2002 : Besancenot, Laguiller, Gluckstein trois trotskistes aux élections.

dimanche 11 juin 2017
par  Amitié entre les peuples
popularité : 8%

IL Y A 15 ANS

2002 : Besancenot, Laguiller, Gluckstein, trois trotskistes aux élections.

Trois candidats d’extrême-gauche, issus du trotskisme, ont « percé » l’écran lors de l’élection présidentielle de 2002, il y a 15 ans. Au total ils atteignent 10, 44 % des suffrages. Daniel Gluckstein n’a guère émergé lui mais c’est du au mépris des médias qui ne se sont guère souciés de parler de son programme. On ne l’a pas oublié ici. On reprendra le propos de G. Filoche qui en 1976, demandait de ne pas « opposer une phobie anti-lambertiste à leur phobie anti-pabliste » (1). Car il y a eu longtemps plus de divergences entre la LCR (devenu NPA) avec le courant lambertiste (Boussel-Gluckstein) qu’avec LO. Il y a eu élection commune LCR-LO-OCT en 1977. Par la suite il y en a d’autres mais LCR-LO seulement avant que la LCR entame une autre politique (sur laquelle on ne saurait ici revenir).

Néanmoins, « des dirigeants importants de la LCR et de la QI, P. Frank, E. Mandel, ont figuré dans le Comité de parrainage de l’Institut Léon Trotsky créé à l’initiative de l’historien « lambertiste » Pierre Broué ». Lequel « P. Broué avait su rassembler autour de cette revue la plupart des « trotskystes historiques » encore vivants. De même l’historien Michel Dreyfus faisait partie du Bureau de l’Institut » (1). Mais M Lequenne, ex-PCI (exclus en 1955), critiquait encore abondamment les méthodes de P Boussel et ses proches, cf son « Continuité et discontinuité du Lambertisme, contribution à l’histoire d’une dégénérescence », (in Crit. Co. n° 7, mai/juin 1976 p. 120-145). Cela n’était pas sans effet.

1) in La Ligue communiste révolutionnaire (1968-1981) - Chapitre VI. Le volontarisme dans la construction du parti - PUR
http://books.openedition.org/pur/21303?lang=fr

- Arlette Laguiller - Lutte ouvrière (LO)

Le 21 avril 2002 : elle obtient 5,72 % des suffrages et se place en cinquième position sur les 16 candidats présents à ce premier tour. Elle a dépassé le seuil des 5%.

Arlette Laguiller a participé à la formation de Lutte ouvrière le 26 juin 1968, puis a été choisie, à 33 ans, pour en être la porte-parole nationale aux élections législatives de 1973.

Députée européenne de 1999 à 2004.

Elle est a la fois la première candidate femme à cette élection et elle détient aussi le record de présentation ( 1974 : 2,33 % – 1981 : 2,30 % – 1988 : 1,99 % – 1995 : 5,30 % - 2002 5,72 % et 2007 ). Nathalie Artaud a pris la suite du combat communiste internationaliste en 2008 et a participé à deux élections présidentielles en 2012 et en 2017.

Mais ce qui importe pour elle c’est d’être la voix des travailleurs du privé et du public, des précaires ou non, des nationaux ou non, des femmes et des hommes. C’est sa fidélité de plus de 40 ans de combats ouvriers. Pour LO, les moments électoraux ne sont pas essentiels. Ce qui est fondamental, c’est que le peuple-classe descende dans la rue. La démocratie la plus active et par en-bas est la voie d’accès au socialisme.

- Olivier Besancenot - Ligue communiste révolutionnaire (LCR)

Le 21 avril 2002, O Besancenot recueille lui, à 28 ans (le plus jeune candidat), 4,25 % des suffrages, soit 1 210 562 voix. C’est un peu moins qu’Arlette Laguiller . 5 ans plus tard, le 22 avril 2007, O Besancenot va recevoir 1 498 581 voix, soit 4,08 %, ce qui représente une augmentation de 287 019 voix par rapport à 2002, et le place en 5e position.

