Une sortie de l’Union européenne entraine-t-elle nécessairement une sortie de l’euro ? C Delarue

lundi 1er octobre 2012
par  Amitié entre les peuples
popularité : 3%

Une sortie de l’Union européenne entraine-t-elle nécessairement une sortie de l’euro ?

La question s’est posée pour la France (membre de l’UE et de la zone euro) à la fin de la manifestation de ce dimanche 30 septembre contre le TSCG et le MES. La réponse conditionne des alliances pour la suite de la mobilisation des classes populaires contre le traité austéritaire. Car il va falloir poursuivre la mobilisation.

Le débat partage ceux qui sont pour une autre Europe (mais qui trop souvent restent dans le flou de ce qui est à changer) et ceux qui veulent revenir à une République française pleinement souveraine sur tous les plans, y compris avec un retour au franc.

Assez paradoxalement, un contributeur d’Agoravoxi posait la question « Une sortie de l’euro entraîne-t-elle nécessairement une sortie de l’Union européenne ? » . il semble qu’aujourd’hui c’est surtout l’institution nommée Union européenne qui est critiquée comme étant à la source de nos maux dans les domaines économiques, sociaux, démocratiques, et environnementaux qui forment le capitalisme néolibéral.

Mais si l’on dit « quittons l’UE » c’est surtout pour mieux dire entrons illico dans l’Europe sociale, démocratique et écologique, voire dans une Europe écosocialiste arc-en-ciel . En ce sens l’expression « sortir de l’UE » est ambiguë car elle peut signifier pour beaucoup « repli national ». Or ce n’est pas la solution d’avenir.

Ni nation hors d’Europe, ni Europe néolibérale, une autre Europe ! Laquelle ?

En fait nombre d’Européens critique de l’UE ne veulent pas pour autant l’abandon de la monnaie européenne. Ils veulent un changement radical de statut de la BCE , de la Banque centrale européenne. Il y a donc un travail militant à mener pour expliquer qu’il convient de changer radicalement les institutions européennes qui sont correctement vues comme des organes de dépossession citoyenne et sociale au profit de l’oligarchie technocratique européenne.

Le problème technique des juristes chargés de concocter une autre Europe radicalement différente de l’Union européenne mais avec une monnaie unique ne doit pas nous empêcher de militer pour cette autre Europe que nous voulons. Encore faut-il dire franchement l’ampleur de la refondation à opérer !

Christian DELARUE


Navigation

Articles de la rubrique