Perte de confiance dans la Politique et les institutions - Michel Delarue

samedi 30 avril 2022
par  Amitié entre les peuples
popularité : 4%

 Perte de confiance dans la Politique et les institutions - Michel Delarue

Propositions pour y remédier.

La confiance :
C’est écrire ce que l’on s’engage à faire, écrire comment on va le faire, décrire et définir les indicateurs qui permettront au cours du déroulement de la réalisation de contrôler cette réalisation ainsi que les moyens mis en place pour corriger les éventuels dérapages.
Ou l’on voit que la notion d’engagement n’est pas bien assimilée par ceux qui s’en réclament, car si c’était le cas ils percevraient clairement la notion corolaire qui veut que lorsque l’engagement n’est pas respecté, il ne reste plus qu’à .....dé-gager !!!

Pourquoi est elle perdue ?
Ce que désirent les français, par définition, ne peut être défini par les partis politiques, contrairement à ce qu’ils s’ingénient tous à nous faire croire :
Ce que veulent les français ? Eh bien MOI je vais vous le dire....bla,bla,bla....
Non ce que désirent les français ne peut être l’affaire des partis politiques qui, comme leur nom l’indique, n’est pour chacun d’entre eux que l’émanation d’une partie des français.
La main divine s’empare de l’élu et miraculeusement (le droit divin du roi n’est pas loin) il devient le représentant ou le président de tous les citoyens, y compris ceux qu’il a passé son temps à démolir pendant la période électorale au sein ou à la tête de son parti !

Les citoyens ne pourrons jamais obtenir ce qu’ils désirent car personne ne sait ce qu’ils désirent. Comment peut on avoir confiance dans un système dont le principe de base consiste à nous mentir ? Comment avoir confiance en un système ou les partis définissent ce que, soit disant, nous voulons, sans nous consulter puis se chargent régulièrement de ne pas réaliser ce qu’ils avaient promis pour gagner nos votes ?

Il faut trouver (inventer ?) les outils qui permettront de s’enquérir au prés des citoyens de ce qu’ils désirent, (et non plus laisser cette définition dans les mains des partis) qu’ils puissent l’exprimer sans crainte de répression, chantage et de détournement des intentions à tous les niveaux (social, emplois, économique etc) en toute confiance en veillant à la manière dont s’exercent les forces qui tendent à créer ce désir.

Comment naît ce désir :
Sollicitations environnementales, administratives, sociales, épanouissement personnel, familial, associatives, accès aux services publiques, liberté, liberté d’entreprendre et d’association, protections sanitaires, assurances, publicités, sécurités civiles , militaires, policière, la loi, la justice, l’éducation, la formation, la répartition des richesses, salaires plancher, revenus maximums ...
Toutes choses qui dessinant peu ou prou ce que serait le bonheur d’une société ou d’un individu, devrait être le plus parfaitement possible défini, identifié et muni des marqueurs permettant de juger sans faillir de la tendance à leur réalisation.
A l’heure actuelle, le processus de création des désirs, est largement entre les mains, des banques et des financiers qui usent de leurs moyens de propagande et séductions que sont les instituts de sondages, leurs médias privés, les médias publiques qui de fait sont les médias du parti au pouvoir, les publicistes, et pour verrouiller le tout les partis politiques qui leurs sont inféodés.

Une nouvelle constitution est indispensable pour redonner confiance aux citoyens dans la réalisation de leurs désirs par des partis choisis par les citoyens pour les réaliser.
La nouvelle constitution devra admettre et dire comment les banques, les assurances, les mutuelles, les publicistes et tous moyens de pression sur l’opinion et la création du désir continueront d’exister effectivement de manière pragmatique en prenant conscience que ce pragmatisme inclura le contrôle permanent par les citoyens du bien fondé et du respect de leur profession de foi.

