SEXYPHOBIE : Confusion femme sexy - femme pornifiée.

lundi 4 septembre 2017
par  Amitié entre les peuples
popularité : 5%

SEXYPHOBIE : Confusion femme sexy - femme pornifiée.

La défense de la diversité corporelle et textile a des limites .

Si cela n’a pas été souligné dans un de mes textes récents je le fais ici : La diversité corporelle ou textile des femmes (ou d’une femme avec un ou des hommes) ne peut être prétexte pour admettre des représentations de « femme pornifiée » (violences et souffrances sexualisées positivement) qui ne sont SURTOUT PAS à confondre avec des « femmes féminines » ou des « femmes séduisantes » ou des « femmes sexy » , nommées plus péjorativement allumeuses ou d’autres stigmates plus odieux encore. Ceux ou celles qui confondent veulent en fait promouvoir un modèle resserré et banalisé de la femme qui va contre la diversité textile. On a le droit a une telle sobriété de quakers pour soi mais on ne saurait l’imposer à autrui.

Autres limites concernant les mineurs :

La diversité admet largement en France la kippa juive et le voile dit islamique (et la jupe longue), soit l’hypertextile, dans l’espace public, y compris là ou cela peut indisposer (exemple : réception de clients en entreprise) au titre de la liberté de conscience et d’expression de cette conscience, mais pas à l’école public (cf loi du 15 mars 2004 contre les signes religieux ostensibles).

Ceux ou celles qui ont la « religion de l’hypotextile » devraient aussi être pareillement admis. On ne devrait plus s’offusquer d’un sein nu en ville en 2017 ! Mais pas à l’école, si il on le prends pour un "signe ostensible de religion ( sans dieu !!!).

Pour les moins de 13 ans certaines féministes (manque références) s’étonnent du « double standard » sur la sexualisation des petites filles. Elles remarquent qu’on refuse ordinairement et sans trop de problème les marques de sexualisation classiques (rouge à lèvre, mini-jupe, talons haut, boucle d’oreille, etc ) pour ces petites filles de moins de 13 ans mais il semble plus admis (à tort) que le voile ne soit pas considéré aussi comme une sexualisation à éviter. Que ce soit en mode « montrer » ou en mode « cacher » de telles pratiques sont pareillement à éviter, voire à interdire. Ce serait plus décisif qu’une silhouette en noir à Dannemarie.

Christian DELARUE

XX

Reproduction d’un texte récent :

Représentation : FEMME PORNIFIEE DIFFERENTE DE FEMME SEXY

Contre l’érotisation des agressions, la sexualisation des violences.

Il convient de ne pas confondre les représentations. On peut (re)présenter plusieurs types de femmes (en photo ou en dessin ou en film - le support n’est pas neutre) à des fins publicitaires (pour faire vendre un objet, un service) comme à des fins non publicitaires (scène de carabins en faculté) . La critique est différente dans les deux cas ! Il faut refuser la monstration de la femme sexy ou non devant un objet à vendre. Mais pas refuser toute exhibition de femmes sexy hors fins publicitaires.

On peut critiquer et refuser les représentations très pornifièes de la femme - c’est à dire les images ou films qui érotisent et sexualisent l’agression et la violence contre elles (sans qu’elles soient nécessairement nues) - mais on peut laisser passer sans censure (sauf pour les mineurs selon le type de photos - appréciations à porter ici) les représentations sexualisées ordinaires, soit des femmes plus dénudées et simplement sexy, jolies de tout âge (sauf mineurs), de toute couleur de peau, sans grossophobie ni maigrophobie . Car il ne faudrait pas laisser la main à la sexyphobie totalitaire des intégristes religieux, notamment ceux musulmans ou juifs haredim qui ne veulent pas que voiler les musulmanes. Ils veulent aussi que tout signe de séduction charnel (mini-jupe, décolleté, etc) et, tout signe de sexualisation du vêtement (hauts talons, bijoux, etc) disparaissent. C’est là une volonté de dictature réactionnaire et totalitaire qui vise à créer un hyperpatriarcat sexoséparatiste et c’est aussi nuisible que celle du capitalo-patriarcat.

L’entre-deux est parfois étroit !

Christian DELARUE

https://blogs.mediapart.fr/christian-delarue/blog/020817/femme-pornifiee-differente-de-femme-sexy

Pornifier, pornifié et pornification figurent sur le web. Les termes ne sont pas encore très courants :

Comment peut-on pornifier une personne ou un couple ou une scène ?

Il suffit qu’elle soit belle et bien habillée (avec des bas déchirés ), en se faisant empoigner les cheveux ou tenir main serrée au cou par exemple et qu’elle ait l’air d’apprécier . Ce type de scène légitime - avec sexe caché ou non - ce qui devrait ne pas l’être sous la forme de la transgression. Et on retrouve çà dans des scènes très banalisées pas spécialement X car on ne voit pas des sexes féminins ou masculins mais on voit une érotisation de la violence, une sexualisation des agressions, des coups.

http://bellaciao.org/fr/spip.php?article155193


Brèves

30 août 2016 - Le sexo-séparatisme est une ségrégation sexuelle contraire à l’égalité entre hommes et femmes

Le sexo-séparatisme est une ségrégation sexuelle contraire à l’égalité entre hommes et femmes - (...)

26 janvier 2016 - Repères contre le racisme, pour la diversité des apparences-différences textiles

Repères contre le racisme, pour la diversité des apparences-différences textiles et la solidarité (...)