 12 000 euros de salaires quand certains en gagnent 50 000 dans le mois cela remet les choses en place. Mais cela n’est pas dit pour passer l’éponge sur les « petits riches » de la petite-bourgeoisie. Il s’agit simplement de ne pas oublier la grande bourgeoisie quand on entend aussi s’attaquer à la petite-bourgeoisie, ceux qui gagnent des revenus de notaires ou d’avocats, des professions connues on le sait pour savoir fort bien « se servir en servant » (puisqu’ils ont des missions de service public).

Rappelons aussi pour fournir des repères utiles que grosso modo 90% de la population gagne moins de 4000 euros net par mois. L’économiste Eric Heyer, de l’Observatoire français de la conjoncture économique (OFCE) a répondu à F Coppé qu’ « en termes de revenus salariaux, 4.000 euros, c’est très largement au dessus de la classe moyenne » même si cette notion est « très compliquée à définir ».

Aveux entre parenthèses : Bien que fonctionnaire, nous avouons que nous sommes plus compréhensifs à l’égard des pauvres des quartiers délaissés qui assurent par eux-mêmes la redistribution des richesses en se servant dans les grands magasins lors des insurrections en Grande-Bretagne ! Face au mépris de classe (cf à « la populace mal éduquée » d’une certaine presse britannique) ou au mépris raciste (cf aux « vols ethniques ») ces insurgés ont montré qu’ils méprisaient les biens de luxe qu’ils laissaient sur place pour ne prendre que des jeans et des tee-shirts.

Les « petits » et les « gros » !

Le fait qu’un jardinier au Palais du Luxembourg gagne 2300 euros ne nous choque pas. Avec pareil revenu mensuel ces jardiniers gagnent certes mieux que leur collègues des communes de France mais ils restent des prolétaires. Ce que l’on peut souhaiter, c’est que les autres jardiniers gagnent mieux et décollent du SMIC. Point de vue d’un prolétaire.

Par contre que les 22 directeurs qui gagnent 15 000 euros mensuels c’est effectivement une sorte de vol, un vol légal. Mais cela serait toujours du vol pour d’autres professions. Le fait que les 220 administrateurs soient rémunérés entre 10 000 et 12 000 euros brut nous choque pareillement. La moitié suffirait à bien rémunérer leur travail et leur qualification. C’est clair et net. Il y a une très forte dérive néolibérale vers les hauts salaires à combattre. Pour le petit monde sénatorial, ce constat n’est pas complet puisqu’ils perçoivent aussi une « prime de nuit », y compris ceux qui ne travaillent jamais la nuit.

La paie des politiques - grands élus et ministres - doit être réduite mais aussi transparente, publique et contrôlée. On ne demandera pas qu’elle soit constitutionnalisée. Par contre que les politiques s’engraissent quand le peuple-classe subit lui l’austérité est vraiment très mauvais. Et ce n’est pas le fait de le dire et redire qui annonce un antiparlementarisme suspect mais le fait même de son existence réelle. Il ne faut pas prendre le citoyen ordinaire pour un demeuré.

Une RTT à copier !

Ce qui choque aussi dans cette critique ce n’est pas tant a semaine de travail à 32 heures et 9 à 11 semaines de congés payés puisque nous la revendiquons aussi pour la réduction du chômage et le passage au socialisme ce que ne disent pas les auteurs du livre précité mais plutôt le fait de ne pas vouloir généraliser la situation en ponctionnant les très riches avec une fiscalité franchement confiscatoire . Le discours sarkozyste pour le « travailler plus pour gagner plus » est odieux car créateur d’individualisme borné et d’injustices sociales.

Christian Delarue

1) DETTE : JP Raffarin défend l’oligarchie contre la démocratie
http://amitie-entre-les-peuples.org/spip.php?article1821

Sénateur, tes privilèges t’attendent
http://www.bakchich.info/Senateur-tes-privileges-t,05099.html

Le Senat ; Enquete Sur Les Super Privileges De La Republique Yvan STEFANOVIC - RMC
http://www.youtube.com/watch?v=IHvh5G-6wRc


Brèves

27 avril - UE : Refus du travaillisme - RTT 30H hebdo

UE : Refus du travaillisme - RTT 30H hebdo
https://www.facebook.com/groups/331158090917542/

30 mai 2010 - TravaillismExit - RTT partout en Europe !

TravaillismExit - RTT partout en Europe !
https://www.facebook.com/events/1730316523900013/