Précautions
D’après JL Mélanchon, les citoyens de Guyane et de Martinique ont su définir et écrire un cahier de doléances de tous les citoyens de ces deux départements ou territoires.
L’ancien régime et ses cahiers de doléances jusqu’en 1789 était moins malhonnête que ces fameuses déclarations de tous les partis politiques actuels...ce que veulent les français…
Nous savons aujourd’hui séquencer l’ADN de l’être humain, modéliser les phénomènes climatiques au niveau du globe terrestre et faire des prévisions météorologiques à dix jours et plus...et nous continuons au mieux (loin s’en faut) de gérer la démocratie comme au temps de l’antiquité Grecque ...
Depuis notre expérience si longue des dictatures royales et divines, depuis la révolution française et celles qui l’on suivie, nous avons appris que la démocratie a un prix, qu’elle ne tombe pas du ciel, et que l’on ne s’y engage pas sans l’avoir bien préparée et sans les investissements énormes en engagements humains et financiers que cela représente si l’on veut éviter les errements et tâtonnements si meurtriers face à l’inconnu et à la réaction violente qui ne saurait manquer d’en profiter.
Il faudrait donc explorer les bases d’une révolution tranquille, légaliste, qui, si elle rétablissait le pouvoir du peuple, l’égalité, la fraternité, n’en serait pas pour autant le bourreau vengeur contre les anciens prédateurs et profiteurs qui comprendraient soudain qu’il n’est point besoin de dominer, de posséder, de soumettre son semblable, d’exploiter la faiblesse, pour être heureux .
Cependant, face à la sauvagerie du système actuel, capable de dire que tout va bien quand 9 millions de nos concitoyens vivent au dessous du seuil de pauvreté, cette sauvagerie nous amène à prévoir une réaction à sa mesure et à laquelle nous ne pourrons opposer que la légalité et le nombre de révolutionnaires légalistes.
Cette sauvagerie a pour elle le monde de la finance, une grande virtuosité au lobbying et à la corruption, la connivence et des alliés dans la bourgeoisie et la petite bourgeoisie ainsi que celle de tous les pervertis (par la peur de perdre leurs petites économies à cause de la propagande de la sauvagerie) que sont les pauvres qui votent à droite.
Il faut investir lourdement dans le démantèlement de cette vile propagande qui sévit depuis cinquante ans et plus, initiée par des dieux économistes américains pour la plupart et qui vise et réussit à nous convaincre que le détournement de l’argent qu’ils organisent est la seule option possible, car ils sont des dieux et, c’est bien connu, seuls les dieux savent.
Donner le désire de travailler pour une bouchée de pain aux sans dents, en gérant (manageant) la misère des chômeurs et organisant le chantage au licenciement de ceux qui ont la faveur d’avoir un travail, gérer la cour et les kapos à coup de privilèges et faveurs, voila l’usage magique de l’argent, et voilà a quoi devra s’attaquer la nouvelle constitutions en définissant un nouveau contrat de travail qui ne soit plus un contrat d’asservissement. (Les syndicats doivent participer de plein droit à la vie politique car les politiques se mèlent du droit du travail )
Il s’agit d’une forteresse, et les dieux qui l’occupent seront prêt à tuer leurs esclaves qui se révoltent plutôt que d’abandonner la jouissance de la domination, de la cupidité, du cynisme, des privilèges. (Mr Ferry ne voulait il pas faire tirer -pour tuer- sur les gilets jaunes par la police et l’armée ? Evidemment il n’aurait su se salir les mains à faire cette héroïque tâche lui même).
Ces dieux qui déclareront la guerre aux révoltés, aux esclaves modernes en passe de s’’émanciper, ceux là, il faudra les laisser dans leur citadelle, leurs palais, les y enfermer, en les privant du fruit du travail des esclaves, sans esclave, en les nourrissant de papier monnaie, en les isolant complètement physiquement, mentalement et économiquement et en leur offrant comme objet de méditation une Rolex afin qu’ils puissent apprécier la qualité du temps qui fut le leur, le temps passé.
Les dieux qui décideront de devenir des êtres humains seront bien venus et comprendront qu’ils resteront un moment suspects en attendant de montrer qu’ils sont effectivement redevenus des êtres humains.
Ces quelques lignes, juste pour montrer la nécessité d’investir lourdement dans tout ce qui fait démocratie.

