Christian DELARUE - Barcelone 2005 sur « Musulmanes et féministes »

vendredi 18 décembre 2015
par  Amitié entre les peuples
popularité : 7%

BARCELONE octobre 2005 :
A PROPOS DE « MUSULMANES ET FEMINISTES »

Commentaire introductif de Christian DELARUE Secrétaire national du MRAP au texte de Nathalie DOLLE (ci-dessous).

Le texte qui suit « Musulmanes et féministes » concerne rien moins que le premier congrés international sur cette question . Certes il s’agit de « la minorité active, sereine et déterminée, qui s’est exprimée à Barcelone » laquelle « reste bien isolée ». Mais la marginalité d’un phénomène n’ôte en rien son intérêt, bien au contraire. Et cela n’enlève rien au fait de devoir combattre « la majorité des musulmans (qui) accepte la vision patriarcale du Coran ».

« Ce n’est pas l’islam qui opprime les femmes, c’est la lecture machiste qui en est faite ». Voilà une lecture encourageante de l’islam et porteuse de perspectives . Evidemment la question qui suit rabat fort strictement cette perspective sur une pratique mineure , du moins qui semble tel à un occidental : « Pourquoi une femme ne pourrait-elle pas prier à côté d’un homme ? » . Ne nous arrêtons pas à cela.

Contre l’islamophobie, pris ici au sens de peur d’un islam nécessairement unique et réactionnaire, remarquons que l’islam est ou peut être une religion comme les autres, donc passible de plusieurs interprétations, ouvrant à des pratiques sociales variées . Les pratiques laiques et non sexistes sont donc possibles . S’agissant de ces dernières des femmes musulmanes tout comme des femmes d’autres religions « rejetent le dogme selon lequel toutes les religions oppriment par essence ».

Que l’on pense ou non que « les religions sont l’opium du peuple » il me semble qu’il faille bien souligner l’existence d’un courant dans chaque religion qui travaille aux libérations . Toutes les libérations ? Des travaux tels ceux de Mickaël LOWY ont déjà souligné les apports et les limites de la théologie (chrétienne) de la libération en Amérique latine.

Concernant l’aspect antisexisme ou féminisme, une certaine libération des femmes par rapport aux hommes émerge. Ce féminisme issu des religions semble différent, moins radical que le féminisme apparu en occident dans les annèes 70 . Il faudrait mieux connaitre ces différences. Car des questions restent pendantes . Quid par exemple de la problématique de la distinction musulmane classique entre femmes « respectables » car protégées par le voile et le vêtement et femmes libres occidentales (volontier perçues comme provocatrices à l’égard des hommes) ? Concernant la promotion de la mentalité laique la question importante n’est pas ici posée et reste ouverte. Sans que l’antisexisme occidental veuille se montrer « supérieur », exigeant, ou « donneur de leçons » il reste bien qu’il subsiste des divergences et matière à débat.

source de ce texte (avec d’autres contributions)
http://www.genreenaction.net/FEMINISME-ISLAM.html

JPEG - 218.6 ko

Nov Dec 2015

Depuis 10 ans, le monde a connu plus encore la montée du sexoséparatisme « hard » (réclusion des femmes à la maison) ou « soft » (femmes en hypertextile, tout le temps et parfois depuis les 10 ans) dans le monde musulman et ailleurs aussi, y compris en France.

De ce fait, les féministes musulmanes se doivent de lutter aussi pour la liberté « textile », y compris quand elles portent elle-mêmes le voile librement (un tel militantisme est rare), d’autant qu’il ne s’agit plus, depuis longtemps, de seulement porter le voile mais aussi et surtout d’être véritablement sous « sac hypertextile informe », du fait de la haine des femmes (de leurs corps) par les intégristes musulmans.

Christian Delarue


Brèves

30 août 2016 - Le sexo-séparatisme est une ségrégation sexuelle contraire à l’égalité entre hommes et femmes

Le sexo-séparatisme est une ségrégation sexuelle contraire à l’égalité entre hommes et femmes - (...)

26 janvier 2016 - Repères contre le racisme, pour la diversité des apparences-différences textiles

Repères contre le racisme, pour la diversité des apparences-différences textiles et la solidarité (...)