Iran : voile, mensonge et libertés furtives - Chahla Chafiq (RUE89)

samedi 28 juin 2014
par  Amitié entre les peuples
popularité : 18%

Point sur le sexoséparatisme en Iran

Iran : voile, mensonge et libertés furtives
Chahla Chafiq, écrivain et sociologue

En Iran, malgré les millions dépensés par les islamistes au pouvoir pour la propagande pro-voile et l’application des châtiments en cas de port du « mauvais voile » (à savoir, le port du voile de manière non-conforme aux règles imposant de se couvrir intégralement les cheveux et le cou, le tout assorti de vêtements qui cachent le corps), la résistance des femmes ne cesse de se développer.

Des femmes portant « le mauvais voile », nommées bad-héjab(s), et dont le nombre s’accroît chaque année, sont la cible d’attaques permanentes du régime qui mobilise ses forces pour les réprimer.

Ces derniers jours, avec la publication de photos et de paroles de femmes qui retirent leur voile dans l’espace public dès que la surveillance policière se relâche, la page internetAzadi haye yavashaki (Libertés furtives), créée par Masih Alinejad, une journaliste iranienne en exil, connaît un succès phénoménal.

Au-delà du mauvais voile, cette page offre-t-elle une réelle possibilité d’aller plus loin et de protester, plus globalement, contre l’obligation du port du voile ?

Pour répondre à cette question, je commencerai par l’exemple significatif des mesures mises en place par le régime iranien pour assurer la non-mixité sur les plages. Ces mesures portent l’ambition de voiler à la fois les femmes et la mer. Cela peut paraître surréel, mais ce n’est qu’une réalité qui souligne les profondes contradictions de l’imposition du voile et de la non-mixité à une société où les frontières sexuées traditionnelles ont été, depuis des décennies, largement franchies.

Sur les plages, un rideau sépare l’espace des femmes de l’espace des hommes ! Et même dans l’espace et pendant les horaires réservés aux femmes, celles-ci ne peuvent porter de maillot de bain. Elles doivent garder leur voile même dans l’eau.

Dans son roman, « La Lenteur » (1995), à l’occasion d’une scène qui se passe au bord d’une piscine, Milan Kundera écrit :

« Quand les gens en maillot se jettent dans l’eau, c’est la joie elle-même qui se montre dans ce geste, nonobstant la tristesse éventuelle des plongeurs. Quand quelqu’un saute dans l’eau habillé, c’est tout autre chose : ne saute tout habillé dans l’eau que celui qui veut se noyer. »

Comment interpréter alors ces gestes d’Iraniennes qui plongent dans la mer, non seulement habillées, mais voilées ?

Poursuivons la réflexion de Kundera : l’image d’une femme enveloppée dans un voile, au milieu des flots, ne reflète aucune joie, mais évoque plutôt un état d’étouffement, comme si elle se noyait. Cependant, et paradoxalement, que des femmes iraniennes continuent à se jeter à l’eau dans ces conditions, est la marque d’un acte de résistance pour vaincre la mort ; un acte associé à un triste plaisir, celui de sentir l’eau qui traverse le voile, le dépasse et caresse la peau.

Les Iraniennes ont mille et une gestes pour dire ce plaisir et contredire ainsi l’ordre que le voile est censé représenter. Si la République islamique a fait de l’islam une idéologie d’État et du voile son étendard, le port du « mauvais voile », massivement développé en Iran, est un phénomène qui cristallise toutes les contradictions de la vie sous cet ordre totalitaire. Dans un contexte où il n’existe pas la moindre marge de liberté pour protester, les manières indirectes pour dire « non » gagnent du terrain et se déploient. Le phénomène du « mauvais voile » en est une des plus significatives.

Par conséquent, la guerre entre les femmes bad-héjabs et les gouvernants est inévitable et crée chaque jour de nouvelles occasions de confrontation. En même temps, il convient de ne pas oublier que cette guerre permet au pouvoir de maintenir son contrôle et de rappeler chaque jour à la population l’omniprésence de sa force de répression, face à laquelle toute résistance pourrait sembler vaine.

La République islamique, à l’instar de tous les régimes totalitaires, emploie toutes ses forces à rendre les citoyens impuissants. Le règne du mensonge est une de ses stratégies les plus efficaces. D’où ce dédoublement schizophrénique des conduites des Iraniens dans l’espace privé et public, fait historiquement encouragé en Iran par le despotisme, mais qui connaît un élargissement et un renforcement spectaculaires sous le régime islamiste. En imposant son modèle idéologique, ce régime a transformé les libertés individuelles en délits anti-islamiques ; et, lui faisant front, l’intérieur des maisons se transforme en lieux politiques d’exercice des libertés, pendant que l’espace public devient le lieu du règne de l’autocensure et du canular.

Si le port du « mauvais voile » défie la culture du mensonge qui s’impose à la société et l’imprègne, la mise en scène des actes et des paroles exprimant ces « libertés furtives » va plus loin sur le chemin de la déconstruction de l’ordre de la censure et de l’autocensure. Elle incarne de manière plus directe la volonté de dire « non » à l’ordre totalitaire.

Source rue89 :

http://rue89.nouvelobs.com/2014/06/24/iran-voile-mensonge-libertes-furtives-253167

Il faut lire la source svp et notamment regarder :
Une image du film « Women without Men », de Shirin Neshat.
La mer voilée

L’AUTEURE
Iranienne expatriée au début des années 80, Chahla Chafiq, est l’auteure de plusieurs essais, dont « Islam politique, sexe et genre à la lumière de l’expérience iranienne », collection Partage du savoir, coédité par PUF et Le Monde, en 2011. Rue89


Brèves

30 août 2016 - Le sexo-séparatisme est une ségrégation sexuelle contraire à l’égalité entre hommes et femmes

Le sexo-séparatisme est une ségrégation sexuelle contraire à l’égalité entre hommes et femmes - (...)

26 janvier 2016 - Repères contre le racisme, pour la diversité des apparences-différences textiles

Repères contre le racisme, pour la diversité des apparences-différences textiles et la solidarité (...)