La clé de la proposition :
Si la manière de collecter l’expression des désirs des citoyens est déterminante et probablement le problème le plus difficile à résoudre, la clé de la proposition réside davantage dans l’usage de ces données et l’impact qui en résulterait sur le fonctionnement global de la démocratie : La confiance.
L’ensemble de cette collection de données ne devra plus porter le nom de cahiers de doléances, mais constituera le “cahiers des charges pour la réalisation du désir des citoyens”. Ou “cahiers des charges républicaines” ou...
Ils seront l’expression des désirs des citoyens, par village, par métropoles, par région, pour la nation.
A chacun de ces cahier des charges républicaines correspondra un exécutif composé de membres proposés par les partis . Le choix des équipes sera voté par les citoyens.
Ces équipes réalisatrices devront signer un contrat de réalisation comportant tous les termes habituels des contrats « grands comptes » des affaires et grands appels d’offres
( respect du cahier des charges, délais dates butées, définition des indicateurs, pénalités de retard, licenciement partiel ou total de l’exécutif concerné etc...)

Comment s’y prendre :
Il n’y a pas d’organe ou d’autorité centralisée pour gérer ce système.
Chaque citoyen possède son espace (une page), une adresse, une identité codée, cryptée dans la base de données de sa circonscription ou de son ordinateur personnel. Lui seul connaît la relation entre son identité et son code. (Mot de passe,Clé).
Cet espace est structuré à l’image des résultats obtenus du processus décrit ci dessous.(structure du questionnaire).
Chaque commune ( circonscription) sera équipé d’un centre informatique base de données (budget, gestion, exploitation, pérennité) dédié à la démocratie.
Les bases de données communales (noeud plein) seront maillées entre elles et reliées à un centre informatique régional de la démocratie ,(noeud plein) les centres régionaux maillés entre les régions et reliés au centre informatique national (noeud plein) pour la démocratie. Toute cette puissance travaille 24h /24 à définir l’évolution permanente des désirs des français ainsi que leurs réactions à tous les événements locaux, régionaux, nationaux, internationaux. Toutes les communications entre ces noeuds et ces utilisateurs sont cryptées et toutes les données sont connues et mémorisées et horodatées dans tous les noeuds interconnectés.
Ainsi chaque citoyen ou organisme communautaire sera alerté en cas d’agression informatique des données, de doublons de toutes sortes.

Le questionnaire
La première grande tâche à réaliser au niveau local, sera de définir un questionnaire dont l’exhaustivité progressera avec le temps et l’usage , questionnaire qui permettra de savoir ce que veulent les citoyens pour ce qui concerne la vie locale.
La même démarche peut être envisagée pour un questionnaire relevant de la vie régionale, puis un troisième pour ce qui relève de la vie nationale et peut être un quatrième pour ce qui relève de la vie internationale.
Tout citoyen a accés à son propre domaine (profil) qu’il peut faire évoluer comme il l’entend sur tous les sujets abordés par les questionnaires, et sur les sujets supplémentaires qu’ils souhaiterait faire introduire dans les questionnaires en cours.

Ainsi. Chaque citoyen en age de voter possède un espace dans la base de données qui est l’image en évolution chaînée permanente de ses opinions et positionnements politiques, de manière interactive et respectivement pour chaque niveau administratif : Village,département, région, état, international.

Comment l’évolution des désirs, des opinions et des sujets sont ils nourris ou sollicités ?
La volonté de convaincre, de démontrer la validité d’une argumentation, de partager des idées, de créer des courants de pensées, de créer des nouveaux concepts, peser sur les orientations économiques, sanitaires etc, tout cela doit être parfaitement défini et décrit, protégé, dans la nouvelle constitution, basé sur l’équilibres de la dispute, le contrôle de l’équilibre, en tout domaine par une émanation du peuple tirée au sort.
Les sujets traités par la dispute émanent de l’analyse permanente des propositions des citoyens à travers leur domaine citoyen évoqué ci dessus et par ordre d’importance ainsi que des travaux des différentes chambres des évolutions, départementales, régionales , nationale. ( par exemple il pourrait être définit que chaque citoyen dispose d’un budget de 1000 unités budgétaires (ou plus) qu’il répartira sur les différentes lignes de ses désirs )

