« Féminisme intégriste » anti-chaussures à hauts talons.

dimanche 14 juin 2015
par  Amitié entre les peuples
popularité : 14%

« Féminisme intégriste » anti-chaussures à hauts talons.

Féminisme intégriste car l’auteur, qui défend le voile et les tenues hypertextiles imposées aux femmes par les intégristes religieux (juifs haredim ou musulmans) refusait aussi les vêtement moulants, en plus des chaussures à talons hauts.

Trois raisons sont avancées à cette forme d’intolérance :

1 - C’est trop sexy.

On sait - cf étude récente d’un sociologue - que les hommes sont très attirés par les chaussures à talons hauts. Ces talons hauts, liés à d’autres artifices sexués, seraient trop attractifs. Faut donc les proscrire.

La séduction par les artifices vestimentaires est jugée mauvaise, nuisible, aliénante. Il faudrait que toutes les femmes (et tous les hommes) soient dans la sobriété de la séduction charnelle, corporelle et vestimentaire. Il y a ici un conformisme austère fonctionnant à la pression voire à l’insulte (« tu vas gagner ton second salaire ce soir » dit une femme à une autre en jupe-talons) pour tous et toutes. Pour elles-eux, nous devons tous et toutes éviter le « narcissisme du plaire physiquement » et aller vers la spiritualité via la sobriété de l’apparence et un certain conformisme vestimentaire. On ne saurait être sujet actif et objet sexuel en même temps.

A ce spiritualisme de curé très austère, il faut rappeler que le sexy est un plaisir qui n’est pas malsain en soi. Que le sexy s’ajuste comme chacune veut, librement : un jour oui, un autre jour non. C’est une liberté, pas nécessairement une aliénation. L’aliénation n’est pas le propre des non spirituels. C’est une donnée psychologique que l’on trouve partout.
Le sexy n’est pas un quasi fatum comme être laide ou belle, c’est du modulable selon les gouts. Il y a là une possibilité « démocratique » de corriger la nature (corps tel quel, qu’on a) / culture (corps qui prend des années, corps perçu, corps habillé).

2 - Elles ne peuvent s’échapper rapidement devant un prédateur.

Et la chose est entendue, les hommes sont tous des prédateurs et ce faisant ils sont partout prêts à harceler ou même violer.
Là encore aucune liberté n’est laissé aux femmes d’apprécier la dangerosité ou non des lieux, le niveau de mixité et de luminosité par exemple.

3 - Les médecins signalent des risques pour celles qui portent trop souvent des talons hauts.

Et de ce fait, il ne s’agit pas pour ce féminisme spécifique d’inciter à un port modéré mais d’interdire totalement.

Ici on trouve des femmes qui en portent professionnellement (mannequins par exemple) et d’autres librement.
Certaines travaillent en bureau et sont surtout assises.
D’autres ne mettent des talons hauts que pour aller faire la fête ou pour aller voir leur amant.
Enfin on trouve des femmes qui disent choisir avec attention leurs chaussures car elles les portent longtemps mais sans effort car elles disent marcher avec une bonne posture.
Ces dernières se moquent des conseils des médecins (fumeurs par ailleurs) mais prennent néanmoins des précautions d’usage pour marcher avec des CHT durablement. Elles adorent les CHT et elles les collectionnent. Faut-il les interdire ?

Christian Delarue


Brèves

30 août 2016 - Le sexo-séparatisme est une ségrégation sexuelle contraire à l’égalité entre hommes et femmes

Le sexo-séparatisme est une ségrégation sexuelle contraire à l’égalité entre hommes et femmes - (...)

26 janvier 2016 - Repères contre le racisme, pour la diversité des apparences-différences textiles

Repères contre le racisme, pour la diversité des apparences-différences textiles et la solidarité (...)