Pour une autre démocratie que celle réellement existante - Christian Delarue (commission démocratie Attac France)

lundi 5 juillet 2021
par  Amitié entre les peuples
popularité : 7%

Pour une autre démocratie que celle réellement existante.

Si le pouvoir est capté par une minorité de puissants - les firmes multinationales dans le cadre de CAP 2022 - il n’appartient plus au peuple, dans sa très grande majorité. Le peuple-classe en est exclu.

Changer de paradigme est nécessaire et possible : Voici un appel à défendre pour le peuple-classe et dans une perspective altermondialiste une autre démocratie et une autre République

I - Constat d’actualité : la démocratie est en danger

Le droit de manifester - droit d’expression collective - est de plus en plus limité dès lors qu’il se présente comme critique du gouvernement ou des élites. C’est un signe néfaste pour la démocratie. On tend ainsi à s’approcher des régimes politiques autoritaires qui méprisent l’Etat de droit .

Les classes dominantes, le 1% d’en-haut, veulent aller plus loin encore dans l’établissement d’un régime néolibéral autoritaire qui se déploie toujours plus durement pour les classes populaires, et ce depuis 35-40 ans. Un saut qualitatif est en cours : il est très destructeurs au plan écologique comme à celui des conquêtes sociales et civilisationnelles antérieures.

Des manifestants , des syndicalistes, des journalistes, des étudiants, sont agressés alors qu’ils ne portent atteinte ni aux biens ni surtout aux personnes, ce qui est beaucoup plus grave. Ce serait plutôt à l’extrême-droite de préférer l’agression des personnes plus que la casse de biens matériels symboliques.

La France renforce ainsi un déséquilibre au sein de la démocratie institutionnelle ou le Kratos (le Pouvoir, le Gouvernement) est nettement privilégié au détriment du Démos (le Peuple). Les penseurs de droite - comme Pierre-Henri Tavoillot par exemple - se reconnaissent à ce mariage du libéralisme économique avec une démocratie autoritaire ou l’expression populaire et citoyenne est restreinte et le débat démocratique faible. On a alors une démocratie rabougrie.

L’autre désaccord se forme avec des démocrates ne voyant la démocratie et l’expression du peuple que comme corps politique du cadre national alors que la pleine démocratie ne se satisfait pas du seul rituel de votation et de nomination des élus qui ensuite se séparent du peuple citoyen pour faire comme ils veulent. Autrement dit l’expression du peuple c’est aussi bien le peuple démocratique et citoyen que le peuple d’en-bas, le peuple-classe qui manifeste collectivement.

II - Poursuivre avec ATTAC une nécessaire critique du système démocratique en France

1) ATTAC a posé dans ses orientations précédentes (2016) la critique d’une « double dépossession démocratique » .

Cette critique passe dans la pratique. Les Gillets jaunes de l’hiver 2018-2019 sont le symbole en acte de cette dépossession tout à la fois économique (fins de mois difficiles) et politique (pouvoir de décision pour le changement). Jusqu’à présent les syndicats de travailleurs et les partis politiques, fussent-ils de gauches, ne sont pas parvenus à un net rééquilibre de la situation permettant de redonner pouvoir à celles et ceux d’en-bas, les classes sociales à fins de mois difficiles. Les gilets jaunes en prennent acte. Ils agissent autrement.

Une vraie démocratie comme une vraie République ne laisse pas la fraction la plus basse de sa population dans l’indigence, l’insolvabilité. La démocratie n’est effectivement pas hors contexte, notamment celui du néolibéralisme :et ses 4 processus historiques : libéralisation, financiarisation, privatisation, marchandisation. S’agissant de l’Europe, il est avéré que la justice sociale, territoriale et fiscale est seconde face au principe du concurrentialisme pilier de l’Union européenne.

2) Critique à poursuivre de la « démocratie réellement existante » - DRE

Si la démocratie se passe ordinairement d’adjectif comme la République ou la laïcité il importe néanmoins d’opérer des distinctions de clarification . Il y a un écart entre la « démocratie réellement existante » (avec sa composante autoritaire et ploutocratique) et celle qui nous sert de perspective alternative sous les termes de justice sociale, territoriale, fiscale et environnementale . A dire vrai il y a déjà eu depuis longtemps divers ajouts au terme « démocratie ».