Les entreprises, les lobbys, les partis ne procèderons pas de la même façon.
Ils ne disposeront que d’une clé d’entité juridique qui ne leur permettra que de faire des propositions pour la réalisation (exécuter les) des cahiers des charges républicaines.
Les lobbys ne seront pas interdits, mais ils devront œuvrer en toute transparence soit de manière identifiable et consultable de leur domaine informatique ou devant la nouvelle chambre des évolutions qui sera prévue dans la nouvelle constitution ( tirage au sort )

L’élection de l’équipe réalisatrice :
Le peuple (l’ensemble des citoyens, un citoyen-une voix ) désigne l’exécutif qui sera en charge de l’exécution du cahier des charges.
Trois mois (ou+ ?) avant la date des élections, l’état des cahiers des charges est saisi et est soumis aux partis qui disposeront de ces trois mois et de manière totalement équilibrée pour présenter aux citoyens la manière détaillée dont leur équipe se propose de réaliser ce cahier des charges. Présenter leur composition de gouvernement nominativement désigné avec cv de tous les membres ainsi que la charge précise qu’ils auront à assumer contractuellement, ainsi que leur budget détaillé préconisé pour la réalisation du cahier des charges. Le tout déclaré dans leur espace base de données respectifs sera disponible sur l’espace de chaque citoyen qui disposera d’un délais à définir pour mettre à jour son propre espace citoyen (faire son choix)
Ainsi les citoyens votent (choisissent ) pour l’équipe exécutante du cahier des charges proposé de leur choix (mixage des listes possible ?). Le vote blanc est valide. Le vote est obligatoire, 51% des inscrits sont nécessaires pour être élu, deuxième tour et nouvelles propositions des partis si les votes blancs sont à 50%.
Précaution magnanime :
Il faudrait également rassurer les malades mentaux au QI et entre jambe démentiels, leur faire comprendre que désormais ils pourrons continuer à chercher à s’enrichir et accumuler tant et plus qu’à la seule condition d’enrichir dans la même proportion tous leurs collaborateurs et collaboratrices et que ces enrichissements ne peuvent plus se faire au détriment de qui que ce soit. En dehors de cet engagement, ces personnes seront déclarées nuisibles pour la société et traitées sous couvert d’une nouvelle loi qui serait alors démocratiquement votée.

Pour assoir la confiance :
Il s’agit d’utiliser les mêmes moyens techniques que ceux qui sont utilisés pour assurer la confiance aux utilisateurs de nouvelle monnaie (ex : bit coin) et qui commencent (parait il) à bigrement intéresser les grandes banques, c’est la technologie dite blockchain.
(Toutes les données concernant le profil citoyen émises par un individu ne peuvent être modifiées sans qu’immédiatement l’ensemble des citoyens ne soit alerté, car elles sont toutes chaînées entre elles et horodatées.)

- Tous les citoyens sont concernés.
- Une identité numérique est donnée aux membres(citoyens)
- Chaque membre possède soit un terminal d’intervention - contrôlé ou a accès à un terminal public fixe et ou mobile qui se déplace en permanence chez tous les membres qui ne possèdent pas de moyen propre (individualisé par clé (au autre moyen ) par le membre en demande ou injonction de connection).(devoir civique ?).

Démarrage
De même qu’un pas en avant ne peut être fait que relativement au précédent, comment démarrer le processus à partir de la constitution et institutions existantes.
- Le maire élu suivant la constitution en cours, aidé de son opposition établi un état des lieux en identifiant toutes les questions et problèmes existants dans la commune dans tous les domaines : Justice, santé, sécurité, éducation, économie, travaux d’intérêt general, social, relations inter-communales et nationales dans tous ces domaines...etc

- Avec l’aide des plateformes blockchain d’informaticiens et développeurs il est établi un questionnaire visant à définir les souhaits de tous les citoyens sur tous les sujets relevés ainsi que leur hiérarchisation ( par la répartition des unités budgétaires). Après approbation par vote de la forme et du contenu du questionnaire, il devra être soumis à chaque citoyen qui répondra en abondant son espace de la banque de donnée locale :