Prenant la suite d’Alain Krivine, Olivier Besancenot (né en 1974) représente pour simplifier un « trotskisme-libertaire » (sic), fort éloigné du trotskisme-léniniste (bolchevisme maintenu) du premier Alain Krivine (fondateur des JCR en 1966, membre du BP de la LCR jusqu’en 2006 il s’était présenté aux élections en 1969 et 1974). C’est plus Rosa Luxembourg et Bourdieu que Trotsky ou Lénine qui étaient lus et cités par la LCR post 89-91 . La présence du sociologue Philippe Corcuff aux Universités d’été de la LCR en est un signe . Faisaient encore exception pour certains deux grandes figures : Ernest Mandel, un admirable théoricien et militant révolutionnaire de la IV décédé le 20 juillet 1995 (le jour de mes 40 ans) et Daniel Bensaid décédé en 2010, qui sort encore en 2002 « Les Trotskistes », (PUF, coll. « Que sais-je ? », 2002), un petit livre au regard de sa vaste production théorique. Daniel Bensaïd était depuis les années 1970 un des dirigeants internationaux du SUQI (Secrétariat unifié de la IV Internationale) dit « courant pabliste » issu de l’éclatement de la Quatrième internationale en 1952-1953.

O Besancenot a été ensuite après la transformation de la vieille LCR en Nouveau Parti anticapitaliste (NPA créé en février 2009) le porte-parole de « nouveau parti » jusqu’en 2011. C’est Philippe Poutou un ancien de LO qui l’a remplacé en 2017.

- Daniel Gluckstein - Parti des travailleurs 0, 47%

voir Vidéo Ina.fr
http://www.ina.fr/video/1993697001

Daniel Gluckstein, né le 3 mars 1953 à Paris, est un homme politique trotskiste français.

Il a appartenu jadis à la LCR (au sein de la tendance 4 animée par Christian Leucate alias Némo et François Morin alias Ulysse) avant de rejoindre l’OCI (qui deviendra PCI), le courant dit lambertiste du trotskisme mondial. Gluckstein alias Seldjouk devient le successeur de Pierre Boussel (Lambert) à la tête de cette organisation.

Le courant Boussel-Gluckstein va aller pendant presque 40 ans de transformation en transformation organisationnelle ou le trotskysme ne va perdurer que comme courant interne d’un parti ouvrier « lutte de classe », militant pour une autre République laïque (comme JL Mélenchon lui-même issu de ce trajet politique) . Daniel Gluckstein devient Secrétaire national du Parti des travailleurs (PT) de 1991 ( sa naissance - issu du MPPT né lui en 1985) jusqu’en 2008 (date de sa transformation en POI) . Le Parti ouvrier indépendant (POI) deviendra Parti ouvrier indépendant démocratique (POID) en novembre 2015. Il sera l’un des quatre secrétaires nationaux du POI et coordinateur de l’Entente internationale des travailleurs et des peuples.

Christian DELARUE
Ex LCR - sans appartenance politique.
(non terminé )

NB L’Organisation communiste internationaliste (ou OCI) est une organisation trotskiste française fondée en 1965 à partir d’une ancienne scission (1952) du Parti communiste internationaliste que dirigeait Pierre Boussel, dit « Lambert ».

Le PCI est dissout et transformé en Courant communiste internationaliste au sein du Parti des travailleurs (PT) crée en 1991.

Le « bolchevisme maintenu » cité plus haut c’est ce que Trotsky l’appelait « bolchevisme - léninisme ». Comme courant politique distinct, ce courant historique est né du combat anti-bureaucratique en URSS et de la défense de la Troisième Internationale comme internationale ouvrière révolutionnaire opposée à la dégénérescence stalinienne, essentiellement son nationalisme (phase nationale du communisme) empêchant l’extension de la Révolution d’Octobre 17. Car le trotskisme se rattache au combat de Trotsky et de l’Opposition de gauche contre l’appareil stalinien, puis à la construction de la Quatrième internationale fondée en 1938.

Suite aux défaites de la révolution allemande en 1919 et 1923, de la révolution chinoise en 1927, la bureaucratie, couche sociale privilégiée au sein de l’État ouvrier, a accaparé le pouvoir politique du prolétariat d’URSS et a entraîné la dégénérescence définitive de l’Internationale communiste .


Brèves

24 septembre - Commission démocratie d’ATTAC : contributions.

Commission démocratie d’ATTAC : contributions.
http://amitie-entre-les-peuples.« (...)

8 janvier - De droite ou de gauche, maintien de la loi de mars 2004 contre les signes ostensibles de religion

Candidats de droite ou de gauche, maintien de la loi du 15 mars 2004 contre les signes (...)

30 mai 2010 - TravaillismExit - RTT partout en Europe !

TravaillismExit - RTT partout en Europe !
https://www.facebook.com/events/1730316523900013/