Démocratie « adjectivée » : On a trouvé les termes suivants à gauche : la démocratie socialiste, la démocratie populaire, la démocratie autogestionnaire, la démocratie conseilliste . Plus récemment les couples : démocratie environnementale, démocratie sexuelle, etc. Il y a eu aussi, à droite, la démocratie bourgeoise, la démocratie représentative et délégataire (avec le rapport démocratique inégalitaire peuple-citoyen vs élus), et plus récemment, la démocratie-oligarchie (mixité) ou la gouvernance politico-financière. On a eu aussi des expressions intermédiaires comme « démocratie participative » certaines étant authentiques d’autres manipulées par les élites locales.

Avec les gilets jaunes, il s’agit, en quelque sorte, de « faire descendre » la démocratie du haut (ou elle est accaparée) vers en bas (ou elle est absente) et ce dans le champ économique et social. La démocratie réellement existante est accusée d’empreinte censitaire maintenue (thème de la ploutocratie liée à la thatchérisation du monde).

La science politique a régulièrement évoqué - il faut le rappeler - une distinction peuple-élite qui perdure. Un membre d’ATTAC a popularisé depuis longtemps maintenant la notion de peuple-classe (99%) contre la politique de classe du 1%, contre le classisme comme domination de classe et même « guerre de classe » selon Waren Buffet (en 2005 : wikipedia) .

III - Trajet vers une autre démocratie lié au combat social et au combat laïque.

Il s’agit de passer de la critique ou contestation vers l’émancipation et les émancipations.

Nous poursuivons cette critique de la DRE dans la perspective de l’ articulation démocratie-égalité telle que posée précédemment. Il s’agit d’y intégrer aussi les autres principes républicains Liberté, Egalité, Fraternité sans oublier de nos jours la Laïcité (qui est plus un principe que la fraternité - qui est plus une valeur - sauf si on l’entend comme Solidarité en défendant alors la Sécurité sociale, la cohésion sociale, les services publics.

Des alternatives institutionnelles : RIC, CdC, Sénat réformé..

Promotion de l’Etat social vs Etat néolibéral financiarisé

Promotion de l’Etat social vs Etat répressif (cf revendications du mouvement social et des Gilets jaunes.

IV - La démocratie inclusive et les autres aspects de l’égalité.

1) La démocratie inclusive liée au combat anti-raciste et anti-sexiste.

La recherche de la « démocratie inclusive » doit chercher à favoriser les processus de liens interculturels en combattant le racisme et le sexisme mais sans oublier que la « laïcité à la française » ( qui comprend la loi du 15 mars 2004) permet le commun.

Les derniers mois de 2018 et les premiers mois de 2019 ont vu la nécessité de lutter aussi bien contre l’antisémitisme que contre le racisme anti-musulman, donc sans néo-campisme.

2) La démocratie inclusive liée au combat interculturel et laïque.

Favoriser l’interculturel dans un cadre laïque, ce n’est pas conforter les identitarismes et les communautarismes dont certains sont souvent venus des intégrismes religieux. Identitarisme et communautarisme produisent par leurs intransigeances des rejets et de la fragmentation populaire et de la conflictualité sociale , ce qui n’aide pas - bien au contraire - aux rapprochements et convergence des luttes entre les classes sociales populaires.

La diversité culturelle et textile ne doit pas être le masque de l’avancée dans la société des intégrismes religieux - juifs haredim ou musulmans - qui militent pour un hyper-patriarcat très réactionnaire : femmes voilées de la tête aux pieds, sexyphobie, sexoséparatisme.

VI - Démocratie en ouverture extra-nationale

- Internationalisme et combat social

- Mondialisé et perspectives écologiques

La gauche, le peuple et la stratégie contre-hégémonique (Christian Delarue) - Les blogs d’Attac
https://blogs.attac.org/contre-hegemonie/democratisation/article/la-gauche-le-peuple-et-la-strategie-contre-hegemonique-christian-delarue


Documents joints

PowerPoint - 46.5 ko

Brèves

27 avril 2019 - UE : Refus du travaillisme - RTT 30H hebdo

UE : Refus du travaillisme - RTT 30H hebdo
https://www.facebook.com/groups/331158090917542/

30 mai 2010 - TravaillismExit - RTT partout en Europe !

TravaillismExit - RTT partout en Europe !
https://www.facebook.com/events/1730316523900013/