- chaque citoyen, comme il a un numéro d’identité national, aurait une adresse blockchain qui lui serait attribuée, la blockchain reste anonyme, le lien entre son adresse cryptée et son identité se fait à l’aide de d’une clé cryptée.
- Le format retenu doit permettre d’adresser au moins cinquante millions de citoyens.
- chaque fois que le citoyen voudra ou sera sollicité d’abonder son questionnaire ou proposition, il fait une demande de creation de nouvelle page qui sera, une fois acceptée par la communautés, enchaînée à la page précédente de sa blockchain et communiquée à l’ensemble des citoyens tout en étant sauvegardée (l’ensemble de la blockchain) dans les bases de données( les noeuds pleins ) situées dans les villages, les villes, les métropoles Etc
- Le système interdira les doublons, tu on les clés seront détruites lors du constat de décès
- Le contenu des blockchain (horodaté) est disponible en permanence pour tous les citoyens et entités diverses (partis, lobbies, entreprises, syndicats, ces derniers ne peuvent que consulter ces blockchain)
- Les référendums, les propositions des partis, les élections, consistent alors seulement à déterminer, par consensus entre les partis prenants ou les quotas de citoyens prédéfinis par la constitution, d’une horodatation des blockchain retenue pour constituer le cahier des charge républicain pendant la durée des élections ou la mise en application du résultat des référendums.
- L’ensemble des données est alors compilé et traité (hiérarchisées par les unités de budget en cas d’élections) par tous les noeuds concernés suivant un processus démocratiquement accepté. Les résultats doivent être les mêmes dans tous les noeuds de calcul.

La gestion de ces consultations sera définie par la nouvelle constitution qui veillera à son usage équilibré et économiquement viable.
Accès par les citoyens ( seuil de déclenchement par type de consultation..)
Accès par les équipes réalisatrices élues...
Accès par les différentes chambres des évolutions et leurs commissions ...
Accès par le président de la république....

- Cette démarche d’élaboration du questionnaire et du cahier des charges citoyen peut être testée en vraie grandeur sur un ensemble de communes volontaires d’un même département sans gêner ni entraver le déroulement courant de la gestion habituelle.
Le choix des équipes chargées de l’exécution sera fait aux élections suivantes suivant le processus décrit plus haut.

L’investissement à consentir pour la démocratie vaut bien celui que l’on concède habituellement à la gestion de l’argent !
L’amortissement pour la mise en place de ce système devrait être rapidement réalisé par l’économie faite sur les coûts énormes des consultations actuelles (élections, référendums, sondages plus ou moins fiables..)

Ainsi la politique appliquée sera celle que désirent les citoyens de manière souple et décentralisée, les équipes réalisatrices ne sont plus des dieux qui nous gouvernent comme des sujets pour leurs propres intérêts , ils ne sont plus les pseudo-représentants du peuple qui n’ont même pas à prouver leurs compétences réelles, mais leurs obligés sous contrats. Ils ne seront plus obligés de mentir pour se faire élire...
Un référendum, une election, n’est plus un champ de foire extravagant, une débauche perfide qui donne le pouvoir à celui qui dispose du plus gros budget...
Les palais royaux du président, du premier ministre, du président du sénat etc, ces ors détournés de la royauté deviennent des maisons du peuple, des musées, des campus universitaires dotés de chaires en sociologie, histoire, ou l’on enseignerait qu’un peuple digne ne peut supporter de vivre avec dix millions de pauvres, continuer de pratiquer le colonialisme, l’asservissement de la femme....etc.

Une nouvelle ville administrative est crée au centre de la France, fonctionnelle, moderne, à la pointe de toutes les techniques de communications et transmissions en tous genres et en toute sécurité ( loin de l’ambassade des États Unis d’Amérique ! )
(Et des autres !)


Brèves

27 avril 2019 - UE : Refus du travaillisme - RTT 30H hebdo

UE : Refus du travaillisme - RTT 30H hebdo
https://www.facebook.com/groups/331158090917542/

30 mai 2010 - TravaillismExit - RTT partout en Europe !

TravaillismExit - RTT partout en Europe !
https://www.facebook.com/events/1730316523900013/