POUR UN DEBAT SUR LA QUESTION DE LA SORTIE DE LA ZONE EURO...! B PASCALL

mercredi 15 juillet 2015
par  Amitié entre les peuples
popularité : 5%

POUR UN DEBAT SUR LA QUESTION DE LA SORTIE DE LA ZONE EURO...!

Brigitte PASCALL - Médiapart 14 juillet 2015

1°)-Tout s’est passé comme si rien ne pouvait arrêter l’entreprise européiste, sa sauvagerie libérale, son déchainement de violence inouïe et son cortège de folles concessions : hausse de la TVA, réforme des retraites, privatisations à outrance, diminution du SMIC, redoublement des licenciements collectifs. Et surtout, mise sous tutelle de la Grèce obligée de soumettre à la Troïka chaque projet de loi important ; impossibilité de recourir à un référendum populaire...

2°)- Ce qui frappe, c’est l’IMPUISSANCE de Tsipras à imposer le moindre recul aux chefs d’Etat européens, Merkel et Hollande. Son refus obstiné d’utiliser la menace de la sortie de la zone euro, à tout le moins comme d’une menace. Qui l’a privé de son seul moyen de modifier en sa faveur le rapport de forces avec l’Eurogroupe.

3°)-Cet accord a ouvert les yeux. Tous les yeux. Il n’y a pas besoin d’être marxiste pour comprendre que la Classe dirigeante européenne s’est emparée de la Grèce, pour la gérer et l’exploiter à son profit, comme il n’a pas été possible de le faire, y compris avec un homme politique comme Papandréou...! Le succès du hashstag « C’est un coup d’Etat », qui s’est imposé sur les réseaux sociaux dès le dimanche soir, prouve à l’évidence la prise de conscience très large de centaines de milliers d’internautes, y compris les moins politisés d’entre eux.

De même, de la lecture de la presse nationale et européenne, un seul mot s’impose, résumant tous les autres : « COUP D’ETAT ». Même un journal bobo comme « Libération » s’inquiète, sur sa « une », de la mise sous tutelle de la Grèce. Et « Le Figaro » (si, si !) a des mots très durs sur cet accord : « Athènes accepte des mesures draconiennes et le retour de la Troika à laquelle elle cède une part de souveraineté »(sic).

La situation est tellement noire, tellement désespérante, que plus personne, y compris les média officielles, n’ose baliverner. Congédier le réel. En agitant l’éternel rideau de fumée de l’Europe « heureuse » : à laquelle plus personne, ni les enfants de quatre ans, ni les plus européistes, ne croit plus aujourd’hui. Certes l’Eurogroupe a obtenu la capitulation de Tsipras. Mais au prix d’une DESILLUSION ENORME : plus personne pour vénérer désormais l’Europe « heureuse », qu’on nous agite pourtant en boucles depuis 40 ans. Ne reste plus qu’une dictature dirigée par les seuls Merkel et Hollande. Et un bagne jonché de ruines, de chômeurs et de pauvres, point barre... : 32 millions de chômeurs, 125 millions de pauvres...!.

Ceux qui voulaient « réformer l’Europe de l’Intérieur » partisans de la « désobéissance » ont également capitulé de façon humiliante. Dans la tête d’un Schaüble, il est bien clair qu’il n’existe plus aujourd’hui que deux scénarios possibles :
- Une Europe sous domination allemande ;
- Le Grexit ainsi qu’il a proposé vendredi 10 juillet.

Hier encore, nous qui préconisions un affranchissement de la contrainte européenne passions pour de doux rêveurs. Pour des adolescents attardés. Tandis que les tenants de la position de la désobéissance faisaient figure de « sérieux », voire de « ministrables »...Mais aujourd’hui, c’est tout le contraire : c’est notre position de sortir de la zone euro qui sonne comme seul scénario crédible ; comme seul moyen de lutter efficacement contre l’austérité à vie imposée par Bruxelles...Il existe un REEQUILIBRAGE SYMBOLIQUE certain entre ces deux positions respectives jusque là extrêmement inégales.

Voilà pourquoi, nous souhaitons écrire à la Direction du PG : afin de lui demander un débat sur la question de la sortie de la zone euro. En effet, ce problème va s’imposer au cours des prochains mois et en 2017 comme la question NUMERO UNE dominant tout le champ politique. Pour que cette lettre ait plus de poids, je souhaite la rédiger et la signer avec Serge MARQUIS, auteur d’un autre amendement préconisant un débat sur la sortie de la zone euro. Si Jacques Généreux veut se joindre à nous, il est le bien venu. Naturellement s’il ne veut pas, nous ferons sans lui, nous avons l’habitude...

ETRE A LA HAUTEUR DE LA CAPITULATION DU PEUPLE GREC nous oblige en effet à la plus totale franchise. ETRE A LA HAUTEUR DU COMBAT DU PEUPLE GREC QUI CONTINUE JUSTIFIE UNE DISCUSSION OUVERTE SUR LA QUESTION DE LA SORTIE DE LA ZONE EURO. Où chaque militant du PG aura son mot à dire. Prendra position en faveur de tel ou tel scénario : 1°)-sortie unilatérale, 2°)-application de l’article 50, 3°)- Démarche de la désobéissance ; 4°)- On reste dans l’Europe mais on sort de l’euro, comme le propose Oskar Lafontaine, naturellement, la liste n’est pas exaustive...

Si nous voulons gagner la guerre de mouvement ( 2017), il nous faut gagner la guerre de position : construire une contre hégémonie idéologique aux classes dominées. Nous demandons un DEBAT afin de formuler, in fine, de nouvelles propositions sur le sujet, qui s’ajouteront à notre excellent programme « L’Humain d’abord ». Nous souhaitons nous battre pour la seule chose qui vaille : LES IDEES, LES IDEES, LES IDEES...!

http://blogs.mediapart.fr/blog/brigitte-pascall/150715/pour-un-debat-sur-la-question-de-la-sortie-de-la-zone-euro#comment-6690551